Crèche Tic-Tac - 3e volet » Blog de PasTis

 Crèche Tic-Tac - 3e volet

11/11/2008

Ticket de loterie perdant
pour la crèche Tic-Tac


Neuchâtel • La crèche Tic-Tac réservée aux employés de l’Etat, de la BCN et d’Hildenbrand vient d’être inaugurée. Si cette structure d’accueil peut bénéficier de l’aide de la Confédération, elle s’est vue refuser le soutien de la Loterie Romande.

 

Le site Neuchâtelois de la crèche Tic-Tac a été inauguré par Jean Studer.
Le site chaux-de-fonnier ouvrira en janvier. pti

 

«La crèche Tic-Tac est bien une vraie crèche d’employeurs, elle n’entre pas dans le plan techniquement prévu par la loi sur les structures d’accueil, ainsi elle ne bénéficie pas d’une subvention cantonale, ni d’une subvention communale, comme les autres structures. Elle est EXCLUSIVEMENT financée par les employés qui placent leurs enfants, et par leurs employeurs respectifs. C’est donc en tant qu’employeur que l’Etat participe au financement de la crèche». Tels étaient – en substance – les propos tenus par Jean Studer lors de l’inauguration de la crèche Tic-Tac.
EXCLUSIVEMENT? Pas vraiment. Ce que le Conseiller d’Etat oublie de préciser dans son discours, c’est que cette crèche privée, réservée aux seuls employés des trois partenaires que sont l’Etat, la BCN et l’entreprise Hildenbrand, va tout de même bénéficier de l’aide financière de l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS). A raison de 5000 francs par place et par année (offre à plein temps), cette aide – accordée pendant deux ans – aux quarante places réparties sur les sites de Neuchâtel (26 places) et de La Chaux-de-Fonds (14 places) pourrait potentiellement apporter jusqu’à 400’000 francs dans les caisses de la crèche Tic-Tac.

Tic-Tac perd à la loterie

Au printemps dernier, une semaine après la création de l’association Tic-Tac, nous faisions état de ce projet qui devait permettre au canton, via son association avec la BCN, de solliciter le soutien de la Loterie Romande (
à ce sujet, voir l'article du 19 mars 2008).
A l’époque, Claude-Henri Schaller, président du comité de pilotage du projet, déclarait: «Effectivement, une association comme Tic-Tac peut solliciter une subvention de la Loterie Romande ou d’autres donateurs, ce que ne pourrait pas faire l’Etat».
Contacté à ce propos, Thierry Gonzàlez admet du bout des lèvres avoir sollicité l’aide de la Loterie Romande et que cette demande a été refusée: «On ne l’a pas obtenu parce que c’est une crèche privée». Le président de l’association Tic-Tac ne souhaite pas en dire plus et refuse de révéler le montant demandé. 

Essayé, pas pu

Pour Eric Pavillon le refus de la LoRo s’explique aisément: «C’est une crèche d’entreprise. Ils ont créé une association – comme vous l’aviez dénoncé – pour essayer de toucher de l’argent de la Loterie. Mais pour nous, c’est une association fictive». Le président de la Commission neuchâteloise de répartition du bénéfice de la Loterie Romande considère qu’il aurait été injuste – vis-à-vis des autres crèches – d’accorder de l’argent à Tic-Tac: «Les statuts sont clairs, la crèche n’est ouverte qu’aux enfants des employés de la BCN et de l’Etat de Neuchâtel. De plus, l’association nous a sollicités pour le financement du mobilier alors que la crèche de Neuchâtel était déjà meublée».

Demande farfelue

Eric Pavillon souligne que les dons de la Loterie Romande doivent permettre aux bénéficiaires de réaliser un projet d’utilité publique: «On a quatre répartitions par année et on a régulièrement trois ou quatre crèches du canton à qui l’on donne de l’argent pour du matériel d’équipement comme des jeux, des livres, des CD… des choses comme ça. On offre généralement jusqu’à un maximum de 15’000 francs pour des équipements nouveaux. Si on était entré en matière pour la crèche Tic-Tac, elle aurait touché un montant de cet ordre-là, mais pas les sommes demandées… c’était complètement fou! Il était question de 80’000 francs pour le site de Neuchâtel et 80’000 francs pour La Chaux-de-Fonds. Quand on sait que c’est la banque Cantonale et l’Etat qui sont là derrière, ça ne va pas... Ça ne va pas avec les critères de la Loterie Romande».


Pascal Tissier


-------------------------------------------------



En toute indépendance

L’an dernier la Loterie Romande a distribué près de treize millions de francs à différentes institutions neuchâteloises. Un travail conséquent pour la commission présidée par Eric Pavillon: «La Commission neuchâteloise de répartition du bénéfice de la Loterie Romande est nommée par le chef du Département de l’économie, mais on est complètement indépendant. Ça fait huit ans que j’en fais partie dont plus de quatre à la présidence, mais je n’ai jamais subi de pression de l’Etat pour tel ou tel projet. Nos décisions sont respectées. Lorsque nos listes de donations sont acceptées par la commission, elles sont soumises au Conseil d’Etat qui les contrôle et les vérifie avant de nous donner son aval pour le versement de l’argent. Nous traitons environ 500 dossiers par année et jamais l’Etat n’est intervenu pour discuter l’une ou l’autre de nos décisions». pti

 

Robert Rettby, le directeur de l'entreprise Hildenbrand (à gauche)
et Thierry Gonzàlez, le président de l’association Tic-Tac

 


Crèche Tic-Tac - 1er volet: Un montage financier pour créer la crèche Tic-Tac

Crèche Tic-Tac - 2e volet: Embargo pour l'inauguration de la crèche Tic-Tac



Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |