La Chaux-de-Fonds: Richard Natter, artiste polyvalent » Blog de PasTis

 La Chaux-de-Fonds: Richard Natter, artiste polyvalent

24/10/2007

Richard Natter, un artiste qui a fait de sa vie un roman

Montagnes • Installé à La Chaux-de-Fonds depuis l’an dernier avec son épouse, Richard Natter est un homme étonnant à plus d’un titre, une personnalité discrète aux multiples talents. Ainsi, alors que trois de ses livres, dont un roman, viennent d’être publiés, il écrit actuellement une pièce de théâtre pour la Compagnie du Top (Peseux) et vient de commencer le tournage d’un court-métrage de fiction dans la capitale horlogère.   

Richard Natter
Richard Natter, samedi dernier dans un restaurant chaux-de-fonnier, lors du tournage
des premiers plans de « Ne riez pas », un court-métrage destiné à concourir
dans un festival. A droite, Nicolas Jaquet, l’acteur principal de cette fiction.


« Je vous écris à l’insu de mon mari et je sais qu’il ne sera pas content de ma démarche. Cela fait trente ans qu’il écrit et vient de publier trois livres. Il est très réservé. Ce qu’il crée ou écrit est porteur d’un réel intérêt et je trouve dommage que d’autres personnes ne puissent pas en profiter. J’espère de tout cœur que ces quelques lignes susciteront votre intérêt. Si tel est le cas, répondez-moi à cette adresse e-mail afin que mon mari ne puisse pas intercepter le message ». Tel est, en substance, le courrier électronique que nous a adressé Françoise Natter : une initiative qui ne manque pas de charme et qui suscite effectivement la curiosité.
Rendez-vous est pris avec madame, et lorsque Richard Natter ouvre sa porte à un journaliste, il regarde sa femme : « mais qu’est-ce que tu me fais-là ma Bibiche ! »

Richard NatterDouze ans chez les pompiers

Une édition complète de ce journal ne suffirait pas à contenir dans le détail tout le parcours professionnel, artistique, ésotérique et sentimental de ce quinquagénaire installé en Suisse depuis le début des années 90. Pour preuve, la publication, en mai dernier, de son roman, intitulé «  A l’ombre d’un gardien » qui, sous le couvert d’une œuvre imaginaire habitée par quelques personnages fictifs, retrace sur plus de quatre cents pages les principaux épisodes de la vie de Richard Natter. Celui qui a été pompier professionnel à Grenoble pendant plus de dix ans (1970 à 1982) raconte : « avant, mais surtout après mon passage dans cette compagnie de sapeurs-pompiers, j’ai beaucoup bourlingué et touché à bien des métiers. Pendant deux ans, j’ai été agent de surveillance au CNET (Centre National d’Etudes des Télécommunications, à Grenoble, ndlr) et c’est là, entre mes rondes nocturnes, que j’ai commencé à écrire mon roman, d’où son titre. C’était au milieu des années 80 ».

Une rencontre révélatrice

Comme le comique Vincent Lagaf, que Richard Natter admire, il a été mécanicien, pompier, garçon de café, photographe, animateur radio ou animateur d’un centre aéré. Et puis, sous l’impulsion de Robert Perrachon, un peintre français, Richard Natter se découvre une nouvelle vocation : le magnétisme. Il suit alors une formation de masseur et tente d’apaiser la souffrance des autres. Il raconte cet épisode dans un ouvrage – lui aussi – autobiographique intitulé « Découverte du Don », qui vient d’être diffusé par les Editions Publibook (Paris). A noter que chez le même éditeur, Richard Natter a également signé « J’améliore ta santé grâce à mon pendule », un livre qui, selon l’auteur, « est destiné à tordre le cou aux idées reçues sur la radiesthésie ».

De l’écriture au théâtre

Celui qui aime « faire feu de tout bois » (une expression que l’on retrouve souvent dans ses bouquins et sur son site internet) a toujours été passionné par l’écriture : « depuis mon plus jeune âge, la langue française m’a toujours fasciné, m’a fait rêver aussi. J’ai fait deux ans d’art dramatique au Conservatoire de Grenoble et huit ans de théâtre. J’adore imaginer des histoires, écrire des poèmes, créer des scénarios. En ce moment, je prépare une pièce pour la Compagnie du Top, à Peseux. Si tout va bien, la générale de « J’y croix pas ! » devrait avoir lieu en février 2008 ».

Bibiche, l’harmonie et la muse

A la fin des années 80, et après deux divorces « cuisants », selon ses termes, et une trentaine de déménagements, Richard Natter rencontre Françoise, née Farine à La Chaux-de-Fonds : coup de foudre ! « Intuitive, pondérée, elle a su freiner mes excès et par-dessus tout, valoriser mes qualités. Après moult déboires, désillusions, ruptures et échecs, j’avais enfin trouvé l’harmonie ». En août 1990, à La Chaux-de-Fonds, celle que Richard appelle affectueusement Bibiche devient Madame Natter. Le couple s’installe à Genève et ouvre un cabinet qui permet à Richard d’exercer à temps plein ses talents de masseur-magnétiseur. Dans le même temps, il publie son premier ouvrage, « Au cœur de la vie », un recueil de poèmes qu’il dédie à sa femme.

D’autres projets éditoriaux

Handicapé par un emphysème pulmonaire, Richard Natter a dû cesser son activité de masseur. C’est ainsi qu’à l’été 2006, le couple s’installe définitivement à La Chaux-de-Fonds. Dès lors, soutenu par sa femme, c’est l’artiste qui s’anime, passant ses journées sur le clavier de « ses » ordinateurs pour mettre à jour ses sites internet et écrire, encore et encore. Après la publication de ses trois livres, les projets ne manquent pas : outre l’écriture de la pièce de théâtre pour la Compagnie du Top, à Peseux, Richard Natter envisage encore de publier un deuxième recueil de poèmes – toujours dédié à son épouse –, et travaille déjà sur son second roman autobiographique, intitulé provisoirement « Passé, présent, avenir ».

Prochaine étape: un film

Dans la perspective de participer à un festival de court-métrage en France, Richard Natter vient de commencer le tournage d’un film dans sa ville d’adoption : « j’ai toujours été passionné par le cinéma. Pendant des années, j’ai tourné des petits films en Super 8. Je suis équipé pour transférer de la pellicule ou des cassettes vidéo VHS sur support numérique. Avec ma  caméra, j’ai déjà réalisé quelques documentaires, dont un, l’an dernier, sur les camps de tennis organisés par Stéphane Oberer. Là, je viens de tourner les premiers plans (samedi dernier, ndlr) de « Ne riez pas », une fiction de dix minutes qui raconte comment un homme à la dérive va pouvoir remonter la pente grâce à sa fille. Pour les rôles principaux, j’ai fait appel à des comédiens de La Compagnie du Top, de Peseux, et si le planning est respecté, le tournage devrait s’achever dimanche prochain ».

Il y a peu de chance que cet artiste fasse fortune avec ses livres, ses scénarios ou ses films. Mais si la richesse se mesurait à la complicité, à la passion et à l’amour qui animent un couple, alors il est indéniable que Richard et Françoise Natter seraient multimilliardaires depuis dix-sept ans.


Pascal Tissier


Découvrez les livres et l’univers de Richard Natter
sur www.dynavie.com ou www.dynavie-creation.com

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |