Que fait l'Etat des gens du voyage? » Blog de PasTis

 Que fait l'Etat des gens du voyage?

14/10/2008

Les gens du voyage:

«c’est un vrai casse-tête!» 

Colombier • Alors qu’autour du camping les riverains fulminent à l’idée de voir les gens du voyage s’installer, le Conseiller d’état Fernand Cuche analyse la situation.

 

Le camping Paradis-Plage, à Colombier


«Je trouve qu’il y a une grande ouverture de la part de l’armée». C’est par ces mots, prononcés sous forme de boutade, que Fernand Cuche revient sur l’article publié dans nos colonnes, concernant l’accueil éventuel des gens du voyage à Colombier (voir l'article de notre édition du 1er octobre). Apparemment le Conseiller d’Etat est amusé par les propos du Colonel Claude Gaberel, qui, en parlant des gens du voyage, «mais seulement des Suisses», disait notamment: «Nous, nous estimons qu’il y a un camping, alors qu’ils aillent au camping. Qu’ils fassent comme tout le monde, parce que là ce serait de la ségrégation vis-à-vis des autres campeurs».
Toujours de manière joviale, Fernand Cuche donne son avis sur les propos du chef du  Service de la sécurité civile et militaire (SSCM): «On pourrait peut-être encore renégocier parce que, sauf erreur, ils les ont déjà accueillis sur un espace de façon un peu spontanée… sur un espace militaire». Allusion relative à l’installation, en avril dernier, d’un petit groupe de Yéniches suisses sur le parking du Pavier, un terrain loué à l’Etat par l’armée et réservé aux militaires qui suivent l’école de cadres au château.   

Lettre en retard
 
Fernand Cuche signale au passage qu’il n’a toujours pas reçu l’enveloppe – qui devait être expédiée avant le 30 septembre – contenant les lettres du Conseil communal de Colombier, de l’association Vivacité et du chef de service de la sécurité civile et militaire, avec la position, les arguments et les propositions de chacun.

Contacté jeudi passé (9 octobre) pour savoir si cette fameuse lettre avait bien été expédiée, Fred-Eric Moulin se montre pour le moins laconique: «Je ne sais pas si elle est partie… au niveau du Conseil communal, je n’étais pas là lundi». Quand on lui signale que le Conseiller d’Etat n’a toujours rien reçu, le président de la commune de Colombier bégaie: «Ouais, ouais, je crois qu’il n’y avait pas la lettre de l’armée, mais nous… elle devait partir normalement cette semaine, et puis il manquait celle de l’armée. Je ne peux rien vous dire de plus». Et lorsqu’on lui demande si l’article du Courrier Neuchâtelois n’a pas provoqué trop de remous au sein du Conseil communal, Fred-Eric Moulin abrège aussitôt la conversation: «Ouais, Il y a eu effectivement… heu… mais bon, on verra la suite… Okay?»

Crottes et insécurité

Sur un ton plus sérieux, Fernand Cuche poursuit son analyse de la situation: «Globalement, la grande difficulté avec les gens du voyage, ce sont les groupes minoritaires qui ont de gros problèmes, entre guillemets, de compréhension pour le respect minimum des autres. La majorité des groupes qui circulent sont des gens qui peuvent vivre le camping comme monsieur Tout-le-Monde et utiliser les sanitaires existants. Mais il y a un ou deux groupes, trois selon la Police cantonale qui les a identifiés en 2007, qui sont des gens qui n’arrivent pas à comprendre qu’il y a un minimum de respect vis-à-vis des autres, notamment le fait qu’ils vont se soulager dans la nature. C’est quand même un peu bizarre d’imaginer que des adultes doivent aller ramasser les crottes d’autres adultes. Ce sont ces inadaptations très concrètes qui posent des problèmes majeurs».
«Il y a une autre difficulté de compréhension, c’est l’attitude des gens du voyage – encore une fois pas tous – qui ont des méthodes de vente agressives. Ils insistent pour essayer de vendre et ça, ça insécurise la population. Il y a de temps en temps des vols, mais il faut être le plus objectif possible: ils créent un peu d’insécurité, mais la police n’a pas à dénoncer des comportements répréhensibles du point de vue du droit pénal ou civil».

La quête d’un terrain

Pour Fernand Cuche, trouver un emplacement pour ces nomades est un problème récurrent: «Du côté de Saint-Aubin et Vaumarcus, nous avons des terrains au bord du lac, où quelquefois, de façon sauvage, des groupes de gens du voyage se sont établis. Une première fois ça s’est relativement bien passé et l’on a engagé une discussion avec les autorités des deux communes. Puis un deuxième groupe est arrivé, de façon assez autoritaire, un peu menaçant et laissant notamment des dégradations importantes dans les alentours. Du coup la commune nous a signifié qu’elle n’entrait plus en matière, qu’elle ne voulait plus discuter et qu’elle voulait nous racheter les terrains. Maintenant on est toujours à la recherche d’autres endroits. Il y a toujours le parking du Pré-Raguel, à la Vue-des-Alpes, où l’on se demande si on va l’équiper de vécés mobiles et y amener l’eau. Mais les gens du voyage ne veulent pas s’y installer, ils disent qu’il fait froid et que c’est trop éloigné du littoral».

 

Au camping Paradis-Plage, Le camp du Pavier jouxte le parking du même nom.

 

Au parking du Pavier?

Que ce soit à Colombier ou ailleurs, le Conseiller d’Etat ne désespère pas de trouver une solution: «On va reprendre contact avec Claude Gaberel, pour peut-être élargir le cercle des partenaires. Les négociations que nous avions engagées avec la commune allaient dans le sens d’un règlement qui disait: le terrain est clôturé, lorsqu’ils arrivent, ils s’annoncent à l’autorité communale, ou à la police, l’autorité va sur place et ouvre l’accès après s’être mis d’accord sur les taxes de séjour, sur le coût d’une benne à déchets, le raccordement à l’eau ou les sanitaires, pour ainsi leur démontrer qu’on les reçoit avec un minimum d’accueil. Mais on se pose aussi la question de savoir s’il serait possible de trouver un partenaire privé qui accepterait de mettre du terrain à disposition… A la fin des années nonante, des discussions avaient été engagées avec les autorités de Boudevilliers, pour un terrain à Malvilliers entre la H20 et route principale, mais il y a eu un référendum et la population a dit non. Et on sent que l’on sera toujours exposé à ce type de sanction populaire. C’est un vrai casse-tête».

Pascal Tissier

 

 


Autres articles sur les gens du voyage

21-10-08  Les gens du voyages d'ici et d'ailleurs

14-10-08  Que fait l'Etat des gens du voyage?

30-09-08  Les gens du voyage «invités» à Colombier?



 

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |