Brot-Plamboz - Brunch à la ferme » Blog de PasTis

 Brot-Plamboz - Brunch à la ferme

8/8/2007

Un repas fermier pour découvrir l’univers des produits neuchâtelois

Brot-Plamboz • La Ferme des Tourbières, au Joratel (Brot-Plamboz), était l’une des six exploitations agricoles neuchâteloises à avoir organisé – avec les deux fermes voisines – un brunch pour la Fête nationale. La respiration entre le buffet du matin et les grillades de l’après-midi à été l’occasion de faire un premier bilan du concept du « Brunch fermier découverte » lancé fin juin par Anouk et Claude-Eric Robert.


Anouk et Claude-Eric Robert
C’est par goût du contact, mais aussi pour faire découvrir leurs produits et
leur univers, qu’Anouk et Claude-Eric Robert ont lancé leur concept du
«Brunch fermier découverte» dans leur domaine de la Ferme des
Tourbières, au Joratel (Brot-Plamboz).         (photo: Pascal Tissier)


La température est un peu fraîche, mais le soleil est radieux au matin de la Fête nationale. A l’entrée du domaine de la Ferme des Tourbières, Christophe Matotéa, l’un des trois agriculteurs du hameau du Joratel et co-organisateur de l’événement, accueille les derniers des trois cents adultes et quatre-vingts enfants inscrits sur la liste des réservations : « Nous avons dû refuser beaucoup de monde qui souhaitaient réserver leur place, et aujourd’hui il y a encore des gens qui viennent spontanément en espérant pouvoir participer au buffet. Nous avons prévu de prolonger le brunch par une grande grillade en début d’après-midi. Je propose donc aux retardataires de revenir un peu plus tard et la plupart apprécient cette possibilité ». Juste avant midi, un groupe de cor des alpes démonte leurs instruments et une autre formation s’installe pour jouer leur répertoire folklorique. Aux tables, les discussions vont bon train, dans un parc aménagé, des enfants s’amusent sur une station de jeux en bois et plusieurs groupes visitent les installations des trois exploitations groupées sur ce coin de terre et associées pour cette fête. Le mercure s’élève, les pulls tombent et la fête bat son plein.

Elevage et agritourisme via la table

Avant de lancer les grillades, notamment avec des spécialités de cochon laineux, Claude-Eric Robert tente de s’isoler un moment. Raté ! Il faut encore annoncer le résultat du concours qui demandait d’estimer au plus près le poids du taureau de la ferme voisine, celle de Jean-Pierre Robert, où sont élevées des vaches allaitantes. Pour l’anecdote, la bestiole pèse 607 kilos, soit cent fois plus que la corbeille garnie offerte au gagnant.
De toute évidence, Claude-Eric Robert prend plaisir à faire visiter son exploitation, à expliquer le fonctionnement de son élevage de poules pondeuses et à parler des produits faits maison ou des brunchs qu’il a lancés fin juin : « l’idée c’est de rencontrer des gens, de faire connaître notre métier, notre environnement et nos produits. Le mois dernier nous avons reçu une dizaine de groupes, certains pour des brunchs, d’autres pour les « quatre heures ». Dans les deux cas, le repas et la visite de l’exploitation durent au minimum deux heures. Bien sûr on ne pourrait pas faire ça tous les jours, mais comme ces visites se font sur inscription préalable, on parvient à intégrer sans trop de mal cet agritourisme dans la gestion de notre domaine ».

Découvrir les produits du terroir

Le « Brunch fermier découverte » au Joratel est proposé toute l'année – sur réservation – du lundi au samedi, de 9h00 à 11h00 (éventuellement « goûter » l’après-midi), à partir de dix personnes minimum et trente convives maximum. Il est tout de même possible de participer à un brunch seul, à deux, trois ou quatre, mais il faudra alors convenir d’un rendez-vous qui coïncide avec celui d’un autre groupe. Le prix du brunch est fixé à vingt francs par adulte, c’est gratuit pour les enfants jusqu'à cinq ans, puis un franc par année d'âge dès six ans.
Le goûter des visiteurs est dressé sur la grande table de la salle à manger familiale, là même où, après le départ de leurs hôtes, Claude-Eric, Anouk, leurs six enfants et une jeune fille au pair, partagent quotidiennement leurs repas. L’idée, c’est avant tout de mettre en valeur les produits artisanaux confectionnés par la maîtresse des lieux ou des producteurs locaux : pains, tresses, escargots sucrés, gâteaux, biscuits, meringues, confitures, miel, viande froide, fromages et évidemment les œufs de la ferme.
Pour ces agriculteurs de la vallée des Ponts-de-Martel, ces brunchs sont aussi une bonne opportunité de promouvoir la vente directe qu’ils pratiquent depuis longtemps.

Visite guidée et expliquée

En plus de la tournée de sa ferme, qui passe par la visite de ses 2'500 poules pondeuses et de sa cinquantaine de vaches laitières, Claude-Eric Robert peut aussi emmener ses visiteurs dans les tourbières situées non loin de son domaine. « Il y a peu, j’ai accueilli une classe d’écoliers. L’intérêt des enfants est très différent de celui des adultes. Les gosses sont surtout captivés par les animaux et leurs petits en particulier. Les questions sont plus naïves, mais ils sont curieux et ont soif de savoir. Les interrogations des adultes sont souvent plus techniques ou matérielles ».
Il est plus de 13 heures… Claude-Eric Robert est appelé au grill où des visiteurs s’agglutinent déjà : une des friteuse semble avoir une fuite, il faut amener la sauce à salade et préparer les premières commandes. Juste le temps de poser pour une photo avec sa femme Anouk et le voilà qui reprend en main l’organisation de la fête. Dans le champ qui tient lieu de parking, le nombre de voitures ne cesse de croître… la journée n’est pas terminée…


Pascal Tissier


Renseignements supplémentaires au 032 937 14 15 ou au 079 240 61 32

 

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |