Transrun: une variante qui dérange? » Blog de PasTis

 Transrun: une variante qui dérange?

8/10/2008

«Ils nous racontent des salades!»

Transports • Le projet Transrun soutenu par le Conseil d’Etat n’est pas une solution ouverte vers l’avenir, c’est en tout cas l’avis d’un citoyen qui a élaboré le Transtourne, une variante qui, selon lui, est plus attractive et moins coûteuse.

 

 

«J’aimerais pouvoir m’adresser aux politiciens, leur démontrer qu’une solution alternative au Transrun est possible. Je suis certain que mon projet Transtourne est la solution la plus fiable, la plus conviviale et la plus sûre. C’est aussi l’alternative la moins chère, soucieuse des deniers publics, de l’environnement et tournée vers l’avenir». Patrice Vivot est persuadé que son projet ferroviaire «tient la route». Depuis qu’il a découvert, début février, l’appel de soutien au Transrun lancé à la population par les quotidiens neuchâtelois, cet informaticien s’est attaché à peaufiner le projet qu’il présente en détail, avec plans et photos à l’appui, sur un site internet spécifique (www.transtourne.ch). «J’ai contacté les politiciens du Conseil d’Etat et du Grand Conseil… en vain. A voir les statistiques du site, je sais que la plupart sont allés visiter mon site, mais personne ne m’a contacté».

Patrice Vivot ne comprend pas cette indifférence, d’autant que, sur le papier, son projet à tout pour plaire: «Le Transtourne c’est un tunnel de seulement dix kilomètres… soit six kilomètres et 110 millions de moins que le Transrun, le tout sans rien détruire, pas la moindre maison, ni les lignes existantes. Je ne comprends pas que l’Etat n’ait pas opté pour une solution internationale financée par la Confédération plutôt que de miser sur un projet local conçu pour des trains régionaux, non attractif pour les CFF et qui coûtera cher aux contribuables». 

Déterminé à poursuivre le développement de son projet ferroviaire, Patrice Vivot est convaincu que «son» tunnel sous la Tourne n’offre que des avantages: «En gardant la ligne actuelle entre le haut et le bas du canton et en y greffant le Transtourne on assurerait enfin une liaison équitable pour toutes les régions du canton».
Tout son concept est basé sur un tunnel d’un peu plus de dix kilomètres qui relie l’entrée de Chambrelien (La Luche, altitude 663 m) au Locle (La Molière, altitude 915 m), avec une dénivellation de 252 mètres et une pente de 2,4%.
«Avec cette variante, un train au départ de Neuchâtel mettrait approximativement 18 minutes pour arriver à la gare du Locle, 24 minutes pour se rendre à La Chaux-de-Fonds ou 30 minutes pour aller à Morteau. Aujourd’hui, il faut plus d’une heure et demie pour faire le trajet entre Le Locle et Fleurier. Avec le Transtourne la durée devrait être ramenée à trente minutes, alors que le Transrun prévoit une heure. Les trains directs entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel utiliseraient le Transtourne et les omnibus l’ancienne et la nouvelle liaison. Et il faut préciser que la durée de mes trajets est calculée avec un train circulant à 75 km/h. La durée pourrait donc être sensiblement réduite avec des trains plus rapides».

Pour s’assurer du bien-fondé de son projet, Patrice Vivot a consulté plusieurs spécialistes, dont un géologue et un ingénieur CFF. Il s’empare d’un article de presse sur le Transrun où il a souligné le passage qui précise qu’à l’exception des trains à deux étages, le projet actuel permettrait de faire circuler facilement tous les types de train du réseau suisse à 120 km/h. «C’est archi faux! Le tunnel prévu pour le Transrun affiche une pente moyenne de 3,6% avec des tronçons à 4,7% si la voie n’est pas enterrée au Val-de-Ruz! Actuellement, les ICN par exemple, ne peuvent pas monter des pentes de plus de 2,6%. Quant aux TGV et aux trains marchandises, ils ne pourront pas utiliser les voies du Transrun. Il faut quand même savoir que les pentes les plus raides de Suisse – pour les trains – ne dépassent pas 2,7%! A titre de comparaison, dans mon projet Transtourne, la pente moyenne du tunnel est à 2,4%».

Patrice Vivot s’énerve, «Ils nous racontent des salades!»… d’un clic il ouvre une autre page de son site internet: «Le Transtourne permet d’avoir une vision du futur, d’imaginer une liaison internationale avec Besançon en TGV, ou des liaisons avec Saint-Imier et le plateau de Diesse. Tout est détaillé sur mon site, je ne comprends pas que personne ne s’intéresse à ce projet».


Pascal Tissier


Cartes, photos et descriptif sur www.transtourne.ch



------------------------------------------------------------------------



Le Transtourne vu par Fernand Cuche

Conseiller d’Etat en charge de la gestion du territoire, Fernand Cuche connaît le projet de Patrice Vivot: «Il arrive trop tard, ou beaucoup trop tôt. En ce sens que le Conseil d’Etat avec l’accord du Grand Conseil a voté un rapport intitulé «Un canton, une vision», qui est le projet d’agglomération que nous avons déposé fin 2007 auprès des autorités fédérales et nous avons retenu une variante principale qui est le Transrun. Ce projet d’agglomération est considéré par les autorités fédérales et une première évaluation a été faite, on est relativement bien positionné, on a amené des études complémentaires et, dans le courant 2009, le Conseil Fédéral devrait sortir un message par lequel, officiellement, il reconnaît les différents projets d’agglomération, dont le neuchâtelois. Les autorités fédérales ne comprendraient pas que l’on s’intéresse à une alternative. On perdrait de la crédibilité. Personnellement je ne peux pas me prononcer sur ce projet. J’ai vu des tracés, des estimations financières… j’ai pris connaissance de ça, mais je ne monterai pas au Conseil d’Etat avec cette idée-là. On doit rester concentré sur le projet d’agglomération et ne pas se laisser distraire par d’autres projets. Mais ce n’est pas un jugement de valeur que je fais sur l’idée émise par Monsieur Vivot». pti



 


 

Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |