Canton: «La maternité a été troquée!» » Blog de PasTis

 Canton: «La maternité a été troquée!»

11/6/2008

«Un susucre donné par le Conseil d’état»

Canton • Si elles acceptent l’idée d’un site unique femme-mère-enfant implanté dès l’an prochain à Neuchâtel, une partie des sages-femmes s’inquiètent de voir ce projet déménager six ans plus tard dans le haut du canton. Les médecins aussi…

Philippe Haeberli
A la tête du comité d’initiative pour le maintient du site femme-mère-enfant
à Neuchâtel: Philippe Haeberli, son président (en médaillon).         Photo pti

 

Dans une lettre adressée au Courrier Neuchâtelois, les sages-femmes membres du comité élargi pour l’«Initiative en faveur d’un site unique femme-mère-enfant, cohérent, sûr et économique» à Neuchâtel tiennent à préciser que la réalité économique et politique du canton ne les laisse pas de glace: «Nous avons accepté le fait que la maternité ne se trouve plus que sur un seul site, au détriment des petites maternités, tant appréciées de la population. Il est plus qu’évident que le canton de Neuchâtel ne peut plus se permettre d’avoir plusieurs structures de soins aigus, trop coûteuses. La réalité géographique est claire, Neuchâtel permet une accessibilité aux soins d’urgence en pédiatrie, obstétrique et gynécologie à la majorité de la population neuchâteloise. Nous n’avons que faire des querelles séculaires entre le Haut et le Bas du canton. Si le Conseil d’Etat avait bien étudié les multiples études coûteuses qu’il a lui-même demandé, il aurait pu comprendre qu’il favoriserait le Haut en lui offrant le site orthopédique. Cette option augmenterait considérablement l’activité opératoire (+25%) et les hospitalisations à la Chaux-de-Fonds, contrairement au site femme-mère-enfant, qui n’est qu’un «symbole». Du point de vue économique, nous ne pouvons ignorer que les multiples déménagements (tout à Neuchâtel en 2009, puis tout à la Chaux-de-Fonds en 2015) ont des coûts qui n’ont pas été pris en compte. En conclusion, l’initiative pour un site femme-mère-enfant cohérent, économique et sûr à Neuchâtel est un «mal nécessaire» pour que le canton adopte un système de santé adéquat et surtout crédible ».
Si Marjorie Jacot reconnaît volontiers avoir écrit ce texte, elle tient à souligner qu’il est le fruit d’un travail collectif réalisé avec une dizaine de ses collègues sages-femmes: «Il n’est pas question dans notre message d’un problème de lieu de travail. Tout le monde aimerait pouvoir travailler au plus près de son domicile, mais le canton n’est pas si grand et la qualité des soins que l’on peut donner est bien plus importante que notre propre confort personnel. Ce qui est dommage, c’est que le public est mal informé. Ça reste l’éternel problème, d’autant que les éléments dévoilés à la population ne donnent souvent qu’une vision partielle de la situation».

MaternitéNous avons été choqués

Médecin-chef du service de gynécologie-obstétrique de l'hôpital Pourtalès, à Neuchâtel, Yves Brunisholz, n’a jamais caché qu’il s’opposait à voir le site femme-mère-enfant transféré dans le haut du canton: «On a été troqué! La maternité, les soins mère-enfant-pédiatrie ont été troqués contre la Haute Ecole ARC. C’est clair pour tout le monde, même pour les Chaux-de-fonniers qui, finalement, se contentent de cet espèce de susucre qui leur est donné par le Conseil d’état».
Yves Brunisholz est catégorique: «Il n’y a aucune argumentation médicale sérieuse qui justifie ce choix-là. Ce sont des argumentations purement politiques. La naissance est un symbole fort. Ça m’a été clairement dit par le Conseiller d’état en charge de la santé que j’ai rencontré. Il m’a dit «vous comprenez, la vie c’est un symbole fort dans une région qui a un peu de la peine». On est juste un symbole et c’est ça que l’on n’accepte pas».
«On décide comme ça de délocaliser une activité importante dans une zone dont l’accessibilité est moindre. On draine entre 1000 et 1200 naissances par an sur Neuchâtel, environ 500 sur La Chaux-de-Fonds et 130 à 150 dans le Val-de-Travers. La réalité, c’est ça! Nous avons été choqués… l’équipe des médecins-cadres a été choquée, parce que cette décision n’est pas rationnelle en terme de santé. C’est juste une décision politique. C’est pour cette raison que nous avons décidé de soutenir la création de cette initiative populaire pour le maintien du site femme-mère-enfant à Neuchâtel».

Philippe Haeberli (à gauche) et Philippe MairePrès de 7'000 signatures

Président du comité d’initiative, Philippe Haeberli se félicite du soutien des médecins et de la mobilisation des sages-femmes «Il faut rappeler à la population qu’en janvier dernier le Conseil d’état a décidé d’implanter le site femme-mère-enfant, qui comprend la gynécologie, l’obstétrique, la pédiatrie et la néonatologie, à Neuchâtel et le dispositif locomoteur, comme l’orthopédie et la traumatologie, à La Chaux-de-Fonds… jusqu’en 2015. A ce moment-là, il sera procédé à une rocade impliquant un double déménagement. Qui peut trouver une logique à cette décision?». Selon Philippe Haeberli, l’initiative lancée fin avril rassemble déjà près de 7'000 signatures.


Pascal Tissier


www.initiative-fme.ch

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |