Portrait de Vincent Bigler... chanteur... » Blog de PasTis

 Portrait de Vincent Bigler... chanteur...

5/6/2008

Vincent Bigler:
«J’ai tellement de choses à dire»


A la veille de sortir son premier disque, Vincent Bigler parle et se confie. Des accidents de la vie lui ont donné l’envie de s’exprimer, de partager et de chanter l’amour, l’espoir...

 

Vincent Bigler

 

«Je travaille d'arrache pieds pour finir mon maxi-CD cinq titres, intitulé « Accord simple». Vincent Bigler se réjouit de voir sa première galette bientôt gravée: «Je suis très confiant, ça sonne exactement comme je veux et sa sortie est prévue pour le 15 juillet, soit juste avant mon concert du 30 juillet au West Park Festival Open Air, à la Chaux-de-Fonds ».

Pensif, Vincent Bigler cherche dans ses souvenirs l’origine de ses premiers accords musicaux: «Depuis tout petit je joue et je chante. J’avais cinq ans lorsque j’ai reçu une guitare de mon oncle… comme Jimi Hendrix... et comme lui je suis gaucher».

Ses goûts musicaux sont variés: «mes icônes sont Jim Morrison, Calogero, Damien Saez et Goldman, mais ma référence est et restera toujours Jacques Brel. Je sais tout de lui et suis fasciné par ce qu’il a fait. C’est d’ailleurs pour cela que mes chansons sont avant tout des mots plutôt que de la musique. J’aimerais que les gens puissent apprécier mes paroles».

Une passion secrète

Si aujourd’hui, à trente ans, Vincent Bigler s’exprime avec enthousiasme sur sa passion de la musique, cela n’a pas toujours été le cas: «Pendant vingt ans, je n’ai pas dévoilé mon attrait pour la musique. Quand des amis venaient chez moi, je planquais tout, ma guitare, mes notes, comme si j’avais honte que l’on puisse savoir que je faisais de la musique. J’avais même aménagé un espace dans une armoire pour cacher mes instruments quand mes copains arrivaient. Je n’en parlais jamais. Personne ne pouvait savoir que je jouais de la musique et que j’écrivais des chansons».

Persuadé d’être un incompris, le jeune homme s’est plongé dans la lecture des textes de ses «idoles»: «A dix-huit ans j’écoutais beaucoup Les Doors et je m’intéressais aux poèmes de Jim Morrison et aux textes de Jacques Brel. J’avais l’impression de me retrouver dans leurs textes, comme s’ils me comprenaient. Je trouvais des réponses à mes interrogations dans leurs écrits…

Les premiers castings

En juin 2000, au cours d’un match de foot, c’est l’accident: fracture de l’astragale (l’os de la cheville qui fait pivot entre le pied et le duo tibia-péroné). Les complications et les opérations s’enchaînent. Si il échappe de peu à l’amputation, Vincent Bigler va devoir supporter des soins durant quatre longues années, dont deux avec des béquilles: «Je me suis enfermé chez moi, seul, et c’est là que j’ai commencé le piano avec un instrument acheté quatre-cents francs à une copine qui partait pour l’Australie et que ma passion pour la composition a débuté.

Vincent a participé à quelques castings, dont celui d’Hélène Segara à la Maladière et à une audition pour l’émission Popstars Suisse. Ces deux expériences lui ont permis de lui donner confiance en lui, car il est arrivé dans les premiers sélectionnés.  Par la suite, il a crée son MySpace et a collaboré avec d’autres artistes, dont Ralflo, qui l’aide à arranger ces morceaux et Tiffen, sa prof de chant, qui lui a donné l’envie d’être l’interprète de ses propres chansons. Dès lors la musique a pris une autre signification, pour lui elle est devenue petit à petit une émotion, un échange et de belles rencontres.

L'épanouissement

J’ai déjà fait des concerts, pour Philip Morris devant plus de mille personnes au Sporting à Colombier, c’était ma-gni-fi-que! J’ai aussi chanté en avant-première du spectacle de Tex, à Saint-Aubin. Ce que je compose est assez mélancolique, j’écris plus facilement en mineur sauf pour la chanson «Petit homme» qui est en do majeur. Je ne chante qu’en français alors que je parle l’anglais couramment, mais j’ai tellement de choses à dire en français…»

Actuellement je travaille comme coordinateur de la logistique chez Philip Morris à Serrières,  j’essaye de concilier mon travail, la musique et ma vie privée. Parfois ce n’est pas facile, mais là je me suis fixé comme but de m’épanouir dans la musique, de sortir un album et de faire un maximum de scènes, car c’est avant tout pour ça que je fais de la musique.

«Aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir mangé mon pain noir et je suis vraiment heureux. J’ai un job passionnant, une copine formidable, des parents fantastiques et je m’épanouis pleinement dans la musique. J’ai rencontré Erica le 1er septembre dernier. C’est un rayon de soleil! Elle me soutient et m’encourage. J’aime dire d’elle, qu’elle rempli ma vie et l’a décore. Elle aura sa chanson, c’est clair!»

 

Pascal Tissier

 

www.myspace.com/vincentbigler


Autres articles sur Vincent Bigler

25-02-09  Peseux accueille le concert de Vincent Bigler

06-08-08  La première galette musicale de Vincent Bigler

05-06-08  Portrait de Vincent Bigler... chanteur...


 

Vincent Bigler

 



Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |