Dominique Humblot expose à Colombier et Bevaix » Blog de PasTis

 Dominique Humblot expose à Colombier et Bevaix

14/5/2008

«La sculpture vient après les rencontres»

Bevaix – Colombier • Vernissage(s) peu banal ce samedi: le sculpteur Dominique Humblot, présente quasi simultanément ses dernières œuvres sur deux sites distincts, une boutique et un restaurant.


Dominique Humblot
Dans son chalet au bord du lac, Dominique Humblot «habille» l’une de ses dernière création. pti


«Exposer dans une galerie m’importe peu. Ce qui compte avant tout, c’est le contact et les affinités. La sculpture vient après les rencontres, les amitiés», sans cesser de caresser sa femme en terre, Dominique Humblot confie combien il est attaché aux gens qu’il a croisé depuis qu’il est arrivé en Suisse, il y a un peu plus de dix ans, depuis qui vit de son art: «Le public a plus de chance de me trouver sur un marché artisanal que dans une galerie. Ainsi, samedi dernier j’étais au Landeron et je dois être le plus ancien exposant du marché artisanal de Cortaillod. Mais j’aime ça. Quand j’avais des factures en retard, j’étais bien content de pouvoir compter sur ces manifestations pour payer mon électricité et un peu de pain. Aujourd’hui, je vis correctement mais je sais à qui je le dois. Je me suis fais plein d’amis et je tiens à leur rester fidèle. Samedi, les vernissages à la boutique Au Chasse Temps, à Bevaix, et au Restaurant de l’Etoile, à Colombier, sont aussi issus d’une longue amitié».
Alors que sur le perron de son chalet – «l’Atelier de l'ange» – une autre déesse sculptée blanchie au soleil, Dominique Humblot humidifie sa dernière «patiente»: «J’ai connu Jean-Paul Studer alors qu’il travaillait dans une entreprise horlogère. Lorsqu’il a repris l’Etoile, il y a cinq ou six ans, il m’a demandé d’y exposer quelques pièces. C’est devenu un ami et cela fait plusieurs années qu’il souhaite renouveler l’expérience. Si j’avais un ami qui vendait de la viande je n’aurais aucun scrupule à exposer mes sculptures dans sa boucherie».

Dominique HumblotJe suis née dans la rue

Technicien de formation, modeleur par hasard, Dominique Humblot a découvert la technique du raku alors qu’il vivait dans la rue. Le raku est une technique ancestrale d'origine japonaise: lorsque la pièce d’argile placée dans un four a atteint plus de 1'000 degrés, elle est placée encore incandescente dans un bidon et complètement enveloppée de sciure. La raréfaction de l’oxygène et l’enfumage font alors craqueler la terre qui noircit.
«Lorsque je sculpte des africaines, je pense que c’est un retour à mes origines ancestrales, alors qu’avec mes asiatiques j’explore où je vais». Aujourd’hui artiste reconnu, Dominique Humblot n’a pas changé de style de vie: il habite et travaille dans un minuscule chalet au bord de l’eau et s’extasie chaque jour des couleurs et du paysage du lac.


Pascal Tissier

 
Expositions de Dominique Humblot du 17 mai au 7 juin, à la boutique Au Chasse Temps, à Bevaix, et au restaurant de l’Etoile, à Colombier. Vernissage samedi dès 15h00 à Bevaix, et dès 17h30 à Colombier. 


Dominique Humblot

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |