Neuchâtel: Jess Franco, invité d'honneur du NIFFF » Blog de PasTis

 Neuchâtel: Jess Franco, invité d'honneur du NIFFF

18/6/2008

Jack l’éventreur s’invite au festival du film fantastique

Neuchâtel • Plus de nonante films, des invités prestigieux et des barons du cinéma bis: pour sa huitième édition, le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel s’annonce délicieusement sanglant.

Jess Franco - Klaus Kinski
Considéré comme l’un des papes du cinéma B, voir Z, Jess Franco a tourné à Zurich,
en 1975, un excellent «Jack l’éventreur» avec Klaus Kinski. Ce film sera
projeté au NIFFF en présence du réalisateur.


La huitième édition du Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) qui se déroulera du 1er au 6 juillet prochains propose un programme riche de plus de nonante films qui seront projetés aux Arcades, à l’Apollo et, pour la première fois au Théâtre du Passage.
Lancée l’an dernier, l’Open air voit lui aussi son affiche s’enrichir pour sa deuxième édition sur l’esplanade du Quai Osterwald, avec notamment la version Final Cut du «Blade Runner» de Ridley Scott en présence de Syd Mead, le concepteur graphique de ce film culte.
Joe Dante, le père des «Gremlins», présidera le jury international avec à ses côtés les réalisateurs Xavier Gens (« Frontière(s)»), Jens Lien («The Bothersome Man») et Neil Marshall, dont le dernier film, «Doomsday», sera projeté à l’Open Air. Pour compléter ce quatuor de cinéastes, les organisateurs ont fait appel à l’écrivain américain Lucius Shepard, connu pour ses romans de science‐fiction.

La compétition internationale

Membre du Jury il y a deux ans, George A. Romero revient sur le Littoral, cette fois pour présenter en Compétition «Diary of the Dead», le cinquième volet de sa saga des morts‐vivants.
Parmi les douze longs-métrages internationaux en compétition figure «Sukiyaki Western Django », un film complètement déjanté signé par Takashi Miike qui accommode le western-spaghetti à la sauce soja, avec Quentin Tarantino dans le costume qui a rendu célèbre Clint Eastwood dans les films de Sergio Leone.

Les autres compétitions

Explorant une fois encore la diversité de la production asiatique, la compétition New Cinema from Asia propose neuf films issus de six pays: l’Inde, la Thaïlande, le Japon, Hong Kong, l’Indonésie et la Malaisie.
Le court‐métrage a toujours sa place au NIFFF avec trois compétitions qui récompenseront les meilleurs films fantastiques suisses et européens. A noter que le film «Dead Bones», tourné par Olivier Béguin en Espagne et au studio Rhino de Serrières, fait partie des dix productions sélectionnées pour le Concours SSA/Suissimage du court-métrage.

Invités d’honneur

Pour la troisième année consécutive, le NIFFF organise également le symposium «Imaging the Future» (www.imagingthefuture.ch), consacré à la production et à l’utilisation des images digitales. Syd Mead, designer de «Blade Runner», de «TRON», ou d’«Aliens», sera l’invité d’honneur de ces rencontres.
Autre invité d’honneur de cette huitième édition du festival: Hideo Nakata. Le réalisateur de «Ring» (Le Cercle) ou de «Dark Water», sera là pour présenter «L Change the World», son nouveau film, qui sera projeté au cours de la soirée de clôture du NIFFF.

Prix animago

Le 2 juillet, en prolongement du symposium, sera créée la version suisse du prix animago. Cette distinction, attribuée pour la première fois en Allemagne en 1999, représente la récompense la plus importante dédiée à la création digitale en Europe.

Klaus KinskiLes frissons ibériques

Cette année, le festival neuchâtelois du film fantastique propose un programme spécial dédié aux productions espagnoles. Adulé par les amateurs de Cinéma bis (les films de Série B ou de Série Z) Jesús Franco, dit Jess, sera présent à Neuchâtel.
Considéré comme l’un des maîtres du cinéma d’épouvante espagnol, Jess Franco a réalisé environ deux-cents films entre 1959 et 2005, souvent avec des budgets dérisoires et sous d’innombrables pseudonymes. Au NIFFF, il présentera trois de ses films issus de ses nombreuses collaborations avec le producteur zurichois Erwin C. Dietrich, patron de la société de distribution Ascot-Elite.
Les spectateurs pourront ainsi découvrir «Jack l’éventreur» (Jack the Ripper), l’un des meilleurs films de Jess Franco, avec Klaus Kinski dans le rôle du tueur qui assassinait des prostituées dans les rues de Londres à la fin du XIXe siècle. Entièrement tourné à Zurich, au printemps 1976, avec la Limmat en guise de Tamise, ce tournage a marqué Max Dora, le producteur exécutif du film: «Klaus Kinski exigeait de toucher en main propre son cachet quotidien de 10’000 francs au terme de chaque journée de tournage. Il n’était pas très motivé car il était très amoureux de sa femme qui était enceinte. De plus, sur le plateau, le planning du tournage n’était pas simple à gérer étant donné que Jess Franco tournait encore un film érotique dans les décors de Jack l’éventreur». 

Klaus KinskiMade in Italy

Klaus Kinski est aussi la vedette de «La bestia uccide a sangue freddo», un film réalisé en 1971 par Fernando di Leo et qui sera projeté au NIFFF dans le cadre de la rétrospective «Profondo Giallo», dédiée au cinéma de genre italien des années 60 à 80, en présence des réalisateurs Lamberto Bava et Ruggero Deodato.

«La bestia uccide a sangue freddo» a la particularité d’avoir été commercialisé dans les pays francophones, au cinéma ou en vidéo, sous une bonne dizaine de titres différents, dont La Clinique des ténèbres ; La Clinique sanglante ; Les Insatiables poupées érotiques ; Les Insatisfaites poupées érotiques du docteur Hitchcock ; Les Poupées sanglantes du docteur X ; Asylum Erotica, etc. .


Pascal Tissier


www.nifff.ch

 


Klaus Kinski

Klaus Kinski

 

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |