Crèche Tic-Tac - 1er volet » Blog de PasTis

 Crèche Tic-Tac - 1er volet

19/3/2008

Grâce à de subtils montages financiers l'Etat gagne à la loterie

De plus en plus de collectivités publiques et de communes élaborent des montages financiers pour obtenir des subventions de la Loterie Romande ou du Sport-Toto, comme on l’a vu récemment à Peseux, avec un projet de nouveaux vestiaires pour le club de foot local. Mais même le Canton s’y met: l’Etat de Neuchâtel vient d’annoncer la création, avec deux partenaires, d’une association chargée de mettre en place deux crèches à l’attention notamment de son personnel. Bien entendu, l’association Tic-Tac ne se gênera pas de solliciter le soutien – sonnant et trébuchant – de la Loterie Romande.  

 

 

Intitulé «Des employeurs s’unissent pour créer une crèche à l’attention de leur personnel», le communiqué publié mardi dernier par le Département de la justice, de la sécurité et des finances (DJSF), révèle que «L’Etat de Neuchâtel, la Banque Cantonale Neuchâteloise (BCN) et Hildenbrand et Cie SA ont constitué ensemble, l’association Tic-Tac, qui sera chargée de mettre des places d’accueil pour enfants à disposition de leur personnel». La future crèche – qui sera établie sur les sites de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds – accueillera des enfants de huit semaines à six ans, «dans des conditions conformes aux normes applicables dans le canton». Le communiqué de l’Etat précise encore que cette crèche, financée par les membres de l’association et par les parents, «ne bénéficiera pas d’une participation financière des communes et du canton».

Du foot aux crèches

Cette annonce intervient trois semaines après les débats animés du Conseil général de Peseux (du 21 février dernier), à propos d’une demande de crédit concernant l’octroi d’un prêt d’un million et demi de francs au FC Peseux-Comète pour la construction de nouveaux vestiaires (voir notre édition du 27 février). Pour rappel, ce projet – finalement rejeté par le législatif – avait amené certains élus à critiquer le montage financier proposé par le Conseil communal: une opération qui aurait permis au projet du Conseil communal – par l’intermédiaire de son club – d’être «soutenu» financièrement à hauteur de vingt pour-cent par le Sport-Toto.
Lors de ce Conseil général, en réponse aux reproches des opposants et pour démontrer que son plan n’avait rien d’illicite, Pierre-Henri Barrelet, le Conseiller communal à l’origine de ce dossier a déclaré: «Récemment j’ai été invité à une séance au Château présidée par Jean Studer. Il nous a parlé de la création de deux crèches à l’Etat, une de dix places l’autre de vingt places. Savez-vous comment procède l’Etat pour financer «ses» crèches? Il fonde une association, avec la BCN notamment, et va demander une aide à la Loterie Romande. Et ce, tout en précisant bien que les tarifs qui seront appliqués aux parents qui mettront leurs enfants dans ces crèches seront identiques, par exemple, à ceux que l’on pratique dans la commune de Peseux».

L’avis du «pilote» des crèches

Président du comité de pilotage de ce projet de crèche et secrétaire général du Département de la justice, de la sécurité et des finances, Claude-Henri Schaller ne dément pas: «La subvention n’est pas automatique. Il faut qu’une demande soit adressée. Mais effectivement une association comme Tic-Tac peut solliciter une subvention de la Loterie Romande ou d’autres donateurs, ce que ne pourrait pas faire l’Etat». A la question de savoir si une telle demande a déjà été formulée, le secrétaire général du DJSF est plus évasif: «Pour l’instant le plan financier doit encore être élaboré, on verra en temps voulu, quoi qu’il en soit c’est une possibilité, mais la décision appartient au comité directeur de l’association».

Jusqu’à vingt pour-cent de subventions

Retour à Peseux, auprès de Pierre-Henri Barrelet: «La commune de Peseux subventionne un certain nombre de crèches privées dans le village, que ce soit Les Puzzles, Sorimont ou Les Chansons. Des crèches qui ont investi de leur poche tout ce qu’il faut pour fonctionner. Maintenant l’Etat, notamment avec la collaboration de la BCN, va ouvrir ses deux crèches à travers une association qui, pour constituer les fonds, le capital nécessaire à leur ouverture, va aller taper la Loterie Romande pour obtenir des subventions. Donc on voit que l’Etat de Neuchâtel, qui est quelque part une institution en dessus de notre commune, ne se gêne pas non plus de faire des montages financiers pour toucher de l’argent. Mais dans ce cas-là, personne n’élève la voix».
Le Conseiller communal subiéreux poursuit: «Il y a toute une série de clubs et d’entités dans le canton qui ont fait des montages similaires pour obtenir une partie de la manne du Sport-Toto. Celle-ci est attribuée au travers d’une institution qui fait partie des cellules de l’Etat puisque c’est le Service des sports qui la distribue. La règle veut qu’une entité comme une association de football puisse toucher jusqu’à vingt pour-cent des montants «subventionnables», par contre, si c’est une collectivité publique – comme la commune – qui mène le projet, elle ne pourra pas obtenir plus de dix pour-cent de subventions. Et la Loterie Romande fonctionne sur le même principe».

La LoRo aide aussi le théâtre

Et le chef du dicastère Sports-Culture-Loisirs de Peseux d’ajouter: «A Fontainemelon aussi les autorités de la commune, pour toucher un peu plus de subventions de la part de l’Etat, entre guillemets l’Etat, puisque c’est l’argent du Sport-Toto, ont monté un projet en constituant une PPE pour refaire les vestiaires de leur club de foot».
«Et puis il y a encore le Théâtre du Passage!», continue Pierre-Henri Barrelet. « Le théâtre de Neuchâtel est aussi l’émanation d’un montage financier entre plusieurs communes. Il y a un peu plus d’une année, on a créé une amicale du théâtre de Neuchâtel pour aller demander des sous à la Loterie Romande. Celle-ci a accordé 100’000 francs pour l’achat de projecteurs. Si les collectivités publiques, au travers du syndicat du théâtre, avaient demandé cette subvention, la LoRo l’aurait refusée. J’ai vraiment de la peine à comprendre les Conseillers généraux qui demandent à leur commune de faire toujours plus d’économies et qui, lorsqu’il y a un moyen légal d’en faire, s’y opposent. Si il y a des possibilités qui existent, pourquoi ne pas en profiter ? Pourquoi se couper le nez pour ce faire beau?»


Pascal Tissier


----------------------------------------------------------


Jusqu’à soixante enfants répartis sur deux sites

«L’association Tic-Tac a pour but d’offrir des places d’accueil aux enfants des employeurs qui sont membres de l’association», répète Claude-Henri Schaller, président du comité de pilotage de ce projet de crèche. «C’est le cas de la maison Hildenbrand qui va accueillir dans ses locaux de la rue Saint-Nicolas, le site de Neuchâtel. Robert Rettby, le directeur de cette entreprise, est très intéressé par ce type de partenariat public-privé. Ce qui est très intéressant pour nous, c’est d’avoir un relais, via Monsieur Rettby, auprès d’autres entreprises privées du canton. L’objectif principal étant d’avoir une crèche qui offre des places d’accueil aux enfants des collaborateurs des entreprises concernées, de l’Etat naturellement, mais aussi à d’autres collectivités publiques, puisque les statuts offrent la possibilité à d’autres entités publiques ou privées d’entrer dans l’association».

Et le site des Montagnes ?

Selon Claude-Henri Schaller, le projet est un peu moins avancé dans les Montagnes qu’à Neuchâtel: «Pour le site de La Chaux-de-Fonds on est en pleine négociation mais je ne peux pas encore vous révéler l’endroit où l’on s’installera. Sur l’ensemble du projet, on aura une trentaine de places pour les besoins de l’Etat, c’est ce que l’on a pu évaluer au cours d’une enquête effectuée l’année dernière, soit vingt sur le site de Neuchâtel et dix à La Chaux-de-Fonds. Ce qui ne signifie pas que l’on n’aura que trente enfants. Avec les demi-journées ça pourrait aller jusqu’à soixante». pti

 


Crèche Tic-Tac - 2e volet: Embargo pour l'inauguration de la crèche Tic-Tac

Crèche Tic-Tac - 3e volet: Ticket de Loterie perdant pour la crèche Tic-Tac

 

 

Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |