Les révélations d'Olivier Haussener » Blog de PasTis

 Les révélations d'Olivier Haussener

18/11/2008

Pourquoi Rolf Graber
a posé les plaques ?

Politique • Rolf Graber aurait retiré sa candidature au Conseil d’Etat après avoir appris qu’il avait été désigné à la dernière minute à la place d’Yves Morel. C’est en tout cas la théorie d’Olivier Haussener, l’un des cinq candidats du PLR.

 

Olivier Haussener confie pourquoi Rolf Graber a retiré sa candidature au Conseil d'Etat...

 

En marge de l’entretien publié dans nos colonnes la semaine passée, Olivier Haussener, s’est exprimé sur le coup d’éclat de Rolf Graber, au début du mois, lors de l’assemblée électorale du PLR, à Hauterive: «Il faut savoir que Rolf Graber était le sixième candidat que les dirigeants du PLR avaient choisi. Le cinquième était Yves Morel. Graber n’avait pas été choisi. Et puis Yves Morel, pour des questions professionnelles, s’est désisté. Ensuite comme dans le jeu des chaises musicales, ils ont mis Rolf Graber ce qui fait que Claude Nicati s’est retrouvé sixième. Il y a peut-être quelqu’un qui a dit à Graber qu’il avait été repêché… je peux l’imaginer. Mais il ne fallait pas qu’il accepte, c’est tout! Il aurait dû dire non avant la séance et c’était clair… là, ça a été une sensation alors que ça aurait dû être la fête. C’est vraiment dommage et avec ça on a peu loupé le départ de la campagne».


Olivier Haussener confie qu’après la fameuse assemblée du PLR, il est allé voir Rolf Graber et lui aurait dit: «Ecoute, ça, ça ne se fait pas. Là, tu as vraiment dépassé toutes les limites, c’est un coup bas dégueulasse. Que tu fasses ça et que tu démissionnes du parti, j’aurais compris. Mais pas ajouter que tu te tiens à disposition pour les prochaines élections fédérales dans deux ans. A ce moment-là, il fallait dire que tu allais dans un autre parti pour ça, parce que maintenant je ne vois pas comment on pourrait te soutenir».

 

La réponse des personnes concernées

 

Nous avons voulu savoir si effectivement Rolf Graber avait retiré sa candidature après avoir appris qu’il était dans les «viennent après», si effectivement Yves Morel avait été pressenti, et si la commission d’audition avait fait un classement des candidats. Voici les réponses de quatre personnalités du parti libéral-radical neuchâtelois.

Rolf Graber

L’ancien conseiller national Rolf Graber reste évasif: «Non ce n’est pas ça. Je ne savais même pas que c’était lui et quand il s’était retiré. Quand j’ai été auditionné, j’avais émis le souhait – si j’étais retenu – qu’il y ait un deuxième tour de discussions. Pour moi c’était important. Je ne me suis pas retiré pour faire sensation… si j’avais donné ma réponse le vendredi on n’en aurait pas parlé. Il y en a trois autres qui se sont retirés avant moi, mais personne n’en parle. Moi, j’ai été auditionné le samedi, j’ai reçu une réponse mardi et j’ai vu un membre de la commission d’audition jeudi en fin de journée. Le samedi, après l’annonce de mon retrait, je n’ai pas eu de réaction et personne ne m’a exprimé son mécontentement». 

Yves Morel

Contacté par téléphone, Yves Morel semble étonné: «Je ne peux ni confirmer, ni infirmer ça. Il y avait une quinzaine de personnes qui étaient potentiellement intéressantes ou intéressées. J’ai été auditionné comme les autres, ça c’est clair, mais pour des raisons professionnelles et après discussions en famille, j’ai retiré ma candidature. Mais je ne sais pas dans quel classement j’étais».

Manuela Surdez

Co-présidente de la Commission d’audition des candidats, Manuela Surdez ne tient pas à révéler ce qui s’est dit lors des entretiens du groupe et conteste le fait qu’il y ait eu un classement des candidats: «Yves Morel était dans les pressentis, c’est clair. Il y avait un pool de sept personnes pressenties et elles étaient toutes dans un mouchoir de poche. Il y avait Roland Debély considéré comme candidat d’office, mais ensuite il n’y avait aucun classement un, deux, trois, quatre, cinq... pas du tout. Il peut y avoir un élément ou un autre qui a fait que la liste établie un jour ait été modifiée le lendemain. On avait six candidats sérieux, sans compter Roland Debély, pour quatre places. Yves Morel s’est retiré en cours de route, on avait donc une poignée de candidats dans le même pipe-line et c’est l’élément régional qui a donné un petit coup de pouce à Monsieur Graber. Je ne sais pas si c’est une rancœur qui est tout d’un coup ressortie plus fortement… il nous a reproché, à un certain moment, de ne pas être sur une liste à la place qu’il voulait… et maintenant qu’il était en place, il se retire. C’est difficile à comprendre».

Philippe Gnaegi

Le président du parti libéral-radical neuchâtelois, exprime sa déception: «Je ne faisais pas partie de la commission d’audition, je ne peux donc pas vous répondre. Ce que je peux dire à propos de Rolf Graber, c’est que j’ai regretté qu’il ait annoncé son retrait lors de l’assemblée sans avoir informé la commission d’audition. Personne ne s’attendait à ça. Mais il ne sera pas exclu du parti. La force de la commission d’audition, c’est qu’elle a entendu plusieurs candidats potentiels, une quinzaine au départ, il y a eu un classement et ce n’est pas par hasard que Monsieur Nicati est arrivé. C’est vrai que j’ai été déçu par ce qui s’est passé… ce n’était pas terrible, c’est le moins que l’on puisse dire»
.

Philippe Gnaegi (bis)

Philippe Gnaegi profite de l’occasion pour revenir sur les déclarations d’Olivier Haussener dans notre dernière édition: «Moi, je ne suis pas quelqu’un qui critique les gens. Je suis persuadé qu’il vaut mieux – c’est ma philosophie – amener des idées ou des projets plutôt que de critiquer ou démolir les autres. J’ai vu dans l’article, qu’Olivier Haussener disait que les autres candidats n’avaient pas d’expérience à l’exécutif. Personnellement ça fait douze ans que je suis à l’exécutif d’une grande institution. Mais bon, Monsieur Haussener et les autres, je les respecte en tant que personne… mais j’ai de la peine à respecter les gens qui dégueulent sur les autres. C’est sûr qu’il y a une concurrence entre nous, mais je considère qu’il n’y a pas besoin de marcher sur les autres pour y arriver».


Pascal Tissier

 

Lire aussi l'entretien avec Olivier Haussener
publié dans Le Courrier Neuchâtelois du 11 novembre 2008

 

 


Autres articles sur Saint-Blaise

14-01-09  Saint-Blaise: Imbroglio politico-immobilier (3)

07-01-09  Saint-Blaise: infos par SMS

07-01-09  Portrait Marc Imwinkelried

10-12-08  Portes ouvertes à la cave de Dimitri Engel

10-12-08  Saint-Blaise: Imbroglio politico-immobilier (2)

25-11-08  Saint-Blaise: Imbroglio politico-immobilier (1)

18-11-08  Les révélations d'Olivier Haussener

11-11-08  Olivier Haussener et les rumeurs

28-10-08  Exposition d'oiseaux à Saint-Blaise

08-10-08  Le Fun Laser à Saint-Blaise

06-08-08  Saint-Blaise: Cocteau exposé au Boccalino

28-05-08  Saint-Blaise: rumeurs et mystère autour d'un candidat

16-01-08  Saint-Blaise: Un ministre au service du Castel

19-12-07  Saint-Blaise: partie de Monopoly gagnante

12-12-07  Saint-Blaise: transaction immobilière

10-10-07  Deux cents oiseaux exposés à Saint-Blaise

09-05-07  Saint-Blaise: Balade pour découvrir le village





Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |