Peseux: Erica Di Nicola, une étudiante à l'exécutif » Blog de PasTis

 Peseux: Erica Di Nicola, une étudiante à l'exécutif

7/5/2008

Erica Di Nicola,
24 ans, Conseillère communale


Peseux • En s’adjugeant le deuxième meilleur résultat au nombre de suffrages à l’élection communale de Peseux, Erica Di Nicola, étudiante et caissière dans une grande surface, est la plus jeune Conseillère communale du canton. Rencontre avec cette jeune socialiste hyperactive.

Erica Di Nicola
Durant sa campagne, Erica Di Nicola a distribué plus de 1'300 flyers
dans les boîtes aux lettres de SA commune.               Pascal Tissier

 

«Dites bien que je remercie du fond du fond du cœur tous ceux qui ont voté pour moi!». Le visage rayonnant, Erica Di Nicola, n’en revient encore pas: «C’est fantastique! Je ne peux plus faire dix mètres à pied dans la rue sans que des gens viennent me féliciter». Du haut de ses 24 ans et à cinq suffrages près, la jeune socialiste a failli réaliser le meilleur résultat des urnes de sa commune: avec ses 514 voix elle termine deuxième derrière sa collègue de parti, Jacqueline Zosso (519 voix). Quoi qu’il en soit, cette jeune étudiante en géographie, littérature italienne et science de l’éducation à l’Université de Neuchâtel, est à ce jour la plus jeune Conseillère communale du canton. Respect!

Erica Di NicolaCaissière à la Migros

Si elle habite encore chez ses parents, Erica Di Nicola est financièrement indépendante: «Depuis cinq ans, je travaille à mi-temps comme caissière à la Migros de Peseux. J’ai aussi été, durant deux ans, placeuse dans les cinémas de Neuchâtel. Ces jobs m’ont permis de financer plusieurs séjours linguistiques en Angleterre, à Malte ou aux Etats-Unis, ainsi que mes cours du soir d’espagnol et d’allemand. Je pense que mon poste de caissière m’a apporté une certaine notoriété, entre guillemets, dans le village. J’ai aussi certainement été soutenue par la communauté italienne. Avant le scrutin, de nombreux clients qui passaient à ma caisse m’ont adressé leurs encouragements ou m’ont assuré qu’ils voteraient pour moi. Voilà, c’est fait! A moi maintenant de ne pas les décevoir et de me montrer digne de leur confiance».

Au Conseil général

Mais qu’est-ce qui a amené cette jeune femme à se lancer dans la politique? «En fait, c’est une amie, Vanessa Robert, alors étudiante en science politique et caissière comme moi qui m’a encouragé à la rejoindre au parti et sur les bancs du Conseil général. C’était en 2006, si je me souviens bien. Depuis, je me suis passionnée pour la vie de ce village où je suis née et que je n’ai jamais quitté. J’ai toujours été intéressée par l’environnement, la migration et l’éducation. J’ai même suivi des cours sur l’aménagement du territoire. Actuellement je fais partie de la commission d’agrégation, pour les demandes de naturalisation à Peseux, et pour l’Uni je prépare un mémoire sur le fonctionnement des magasins étrangers à la rue de l’Ecluse, à Neuchâtel».

Erica Di NicolaErica a fait sa pub

Occupée à scanner les courses des clients du supermarché, Erica Di Nicola n’a pas eu l’occasion de participer pleinement à la campagne électorale de son groupe, notamment le samedi, sur le stand dressé devant le centre commercial. Qu’à cela ne tienne, aidée par amis, dont un ingénieur en informatique des médias, elle a fait imprimer plus de 1'300 flyers pour transmettre son message à un maximum de Subiéreux. «Quartier après quartier, rue après rue, parfois aidée par mes parents, je suis allée glisser ce feuillet dans les boîtes aux lettres de presque tout le village».
Reste maintenant à savoir de quel dicastère Erica Di Nicola va hériter. « Je n’aurai pas le choix. Les trois conseillers communaux reconduits auront la priorité et je devrai accepter de prendre l’un des deux mandats restants. Par rapport à mes études et mes intérêts, j’aurais bien voulu m’occuper de l’urbanisme ou du département sports, culture, loisirs. On verra bien. La répartition sera définie lors d’une réunion fixée au 26 mai. Quant au premier Conseil général dans sa nouvelle configuration, il aura lieu le 5 juin prochain».

Une page se tourne

D’ici là, le papillon de nuit qu’elle est, pourra continuer à s’adonner à la danse, à la salsa, au badminton, à ses cours d’aérobic… à profiter encore de quelques soirées au théâtre, à l’opéra ou en discothèque. Avec les dossiers qui vont lui arriver sur les bras et les séances de travail qui vont se succéder, son temps libre va fondre comme du beurre au soleil. «Ça ne me fait pas peur. Mon inscription à l’élection au Conseil communal, est un engagement que j’ai mûrement réfléchi. J’aime Peseux, vraiment! Maintenant que j’ai été élue je vais consacrer toute mon énergie et mes convictions pour le bien de mon village. Dans la mesure de mes moyens et avec l’aide de mes collègues à l’exécutif, j’aimerais pouvoir améliorer certaines choses. Je pense notamment à la sécurité des habitants, le soir aux abords du Temple, et aux problèmes de circulation, des piétons comme des automobilistes, au centre de la commune».
«Laissez la place aux jeunes, car ils sont l’avenir de Peseux», a écrit Erica Di Nicola sur son flyer, juste en dessous de ce proverbe grec: «Le travail de la jeunesse fait le repos de la vieillesse». A voir son engouement et sa détermination, nous serons certainement appelés à reparler d’elle.


Pascal Tissier

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |