Neuchâtel: la huitième Nuit du jeu » Blog de PasTis

 Neuchâtel: la huitième Nuit du jeu

17/10/2007

Une nuit du jeu «Magic» avec «Mister Jack» et «Les Colons de Catane»

Neuchâtel • La huitième Nuit du jeu qui s’est déroulée le week-end dernier à la Cité universitaire a enregistré un peu plus de 200 joueurs, dont certains ont passé toute la nuit à conquérir des territoires ou à glaner des victoires assis autour d’un jeu de plateau, alors que d’autres jetaient des sorts et lançaient leurs créatures avec des cartes « Magic ».

La Nuit du jeu
La huitième Nuit du jeu organisée par l’association Oniris a été l’occasion
pour des familles de découvrir de nouveaux jeux de société.


Samedi, dès l’ouverture des portes de la huitième Nuit du jeu organisée par les membres de l’association Oniris, à la Cité universitaire, des dizaines de joueurs investissent les lieux. Plusieurs tournois de cartes sont prévus au programme, et les adeptes de Magic sont les premiers à se lancer dans des duels implacables où les créatures les plus sournoises et des sorts destructeurs sont lancés pour contrer la stratégie de l’adversaire et lui faire perdre de précieux points de vie. Si les filles sont rares, force est de constater qu’il n’y a pas que des enfants ou des adolescents autour des tables. Certains « magiciens » ont largement dépassé le cap de la trentaine. Sur des tables voisines, d’autres batailles font rage, avec d’autres personnages, des systèmes de jeu différents, mais toujours par cartes interposées. Il y a du Yu-Gi-Oh dans l’air. Depuis quelques années le Poker fait un tabac et même s’il est interdit de fumer sur le site et de miser de l’argent, une trentaine de joueurs vont s’évertuer à bluffer leurs adversaires pour rafler un maximum de jetons et remporter ce tournoi. Plus traditionnel, mais pas moins passionnant, le Jass était aussi de la partie.

Des figurines sur un plateau

Sur la  scène de la grande salle, des adeptes du jeu de figurines (Warhammer, Le Seigneur des Anneaux) installent de vastes champs de batailles vallonnés, traversés de cours d’eau et partiellement recouverts de forêts. Pour les néophytes, ces décors miniatures ressemblent beaucoup à des maquettes de train électrique. Mais ici les convois ferroviaires sont remplacés par des armées de petites figurines en métal ou en plastique que les adeptes du jeu ont peint avec soin pour personnaliser leurs troupes. La position et le déplacement de ces armées répondent à des règles bien précises qui nécessitent d’élaborer des tactiques imparables pour anéantir l’armée adverse.
« Les Colons de Catane » occupent déjà plusieurs tables. Et à ce jeux-là, la parité entre les joueuses et les joueurs est quasi parfaite. Le succès de ce concept imaginé – il y a plus de dix ans – par l’Allemand Klaus Teuber, peut s'expliquer par la simplicité de ses règles. Le jeu est tactique, très convivial et laisse une part au hasard, ce qui fait que la physionomie d’une partie peut changer en quelques jets de dés.

La Nuit du jeuA la découverte des jeux

« C’est la première fois que la Nuit du jeu dispose d’un espace aussi confortable, précise Clint Gasser, le jeune président d’Oniris. La location de la grande salle n’est pas donnée, mais avec la recette des entrées et des cantines, nous devrions rentrer dans nos frais. Notre but n’est pas de faire de l’argent, mais de permettre à des joueurs de s’amuser entre amis et surtout de découvrir de nouveaux jeux ».
Il est vrai que le choix des jeux à disposition du public est impressionnant : plusieurs dizaines de boîtes sont réparties sur un énorme stand. « Il y a toujours quelqu’un pour conseiller les visiteurs, explique le responsable de l’Association Neuchâteloise de Jeux. Quelques questions suffisent à repérer ce qui pourrait leur convenir et si nécessaire, on peut accompagner un groupe à une table, histoire de leur expliquer la base des règles. En ce moment, le jeu qui cartonne, c’est « les Loups Garous de Thiercelieu ». La boîte tient dans la poche, mais le jeu est d’une richesse incroyable et peut rassembler un grand nombre de joueurs. Sinon, il y a « Mister Jack », un jeu d’enquête imaginé par deux Suisses, idéal pour des parties à deux joueurs ».

A l’heure du bilan

C’est à Sarah Carroll, responsable de la communication d’Oniris, que revient la tache de faire le bilan de cette huitième Nuit du jeu : « A la fermeture des portes, dimanche, vers six heures du matin, il y avait encore une vingtaine de joueurs. Sur l’ensemble de la manifestation, nous avons accueilli un peu plus de deux cents personnes. C’est un peu moins que prévu, mais nous sommes tout de même satisfaits, d’autant que cette nuit s’est déroulée dans une excellente ambiance. De plus, elle a été très appréciée par les familles qui y sont venues, surtout samedi après-midi. Non seulement nous organiserons l’an prochain la neuvième Nuit du jeu, mais entre-temps  nous proposerons certainement quelques soirées ludiques. Pour en savoir plus, il suffit de consulter notre site www.oniris.org».


Pascal Tissier

Mister Jack

 

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |