Peseux: la rue du Clos prolongée? » Blog de PasTis

 Peseux: la rue du Clos prolongée?

11/7/2007

Conseil général: Un quiproquo autour d’un droit de passage risque bien de faire des vagues

Peseux • Jeudi dernier, pour son ultime séance ordinaire avant la pause estivale, le Conseil général se réunissait autour d’un menu plutôt light, avec une nomination à la Commission scolaire en entrée, suivie de quatre objets peu croustillants. Il n’empêche qu’une intervention aussi radicale qu’inattendue a pour le moins contrarié la digestion de Patrice Neuenschwander, le conseiller communal en charge de l’urbanisme.

Peseux - Rue du Clos
La rue du Clos doit se prolonger par un accès (en grisé) à la villa qui sera bâtie sur
la parcelle 4107. Dans un avenir proche, la rue du Clos pourrait être encore rallongée
jusqu’à la parcelle 4108. Mais est-ce que les riverains pourront emprunter cette artère?

 

L’arrivée de la socialiste Jacqueline Zosso (en remplacement d’Anne Kaufman qui a quitté la commune) au Conseil communal n’a soulevé aucune protestation. La révision – sur des points de détail – des dispositions réglementaires concernant la perception de divers taxes et émoluments communaux, non plus. Quant aux demandes de crédit pour les rénovations, partielle du téléréseau (120'000 francs), et complète d’un bâtiment situé Grand'Rue 41 (430'000 francs), elles ont été acceptées sans discussion.
L’octroi de droits de passage sur quelques parcelles du cadastre de Peseux (2708, 2211 et 3239, sur notre infographie), parties du domaine privé communal, au profit de plusieurs parcelles de la rue du Clos et du chemin Gabriel, aurait dû, lui aussi, passer « comme une lettre à la poste ». C’était sans compter sur l’intervention du parti radical qui, par la voix d’Axel Droz et de Nicole Mühlethaler, a déposé un amendement pour modifier cet arrêté. Malgré l’intervention de Patrice Neuenschwander, les modifications demandées par les radicaux ont été acceptées par les élus.

Rue du Clos à PeseuxUn arrêté futuriste

« Ça m’agace ! Les élus n’ont pas compris ce que cela implique ! », confie Patrice Neuenschwander au terme du conseil général.
Une maison doit être construite sur la parcelle 4107. La seule possibilité d’accès à cet endroit passe par cette branche en cul-de-sac de la rue du Clos. Un accord a été passé avec Joël Liechti, propriétaire de la parcelle 2487 (chemin Gabriel 12b), pour que l’accès à la parcelle 4107 empiète sur sa propriété. En contrepartie, celui-ci disposerait d’une place de parc au sud de sa maison, accessible dès lors par la rue du Clos. Le Conseil communal voulait régler une fois pour toutes ces histoires de droit de passage sur ses parcelles de la rue du Clos.
Et à Patrice Neuenschwander de poursuivre : « notre arrêté donnait un droit de passage aux futurs locataires de la maison qui sera bâtie sur la parcelle 4107, à Monsieur Liechti (2487), ainsi qu’à quelques autres propriétaires (2486, 2622, 2621) qui, à moyen terme, pourraient concéder du terrain pour l’aménagement d’un accès routier à la parcelle constructible 4108 ».

Décision politique ou intérêt personnel ?

L’amendement des radicaux maintient le droit de passage pour les propriétaires actuels de la rue du Clos et pour les futurs locataires de la villa 4107, mais supprime de l’arrêté les propriétaires du chemin Gabriel, dont Monsieur Liechti (2487). « Du coup, lorsque la villa sera construite, ses locataires pourront y accéder légalement, alors que Joël Liechti, dans les faits, ne pourra pas garer sa voiture sur sa place de parc ! », s’exclame encore le conseiller communal responsable de l’urbanisme.
Quand on sait que la radicale Nicole Mühlethaler, qui est intervenue pour défendre l’amendement de son parti, habite justement à l’extrémité de cette branche de la rue du Clos (elle est propriétaire, avec son mari, de la parcelle 2707), on peut se poser des questions sur le bien-fondé de l’intervention radicale. Une chose est sûre, Madame Mühlethaler ne partira certainement pas en vacances avec Monsieur Liechti, son voisin immédiat, à qui l’on a joué un drôle de tour. Contacté par téléphone, Joël Liechti « préfère ne pas s’exprimer pour le moment »… dont acte !


Pascal Tissier

 

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |