Peseux: Le FC Peseux-Comète sur la touche » Blog de PasTis

 Peseux: Le FC Peseux-Comète sur la touche

5/3/2008

Les élus subiéreux ont déçu les membres du FC Peseux-Comète

Peseux • Vice-Président du FC Peseux-Comète et entraîneur de l’une des équipes du club, Michele Calabrese exprime sa profonde tristesse et sa déception suite au refus par le conseil général de Peseux d’entrer en matière sur une demande de crédit d’un peu plus d’un million et demi de francs pour la construction de nouveaux vestiaires au stade de Chantemerle: «Un besoin compris, mais un soutien refusé», regrette le manager du club subiéreux .


Michele Calabrese
Vice-Président du FC Peseux-Comète et entraîneur de la deuxième équipe (4e ligue),
Michele Calabrese n’avait pas envie de voir sa photo publiée dans la presse, mais
sa détermination à sensibiliser la population à propos du refus, par le conseil général,
d’entrer en matière sur la rénovation du bâtiment et des installations du stade de
Chantemerle a été la plus forte. Photo: Pascal Tissier


Michele Calabrese est dans la salle du Conseil général au soir du 21 février et le vice-Président du FC Peseux-Comète n’est pas venu seul : « une cinquantaine de joueurs et de sympathisants du club était aussi présent pour assister aux débats ».
Pour rappel, lors de cette séance houleuse suspendue à deux reprises, par vingt-deux voix contre dix, le législatif de Peseux a refusé d’entrer en matière sur un crédit de plus d’un million et demi de francs pour la construction de nouveaux vestiaires au stade de Chantemerle. Plusieurs élus ont reproché au Conseil communal un montage financier douteux, tout en reconnaissant l’urgence des travaux.
« Dès le début des discussions, ce rapport pourtant bien ficelé et parfaitement transparent, a été démoli par une partie des Conseillers généraux, le plus souvent avec des arguments qui m’ont paru déplacés et hors contexte. J’ai vraiment eu du mal à rester silencieux en entendant certaines interventions ».

Une aide attendue depuis longtemps

Ce qui irrite l’entraîneur de la deuxième équipe (4e ligue) du FC Peseux-Comète, c’est que depuis de nombreuses années le club vit quasiment en autarcie et qu’aujourd’hui le législatif n’exprime aucune reconnaissance pour le travail accompli bénévolement jusque-là : « Certes, le message de besoin urgent a été entendu, mais force est de constater que l’état des installations de Chantemerle n’est pas dans les priorités de nos chers politiciens. Le plus rageant, c’est d’entendre des Conseillers généraux dénoncer un projet soit disant élaboré dans l’urgence alors que notre club réclame une aide depuis de nombreuses années déjà ».

La contradiction des coûts

Michele Calabrese revient aussi sur les contradictions énoncées par les opposants à ce rapport : « Comment ne pas sourire lorsque certains trouvent le coût trop excessif, mais s’étonnent que la construction ne soit pas prévue avec le label Minergie. Des normes difficilement applicables pour ce projet et qui, compte tenu du contexte géographique et de l’utilisation particulière du site, feraient inévitablement exploser son coût. A ce propos, je trouve désolant de constater que nos élus se préoccupent subitement bien plus de problèmes d’environnement que de la santé des trois cent jeunes et moins jeunes qui doivent se doucher chaque semaine dans des conditions inadmissibles vu l’insalubrité des lieux. Personnellement je trouve que c’est une honte pour une commune de la taille de Peseux ».

La jeunesse délaissée

« C’est incompréhensible ! Comment ceux qui ont refusé d’entrer en matière sur ce projet peuvent prétendre soutenir la jeunesse ? », s’interroge encore le vice-président de FC Peseux-Comète. « Ils ont désavoué un projet qui ne peut qu’encourager notre jeunesse à pratiquer un sport, qui favorise également l’intégration de nombreux jeunes étrangers et qui apprend aux adolescents – toujours plus individualistes – à vivre en communauté. Non, sérieusement, à l’heure où il est question d’obésité en augmentation, d’une croissance de la délinquance juvénile, ce refus va vraiment à l’encontre du bon sens. Les juniors sont quand même mieux chez nous que dans la rue, non ? ».

Les dortoirs : un atout

« En juillet 2007 les élus de Corcelles-Cormondrèche ont accepté un crédit de plus d’un million pour la transformation des vestiaires du Stade du Grand-Locle, poursuit Michele Calabrese. A Peseux, le Conseil communal a préféré attendre le vote sur la fusion pour proposer le crédit nécessaire à la mise en conformité du bâtiment et des installations du stade de Chantemerle. En vain. Certes, le projet n’est pas parfait, mais comment peut-il l’être, chaque personne ayant une perception différente des choses ? L’aménagement de dortoirs a été contesté, mais cette possibilité de logements, pour un surcoût d’environ 150'000 francs, soit dix pour cent du coût global, a le mérite de donner un attrait supplémentaire au site, puisque d’autres sociétés ¬– tant sportives que culturelles – auraient pu en profiter, comme les écoles d’ailleurs, pour des camps verts ou sportifs ».

Une situation critique

Le jeune homme – qui est entré au club en 1997 – soupire et poursuit : « Nous n’attendions pas un chèque en blanc, mais au moins un accord de principe sous réserve de certaines conditions et avec des aménagements définis par des amendements. Mais voilà, vingt-deux élus ont préféré refuser le tout, quitte à perdre à nouveau un temps précieux vu l’échéance du droit de superficie. J’ai le sentiment que certains opposants se sont contentés de régler des comptes suite à d’anciennes rancœurs personnelles, plutôt que de cautionner le bien-fondé de notre besoin. Allez maintenant expliquer aux jeunes présents à cette séance du Conseil général que l’avenir est morose à cause de frictions personnelles. Ça ne va pas les encourager à s’engager en politique. Quoi qu’il en soit ce comportement plonge notre club dans une situation critique. En effet, si depuis près d’un siècle le FC Peseux-Comète se débrouille seul tant bien que mal, il se retrouve aujourd’hui confronté à un match qu’il ne peut pas gagner sans l’aide de la Commune ».

Un club bientôt centenaire

Ce d’autant que, selon le vice-président du FC Peseux-Comète, il devient de plus en plus difficile pour le club de trouver l’argent nécessaire à son fonctionnement : « Bien sûr on peut compter sur les cotisations de nos membres et les revenus issus de nos manifestations, mais on a de plus en plus de mal à réunir des fonds. Les lotos c’est plus ce que c’était et les sponsors se font rares. On est l’un des seuls clubs de la région à être propriétaire de ses installations, et c’est plus une charge qu’un luxe car tout est vétuste, délabré ou en fin de vie, comme notre chaudière, par exemple ».
Pour terminer, Michele Calabrese précise qu’il ne tient pas à mettre de l’huile sur le feu, mais qu’il veut juste garder l’espoir qu’une solution soit trouvée rapidement : « J’ose espérer que l’excellent travail du Conseil communal ainsi que le soutien d’un tiers des conseillers généraux ne resteront pas sans lendemain, afin que le FC Peseux-Comète, bientôt centenaire, puisse poursuivre – dans des conditions acceptables – son rôle social auprès de la jeunesse subiéreuse. Si ce ça ne devait pas être le cas, il faudrait alors vraiment se poser la question s’il vaut la peine de mouiller le maillot pour une entité villageoise qui ne se mouille pas pour nous… »


Pascal Tissier

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |