Le Fun Laser à Saint-Blaise » Blog de PasTis

 Le Fun Laser à Saint-Blaise

8/10/2008

Succès pour les batailles au laser

Saint-Blaise • Le Fun Laser est une affaire qui marche! Après un peu plus d’un an d’exploitation, les responsables envisagent d’ouvrir un second Fun Laser dans la région de Berne.


Mark Grünig et Claude-Alain Moreau, les responsables du Fun Laser, à Saint-Blaise


«On est très content de notre première année, d’autant qu’à ce jour nous avons déjà accueilli plus de 30'000 joueurs». Mark Grünig a de quoi sourire: le Fun Laser qu’il a ouvert en juillet 2007 avec Claude-Alain Moreau, son associé, a trouvé sa clientèle sur le littoral et plus loin à la ronde: «Si on regarde nos statistiques aujourd’hui, nous sommes bien au-dessus des moyennes calculées dans le business plan établi avant l’ouverture de l’établissement, que ce soit au niveau de la rentabilité, du nombre de clients reçus, des tranches d’âge concernées, ou du rayon géographique que nous espérions atteindre. On a de plus en plus de Biennois qui viennent s’amuser ici, et même des gens de Soleure ou de Berne, des Français aussi».

Selon Mark Grünig, «il n’existe que quatre centres de ce type en Suisse, deux à Genève, un à Villeneuve et le nôtre. Aucun du côté alémanique. Il est aussi intéressant de savoir que ces «laser games» sont très répandus en France, alors qu’il sont quasiment inexistants en Allemagne. Cela explique peut-être pourquoi nous avons de plus en plus de Suisses-allemand qui viennent chez nous».

Vu le succès de son Fun Laser, Mark Grünig envisage maintenant d’en ouvrir d’autres, notamment un prochainement près de Berne: «Il y a un énorme potentiel en Suisse alémanique que l’on va attaquer bientôt… c’est notre objectif actuellement. D’abord près de la capitale, mais peut-être aussi à Bâle ou à Zurich. Mais ce qui est sûr, c’est que ces installations seront plus grandes. Ici, c’est suffisant pour le bassin concerné, mais à Berne ou Zurich, il faudrait pouvoir aménager trois ou quatre salles différentes».

Mark Grünig reconnaît que la majorité des joueurs sont des adolescents, dont la moitié de filles: «En semaine, la moyenne d’âge des joueurs est de quinze ans, le week-end elle monte à trente». Mais le Fun Laser de Saint-Blaise est surtout devenu un lieu de rendez-vous pour des apéros, des séances de travail et des fêtes: «Il y a de plus en plus d’enterrements de vie de garçon. En général le futur marié est déguisé en lapin et ses amis le prennent en chasse. Et puis nous disposons d’une salle dans laquelle il est possible d’organiser des repas, des goûters ou des réunions de travail. Plusieurs sociétés sont déjà venues et, après les discussions ou les séminaires, les cravates tombent, tout le monde s’équipe et va se défouler dans le labyrinthe. Mais la formule anniversaire est celle qui rencontre le plus de succès. Les parents amènent les enfants et nous les prenons en charge. Selon la formule choisie, on sert des boissons à gogo, on s’occupe du gâteau d’anniversaire et après ça, les enfants vont disputer une partie de «Laser Game». Et bien entendu, c’est gratuit pour celui ou celle qui a soufflé les bougies». 

Fort de son succès, le Fun Laser a créé son club. Les adhérents viennent s’entraîner un soir par semaine. Dans un avenir proche, l’équipe de Saint-Blaise va pouvoir affronter des équipes romandes ou françaises avec l’espoir de participer au Championnat européen de Laser Game.


Pascal Tissier


Renseignements complémentaires sur www.funlaser.ch

----------------------------------------------------------------------------


Le Fun Laser, c’est quoi?

Le concept du jeu est simple: dans un environnement de plus de 400 m2 qui ressemble au labyrinthe d’un vieux vaisseau spatial sur deux niveaux, les joueurs (jusqu’à vingt-cinq au maximum) jouent à cache-cache… enfin, presque. C’est que chaque participant est équipé d’un plastron, sorte de gilet muni de capteurs sur le thorax, le dos et les épaules, et d’un pistolet qui libère un rayon laser (totalement inoffensif, bien sûr). Le but du jeu est donc d’atteindre avec son faisceau les capteurs des adversaires en évitant de se faire toucher. Chaque cible atteinte correspond à un certain nombre de points enregistrés par un système informatique qui, au terme de la partie, permet d’obtenir le résultat individuel des points perdus ou accumulés par chaque joueur. Pour peaufiner l’ambiance, de la musique (à choix) et de la fumée sont diffusées dans ce décor futuriste parsemé d’obstacles, de cachettes et de quelques pièges. pti



 

 


Autres articles sur Saint-Blaise

14-01-09  Saint-Blaise: Imbroglio politico-immobilier (3)

07-01-09  Saint-Blaise: infos par SMS

07-01-09  Portrait Marc Imwinkelried

10-12-08  Portes ouvertes à la cave de Dimitri Engel

10-12-08  Saint-Blaise: Imbroglio politico-immobilier (2)

25-11-08  Saint-Blaise: Imbroglio politico-immobilier (1)

18-11-08  Les révélations d'Olivier Haussener

11-11-08  Olivier Haussener et les rumeurs

28-10-08  Exposition d'oiseaux à Saint-Blaise

08-10-08  Le Fun Laser à Saint-Blaise

06-08-08  Saint-Blaise: Cocteau exposé au Boccalino

28-05-08  Saint-Blaise: rumeurs et mystère autour d'un candidat

16-01-08  Saint-Blaise: Un ministre au service du Castel

19-12-07  Saint-Blaise: partie de Monopoly gagnante

12-12-07  Saint-Blaise: transaction immobilière

10-10-07  Deux cents oiseaux exposés à Saint-Blaise

09-05-07  Saint-Blaise: Balade pour découvrir le village






Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |