Portrait de Silvia Ortiz Fernandez » Blog de PasTis

 Portrait de Silvia Ortiz Fernandez

11/11/2008

Silvia Ortiz Fernandez
redonne vie aux meubles


Neuchâtel • Dans sa petite ouverte depuis deux ans à la rue Louis-Favre, Silvia Ortiz Fernandez recycle des meubles – chinés ou jetés – pour en faire de véritables objets de décoration.

 

 

«Je ne pourrais pas rester sans rien faire et c’est vraiment par passion que j’ai ouvert mon atelier à Neuchâtel». La boutique de Silvia Ortiz Fernandez est modeste: pas de grosse enseigne, ni de vitrine éclairée, mais dès qu’on y pénètre, on est sous le charme de ce qu’on y découvre. Des dizaines de petits meubles, quelques armoires, tables, bureaux et commodes y sont disposés avec soins: on a vraiment l’impression d’entrer dans la page d’un magazine de décoration. «Tous les meubles qui sont ici ont été achetés dans des brocantes ou sauvés de la broyeuse d’une déchetterie. Après quoi j’essaie d’en faire des meubles passe-partout qui peuvent trouver leur place aussi bien dans un salon, un hall ou une chambre d’enfant». C’est cela tout le talent de Silvia Ortiz Fernandez: elle récupère, répare, transforme et redonne une nouvelle vie à de vieux meubles en bois. A la voir, on imagine mal cette belle et élégante femme des outils en main. Et pourtant, en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, la jeune femme passe dans l’arrière-boutique qui lui sert d’atelier, s’équipe d’une blouse, d’un masque protecteur et de gants puis, avec une aisance déconcertante se met à décaper le plateau d’un vieux bureau avec sa ponceuse. Bluffant!

 


Une passion avant tout

«Je n’utilise aucun produit corrosif au cours de la restauration de mes meubles. Pour leur donner leur aspect final – généralement dans le style provençal ou gustavien – je n’emploie que de la peinture acrylique à l’eau ou de la cire. Et si je dois éliminer des hôtes indésirables, j’emballe entièrement le meuble avec du film plastique et j’attends une semaine… c’est radical! Ma passion est née du fait que je voulais créer les meubles qui me convenaient et que je ne trouvais pas dans le commerce».

 



Etudes aux arts décoratifs

Mariée et mère de deux enfants (un garçon de 12 ans et une fille de 8 ans), Silvia Ortiz Fernandez est arrivée à Neuchâtel durant l’été 2005. «Je suis née à Barcelone il a une quarantaine d’années. Après mon mariage en 1993, j’ai vécu quelques années à Rome où j’ai suivi des études à l’Ecole d’art décoratif. C’est là, que j’ai appris les techniques de la restauration du bois, de la peinture et de la décoration». Au début des années 2000, toute la famille déménage à Barcelone où Silvia peaufine son art de la patine dans un atelier de restauration. Et puis, il y a trois ans, son mari qui travaille pour une griffe italienne est appelé au siège neuchâtelois de la marque.

 



En Suisse, je suis en sécurité

Silvia Ortiz Fernandez se sent bien à Neuchâtel, même si les conditions climatiques sont moins chaleureuses qu’en Espagne ou en Italie: «Je suis reconnaissante du pays qui m’accueille. Je m’y sens en sécurité et j’apprécie sa qualité de vie. Mes enfants sont scolarisés et je ne me vois pas rester à la maison. J’ai donc adapté les heures d’ouverture du magasin afin de pouvoir accompagner ma fille à la piscine et à ses cours de break dance, ou amener mon fils à ses entraînements de foot ou de Shorinji Kempo».

 


 

Ouvert tous les jours

Silvia travaille tous les jours de la semaine dans son «Atelier de meubles», généralement de 10 heures au milieu de l’après-midi, sauf le mercredi où elle ferme sa boutique à midi: «Voilà deux ans que j’ai ouvert mon atelier à la rue Louis-Favre. Si ce commerce devait me nourrir, il y a longtemps que je l’aurais fermé. Mais petit à petit je me suis fait une clientèle, surtout par le bouche à oreille. On vient voir mes créations, on m’apporte des meubles pour les restaurer ou les transformer. J’adore ça!»

   
Pascal Tissier

 

«L’Atelier de meubles» de Silvia Ortiz Fernandez,
rue Louis-Favre 30, 2000 Neuchâtel.
Tél. 079 695 22 56

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |