Peseux: l'exécutif désavoué par le législatif » Blog de PasTis

 Peseux: l'exécutif désavoué par le législatif

7/11/2007

Le Conseil communal subiéreux vertement désavoué
par ses conseillers généraux
 


Jeudi dernier, bousculé par des conseillers généraux ulcérés par ses « maladresses », le conseiller communal Patrice Neuenschwander, directeur de l'Urbanisme, a été jusqu’à supplier les élus : « De grâce, donnez au Conseil communal la possibilité de faire avancer ce projet ». En vain ! Par treize voix contre onze, le législatif à refuser a refusé d'entrer en matière sur le budget de 922’000 francs destiné à réaménager la rue du Château.

Parc du Château à Peseux
Depuis plus de vingt ans, le Parc du Château de Peseux à fait l’objet de
plusieurs projets de parking dessinés par différents architectes, comme
cette variante de 52 places souterraines, datée de 1991, «oubliée» dans
les archives de la commune.             (photo et montage: Pascal Tissier)

 

La séance extraordinaire du Conseil général qui s’est tenu jeudi dernier à la Maison de Commune de Peseux avait pourtant bien commencé. Les rapports concernant l’introduction d’émolument, de taxe et de redevance communaux, dans le cadre de l’ouverture du marché de l’électricité, ou la délégation de la compétence du Conseil général au Conseil communal pour fixer les tarifs de l’électricité, n’ont pas fait d’étincelles et ont été acceptés à l’unanimité.
Deux autres objets concernant des budgets relatifs à des aménagements urbains étaient à l’ordre du jour de cette séance, et là, il y avait de l’électricité dans l’air.

Les radicaux se fâchent…

Les débats au sujet d’une demande de crédit de 321'000 francs pour la création de quatorze places de parc derrière l’école enfantine Sorimont (Grand-Rue 45) et le réaménagement du Parc du Château de Peseux ne laissaient aucun doute sur l’orage qui allait s’abattre sur le Conseil communal, un peu plus tard dans la soirée.
Pour preuve, l’intervention du parti radical qui, par la voix de Bernard Jaquet, « constate que l’exécutif persiste et signe à vouloir à tout prix faire passer des crédits dans le secteur du Château avant que nous ayons en mains le rapport sur l’étude globale que nous avions demandée avec insistance. Cette manière de mettre la charrue devant les bœufs nous irrite quelque peu et nous étions prêts à renvoyer les dossiers à son auteur (Patrice Neuenschwander, ndlr) ». Malgré cela, les élus radicaux acceptent « à titre exceptionnel » d’entrer en matière sur ce crédit, mais préviennent : « nous n’entrerons pas en matière sur d’autres projets avant l’adoption des conclusions de ladite étude par le législatif ».

…les libéraux aussi !

Rapporteur des libéraux, Attila Tenky interroge le Conseil communal : « que sont devenues les nombreuses études consacrées au réaménagement de ce parc privilégiant le développement de places de parking ? La création de quatorze places de parc dans une zone fréquentée par de nombreux jeunes enfants est-elle opportune ? ». Plus loin dans leur exposé, les libéraux adressent eux aussi un message clair à Patrice Neuenschwander : « à l’avenir, nous n’entrerons plus en matière sans un rapport préliminaire des études consacrées à un projet ».
Si la socialiste Sylviane Sauser-Regli reconnaît que le projet est « financièrement raisonnable », elle considère que « ces quatorze places de parc sont dérisoires », d’autant que l’accès est délicat et que la sécurité des enfants de Sorimont est en jeu. De ce fait elle annonce clairement qu’elle « refuse ce rapport ».

Où sont passés les anciens projets ?

Le libéral Attila Tenki revient à la charge : « en 1985, un projet de parking en sous-sol avait été étudié par le bureau Longhi. En 1993, après la déconfiture des sociétés gérées par le notaire Wavre, un nouveau plan de parking de 52 places a été soumis au Conseil communal par le bureau Sägesser. Comment des gestionnaires peuvent-ils oublier ce qui se trouve dans les archives ? C’était l’occasion de doter le centre du village d’un excellent moyen de stopper le parcage sauvage ».
L’intervention du radical Jean-Pierre Wildhaber : va dans le même sens : « certes un parking souterrain coûte cher, mais à voir le parking de la Place Pury, c’est rentable et ça permet d’offrir un beau parc aux piétons ».
« Selon les ingénieurs, il n’y a pas la place pour faire un parking sous le Parc du Château », clame Patrice Neuenschwander, qui reconnaît au passage que « le Conseil communal a été une fois de plus maladroit, et qu’il aurait effectivement dû remettre un rapport sur le plan d’aménagement ».
Finalement, le Conseil général accepte la création des quatorze places de parc et le réaménagement du Parc du Château par dix-neuf voix contre cinq

Ça passe ou sa casse !

Au moment de passer à la demande de crédit de 922'000 francs pour la rénovation de la rue du Château, la messe est dite. Comme il l’a indiqué précédemment, le groupe radical refuse d’entrer en matière sur ce projet « tant et aussi longtemps que le rapport d’étude globale ne sera pas finalisé ».
Par la voix d’Alain Sommer, les libéraux « constate que les commissions indiquées dans le rapport n’ont pas été consultées et qu’il n’y a eu de présentation ni au conseil général, ni aux habitants ». En outre, les libéraux jugent certains aspects de ce projet trop onéreux et trop luxueux. Et même s’il reconnaît que le réaménagement de la rue du Château est une priorité, le groupe libéral persiste à ne pas entrer en matière sur le rapport présenté.
A deux reprises, Lidia Renzo, la présidente du Conseil général demande à Patrice Neuenschwander s’il veut retirer son rapport. Il refuse et tente une dernière fois de convaincre les élus : « le Conseil communal ne sait plus trop quoi faire. Il est désorienté. Nous avons été maladroit. Nous avons estimé, à tort, qu’il n’était pas nécessaire de vous soumettre un rapport d’information. Faites-nous des propositions !  Mais De grâce, donnez au Conseil communal la possibilité de faire avancer ce projet ! »
Par treize voix contre onze, les conseillers généraux ont refusé d'entrer en matière.


Pascal Tissier

 

Projets Parc du Château



Autres articles sur le projet de fusion entre Peseux et Corcelles-Cormondrèche

21-05-08  Peseux: Patrice Neuenschwander s'explique

12-12-07  Peseux - Corcelles: la fusion passe à la trappe

28-11-07  La Côte - les Conseillers communaux ulcérés

21-11-07  La Côte: deuxième débat public sur la fusion

14-11-07  La Côte: les partisans de la fusion en campagne

07-11-07  Peseux: l'exécutif désavoué par le législatif

31-10-07  La Côte: les opposants à la fusion s'affichent

12-09-07  Peseux - Corcelles: le processus de fusion est lancé

05-09-07  La Côte - Une fusion qui divise

27-06-07  La Côte: des armoiries pour une future fusion




Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |