Neuchâtel: Anim'Action à Pierre-à-Bot » Blog de PasTis

 Neuchâtel: Anim'Action à Pierre-à-Bot

21/3/2007

Les habitants des quartiers de Pierre-à-Bot
se mobilisent pour améliorer leur qualité de vie


Neuchâtel • Dans le cadre du projet Anim’Action, des dizaines d’habitants des quartiers de Pierre-à-Bot se sont rassemblés à l’Ecole des Acacias mercredi dernier. Lors de cette réunion, ils ont eu l’opportunité d’exprimer leurs idées et de définir des initiatives d’intérêt commun qui pourraient améliorer l’image et la qualité de vie de leur quartier.


Anim'action
Michaël Frascotti (à gauche), du Centre de Loisirs, n’a pas eu besoin d’une oreillette
pour animer le débat avec la population des quartiers de Pierre-à-Bot… à la
grande satisfaction de Daniel Perdrizat, Directeur de la Jeunesse et de l’Intégration.

 

A l’initiative de la Ville de Neuchâtel, en collaboration avec l’Université, le Centre de Loisirs et Promotion Santé Suisse, le projet Anim’Action a pour objectif d’inciter les habitants à se rencontrer, dialoguer et participer à promouvoir la qualité de vie dans leur quartier par la réalisation de projets collectifs et consensuels (lire l’encadré ci-contre).
Les quartiers de Serrières et de Pierre-à-Bot (soit les résidants de Denis-de-Rougemont, de Pierre-à-Bot, des Acacias, de Puits-Godet, des Cadolles et du Verger-Rond) ont eu le privilège d’avoir été choisis pour cette première expérience collective.

La réunion de Pierre-à-Bot

Mercredi dernier, ce sont près de quatre-vingts habitants des quartiers de Pierre-à-Bot qui se sont rassemblés dans une salle de l’Ecole des Acacias pour entendre le compte-rendu des étudiants et définir les besoins spécifiques qui permettraient d’améliorer la réputation et la qualité de vie de ce quartier qui compte plus de 9'000 âmes aux innombrables origines.
Animée par Michaël Frascotti et Olivier Arni, du Centre de Loisirs, humour inclus, cette réunion s’est ouverte sur les encouragements de Daniel Perdrizat, Président de la Ville et Directeur de la Jeunesse et de l’Intégration : « il est primordial que vous puissiez mener à bien un projet en ne disant pas « ils », mais « nous » l’avons réalisé. C’est tout ce que je vous souhaite ! ».
Plusieurs étudiants se sont succédés à la tribune pour un petit historique du quartier et exposer le résultat de leur travail. Il ressort de leur enquête que les quartiers de Pierre-à-Bot jouissent d’une mauvaise réputation essentiellement auprès des gens qui n’habitent pas dans le secteur et qui tiennent souvent un « discours formaté ». Que la circulation qui traverse la zone est très importante, au point d’être considérée dangereuse. Et que le seul vrai lieu de rencontre se résume au magasin Denner des Acacias.


Anim'action
Face aux habitants des quartiers de Pierre-à-Bot présents à cette première réunion,
Daniel Perdrizat, Président de la ville et Directeur de la Jeunesse et de l’Intégration,
a insisté sur le fait que cette mobilisation ne serait pas vaine.


Petit scoop !

Est venu le moment de donner la parole aux habitants. C’est ce qu’attendait une habitante du coin pour annoncer la création d’une association de quartier et de préciser que l’assemblée constitutive se tiendrait le 25 avril prochain. L’espace d’un instant, le silence a régné et les animateurs, surpris par cette déclaration, sont restés muets. Comme pour briser la glace, l’intervenante a tenu à préciser que le travail des étudiants dans le quartier était bien ce qui avait motivé cette initiative.
Plusieurs résidants ont tenu à exprimer leur malaise face aux clichés qui collent aux quartiers de Pierre-à-Bot, considérés à tort comme un pendant des banlieues françaises avec tout ce qui s’y rapporte en termes d’insécurité. « C’est tout faux ! Le quartier est calme, il ne s’y passe rien » dit l’un, « certes Il y a des déprédations, des jeunes qui fument des produits illicites, mais pas plus que dans d’autres quartiers de la ville » selon une autre personne présente.

Favoriser le contact

Les animateurs n’ont aucune peine à recueillir des propositions pour améliorer la qualité de vie dans le secteur : un local pour l’association de quartier ; une maison de quartier (de culture) ; intégrer les plus grands pour aider les plus jeunes ; trouver une occupation pour les enfants dont les (deux) parents travaillent. « On devrait refaire des fêtes de quartier » dit Pablo, un jeune adolescent. Aussitôt l’idée en amène d’autres et les panneaux sur lesquels les animateurs notent les propositions débordent… 
Au terme de cette séance, de nombreux habitants se sont inscrits au groupe de travail qui va devoir maintenant synthétiser toutes ces propositions pour élaborer des projets concrets. Ceux-ci seront approfondis au cours de trois séances de travail animées par le  Centre de Loisirs. Et, d’ici l’été 2007, une nouvelle séance publique sera organisée afin de présenter le résultat de ce travail collectif. Restera alors à concrétiser les projets retenus en fonction des ressources à disposition et des priorités soutenues par la Ville de Neuchâtel… à suivre.


Pascal Tissier

 

Les trois étapes du projet Anim’Action

 

RENCONTRES • D’octobre 2006 à janvier 2007, plus d’une cinquantaine d’étudiants de l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel se sont scindés en deux groupes pour aller à la rencontre des habitants des deux quartiers afin de cerner les relations qu’ils entretiennent entre eux et avec leur cadre de vie (bâtiments, quartier, ville, route, circulation, moyens de transport, etc.). 

DIALOGUE – Début février, les habitants de Serrières ont pu prendre connaissance du travail des étudiants et soulever certains problèmes particuliers de leur quartier. Au terme de cette réunion, plusieurs résidants se sont engagés à participer à des groupes de travail. Le premier se chargera d’approfondir les problèmes liés à la « Mobilité » (transports publics, sécurité routière, piétons, stationnement, etc.). Le second groupe s’est engagé à synthétiser les lacunes en terme de « Sociabilité » (fêtes, places de jeux, terrains de sport, lieux de rencontre, etc.).

ACTIONS – Au mois de juin, de nouvelles séances publiques seront organisées dans les quartiers de Serrières et de Pierre-à-Bot afin de présenter les propositions d’actions concrètes basées sur les thèmes approfondis en groupe. (pti)

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |