Chorale - Le Chœur du Van » Blog de PasTis

 Chorale - Le Chœur du Van

5/3/2008

Le Chœur du Van
dans toutes ses émotions!


Canton • L’analogie entre le Creux du Van et le nom de la chorale mixte neuchâteloise n’est évidemment pas le fruit du hasard : le Chœur du Van revendique ainsi son identité culturelle. Pour les concerts qu’elle donne à partir de ce vendredi à Saint-Imier, La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel et Fleurier, la chorale a choisi d’interpréter des œuvres méconnues du XIXe siècle signées Mendelssohn, Bruckner ou Saint-Saëns. Seul le morceau phare est contemporain et à découvrir : Totus tuus, du polonais Henryk Mikolaj Górecki. 


Le Chœur du Van
Un chœur mixte ayant autant d’hommes que de dames, c’est exceptionnel!
Le Chœur du Van a cette chance-là avec ses quelque trente chanteuses et
trente chanteurs, ici en pleine répétition, sous la direction de Bernard Guye.


Sous la direction de Bernard Guye, directeur bien connu dans le canton de Neuchâtel, le Chœur du Van interprétera une quinzaine d’œuvres, essentiellement de musique sacrée, lors de quatre concerts qu’il donnera dans la région : à Saint-Imier, ce vendredi 7 mars, à la collégiale, à 20h15 ; à La Chaux-de-Fonds, le dimanche 9 mars, au Sacré-Cœur à 17h00 ; à Neuchâtel, le samedi 15 mars à Notre-Dame, église rouge, à 20h15 ; et à Fleurier, le dimanche 16 mars, à l’église catholique, dès 17h00. L’entrée de ces concerts est libre (collecte à la sortie).
Le répertoire est consacré à des pièces moyennement connues de compositeurs qui, eux, le sont largement, à deux exceptions près: le Suédois August Södermann (messe) et le Polonais Henryk Mikolaj Górecki qui a écrit son Totus Tuus – en 1987 – à l’occasion du troisième voyage du pape Jean-Paul II dans son pays natal. A part ces deux grandes œuvres, les chanteurs proposeront des pièces de Felix Mendelssohn (dont le fameux Richte mich Gott), d’Anton Bruckner (avec un magnifique Ave Maria à 7 voix), de Camille Saint-Saëns (Tantum ergo, en chœur d’hommes) et du très profane Jacques Offenbach (la Barcarole).

A capella… et en France

Directeur du Chœur du Van et par ailleurs président de la commission de musique de la Société Cantonale des Chanteurs Neuchâtelois (SCCN), Bernard Guye tient à préciser que « la messe de Södermann est interprétée avec orgue. Quant aux cinq motets de Mendelssohn, ils sont chantés a capella, dont Beati Mortui et Periti Autem pour chœur d’hommes et le Skylarks’song pour chœur de dames. Les Saint-Saëns sont a capella sauf le dernier, Panis Angelicus, accompagné au piano. Pour la Barcarole d’Offenbach, le chœur de dames est également accompagné au piano, alors que la pièce phare du concert, le grand chant choral Totus Tuus, de Górecki, est un huit voix à capella ».
Après ces concerts dans la région, le Chœur du Van aura la chance d’aller se produire en France, dans l’église extraordinaire de Le Corbusier, à Firminy, près de Saint-Etienne. Ce sera au mois de mai. pti/comm


Renseignements complémentaires sur www.sccn.ch

 

Le Chœur du Van

 

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |