Bevaix: Olivia, neuf ans, accordéoniste titrée » Blog de PasTis

 Bevaix: Olivia, neuf ans, accordéoniste titrée

9/1/2008

Olivia, la petite accordéoniste surdouée

Bevaix • Elle n’a pas encore dix ans et pourtant son talent force l’admiration : il y a quelques semaines Olivia Leuenberger a obtenu le deuxième prix de sa catégorie lors de la finale 2007 de la Coupe suisse de l’accordéon. Il est fort à parier que cette petite fille va bientôt faire parler d’elle, musicalement parlant.


Olivia Leuenberger
C’est avec une aisance déconcertante que les doigts d’Olivia
courent sur les touches de son accordéon. Photo pti


Qui a dit que l'accordéon n'intéressait pas les jeunes ? Du haut de ses neuf ans, la petite Olivia Leuenberger est là pour prouver le contraire. Sous la bannière de la Société des accordéonistes l’Amitié, de Bevaix, la fillette s’est hissée au deuxième rang de sa catégorie (moins de dix ans) lors de la finale de la Coupe suisse de l’accordéon, qui s’est déroulée à Courtemelon, dans le Jura, en novembre dernier.
Olivia LeuenbergerVoilà bientôt quatre ans qu’Olivia a choisi de s’initier à l’accordéon, probablement inspirée par une vidéo ou une photo de son grand-père Werner. Depuis lors, elle se rend tous les mercredis – avec son instrument – dans le local de l’Amitié, pour suivre son heure de cours hebdomadaire.
Son « piano à bretelles » est un accordéon chromatique qui, contrairement à l'accordéon diatonique (système bi-sonore), produit le même son lorsque l’on tire ou que l’on pousse le soufflet (système uni-sonore).
Selon Juliani, sa maman, « Olivia dispose pour l’instant d’un petit accordéon conçu spécialement pour les enfants, mais cette année, elle devrait pouvoir disposer d’un instrument un peu plus gros qui lui permettra aussi d’élargir son répertoire ».

Pour elle, la vedette c’est son petit frère

Si Olivia n’est pas très bavarde, elle est par contre toujours souriante et très attentionnée vis-à-vis de son petit frère Stéphane, cinq ans. Sourd depuis l’âge de cinq mois, suite à une méningite, le garçonnet ne parle pas encore, bien qu’il soit équipé d’implants qui lui permettent de percevoir des sons. Dès qu’il la voit, l’enfant se précipite vers sa sœur, lui tend ses cahiers ou l’invite – par gestes – à venir jouer avec lui. De toute évidence des liens très forts les unissent. Lorsque l’on demande à Olivia si elle veut bien jouer le morceau qui lui a permis de remporter un prix lors de la finale de la Coupe suisse de l’accordéon, son petit frère prend plaisir à la suivre, à l’écouter aussi.
Une fois dans sa chambre, assise face à ses partitions, Olivia entame – toujours avec le sourire – la « Petite ouverture », de Joerg Draeger : ses doigts courent sur les touches avec une aisance déconcertante et c’est sans aucune fausse note qu’elle vient à bout de ce morceau. Une fois l’instrument rangé dans sa valise, la gamine rejoint son petit frère et insiste pour montrer la chambre du garçon. C’est elle que l’on est venue voir et c’est son petit frère qu’elle veut que l’on découvre. C’est vraiment touchant.

Un talent qui force l’admiration

D’origine indonésienne, installée en Suisse depuis 1995, Juliani, la maman confie – dans un français parfait – qu’Olivia « est parfaitement bilingue. Lors des dernières vacances d’automne, nous sommes allés dans ma famille et Olivia n’a eu aucun problème pour parler en indonésien avec ses parents maternels ».
Finalement, pour en savoir un peu plus sur cette enfant talentueuse, il suffit d’écouter Carine Sollberger, sa professeur d’accordéon : « Olivia est une petite fille fantastique, toujours souriante, intelligente et qui est curieuse de tout. Je n’ai jamais vu une gamine présentant une telle soif d’apprendre. C’est déconcertant. Elle parle couramment l’indonésien, elle s’initie au langage des signes pour parler avec son petit frère. La vie est drôle parfois, Olivia a manifestement une oreille musicale exceptionnelle alors que son petit frère est sourd. Elle est douée d’un talent qui force l’admiration ».
Actuellement, Olivia travaille déjà les morceaux qu’elle présentera en public, le 8 mars prochain, sur la scène de la Grande salle de Bevaix, à l’occasion de la soirée annuelle organisée par la Société des accordéonistes l’Amitié, soit trois ou quatre morceaux qui touchent à tous les genres : folklorique, classique mais aussi moderne pour ne pas dire pop. A découvrir absolument !


Pascal Tissier






Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |