Betty Chrys à «La méthode Cauet» » Blog de PasTis

 Betty Chrys à «La méthode Cauet»

18/11/2008

Betty Chrys victime d’un buzz médiatique

Télévision • Comparée à Cindy Sander dans la presse et sur des chaînes de télé françaises, sur la base d’un faux clip, Betty Chrys réplique: la Chaux-de-fonnière aura l’occasion de s’exprimer jeudi soir – sur TF1 – dans «La méthode Cauet».

 


«La chanson est une passion avant tout et ça fait plus de vingt ans que ça dure. Mais j’ai surtout une famille, un travail et aujourd’hui je ne chante que par passion. Je ne cours pas après la lumière. C’est aussi pour ça que je ne tiens pas à ce que mon véritable nom soit publié, d’autant qu’à La Chaux-de-Fonds les gens qui me connaissent m’appelle Betty».

Vous ne connaissez pas Betty Chrys? C’est possible, même si tout le monde l’a probablement entendu chanter les versions française ou italienne du fameux «Chihuahua» de DJ BoBo, ou «Allez La T’Chaux», l’hymne officiel du FC local, dont elle a aussi signé les paroles.

Jeudi soir, peu avant minuit, Betty Chrys sera l’une des invitées de «La méthode Cauet», sur TF1. Si son intervention n’est pas trop coupée au montage (l’émission a été enregistrée lundi), la Chaux-de-fonnière racontera comment, depuis juin dernier, elle est devenue malgré elle, la vedette, pour ne pas dire la victime, d’un buzz médiatique étonnant: «J’espère pouvoir m’exprimer librement sur le plateau, me détacher de cette image peu flatteuse que les médias véhiculent depuis des mois».

 

Chronologie du buzz

Betty Chrys revient sur la chronologie des événements: «Tout a commencé le 12 juin dernier, sur le site internet du magazine Télé-Loisirs. Je ne m’explique pas pourquoi la rédaction de cette revue a mis en ligne des images d’une émission tournée en septembre 2006 à Couvet, par la chaîne câblée zurichoise U1TV, dans laquelle je chante en play-back. Télé-Loisirs présente cette séquence comme le nouveau clip de «l’héritière de Cindy Sander et d’Eve Angeli»… Evidemment, personne de l’hebdomadaire ne m’a contacté avant de balancer cette vidéo et le texte qui l’accompagne». Betty Chrys est souriante, même si depuis cette date d’autres médias ont repris – parfois à leur compte – cette fausse information et le faux clip qui allait avec.

 

Télé-Loisirs

Sur le site de Télé-Loisirs l’article est toujours en ligne: «C’est le nouveau buzz du net: Betty Chrys, chanteuse blonde peroxydée aux textes engagés, aux chorégraphies éblouissantes, au play-back parfait... La jeune femme se place clairement dans la lignée de brillantes artistes comme Eve Angeli ou Cindy Sander. Pour vous convaincre de son talent, nous vous proposons de découvrir le clip de son futur tube: «Pars», une chanson mêlant avec brio mélancolie et humour. Ecoutez bien les paroles, regardez bien ses lèvres et entraînez-vous à reproduire sa chorégraphie. Vous allez a-do-rer!»

 

Le Petit journal de Canal+

Betty Chrys poursuit l’histoire de ce «magnifique» scoop monté à son insu: «Deux jours après, soit le 14 juin, c’est la chaine d’information LCI qui diffuse la vidéo avec un commentaire «inspiré» du texte de Télé-Loisirs. Et le 18 juin, c’est au tour de Yann Barthès de surfer sur cette vague».
En effet, le chroniqueur du Petit journal sur Canal+ annonce: «C’est un peu nous qui avons lancé Cindy Sander et aujourd’hui, en exclu, nous lançons un nouvel espoir. Aujourd’hui nous parions sur Betty Chrys, cette Suisse (sic, ndlr) que l’on adore et qui cartonne en Italie et en Allemagne, mais qui n’arrive pas à percer en France et pourtant Betty Chrys c’est avant tout une chevelure oxygénée, Betty Chrys c’est aussi un look, Betty Chrys c’est de la musique. Voici LE nouveau single, ça s’appelle «Pars» et c’est cadeau!», s’ensuit la diffusion de quelques secondes des images «piquées» à U1TV – via Télé-Loisirs et LCI – avec cette conclusion: «Betty ne vous inquiétez pas, le Petit journal s’occupe de la promo».

 


La Méthode Cauet

Et puis il y a eu l’été, les vacances, et le buzz médiatique «Betty Chrys» s’est éclipsé aussi vite qu’il était apparu, laissant juste traîner quelques coupures de presse avant de disparaître complètement au grand soulagement de l’intéressée. C’était sans compter sur la perspicacité – et les méthodes – des enquêteurs à la solde d’un certain Sébastien Cauet. C’est ainsi que le 30 octobre dernier, l’animateur de TF1 diffuse lui aussi la vidéo «piquée» à U1TV (via Télé-Loisirs, LCI, ou Canal+), en disant: «Betty Chrys chante dans son jardin, parce que quand on n’a pas les moyens on le fait là… avec une chorégraphie, de très très loin, parce qu’ils n’avaient qu’une caméra et qu’ils ne pouvaient pas se rapprocher».

Le journal "vitaminé"

Pour la Chaux-de-fonnière, la goutte qui fait déborder le vase, c’est un petit article publié au premier jour de novembre dans un quotidien orange – vitaminé paraît-il – deux jours après le «scoop» de Cauet: «Cette chanteuse lyonnaise installée à la Chaux-de-Fonds a récemment été sacrée «nouvelle Cindy Sander». (…) C’est que Betty Chrys a parfaitement su utiliser le Net comme tremplin: elle n’hésite pas (…) à se faire passer pour une artiste dont le «premier single a été douze semaines premier dans toutes les radios en Suisse». Joli coup de bluff». La chanteuse reproche au journaliste de ne pas l’avoir contacté pour rédiger son papier basé que sur des «infos» puisées sur internet: «Je lui ai adressé un courriel, mais sa réponse a été méprisante».


Betty Chrys a aussi contacté TF1 par téléphone et c’est ainsi qu’elle a été invitée – tous frais payés – à l’émission de Cauet qui sera diffusée jeudi soir.

 


L'histoire de Betty

D’origine française, «lyonnaise, j’insiste», Betty Chrys n’était qu’une enfant lorsque, dans les bras de ses parents, elle est arrivée en 1970 dans les Montagnes neuchâteloises: «J’ai fait toutes mes classes ici, ma vie ensuite… En fait, je chante depuis l’âge de sept ans. Dans les années quatre-vingt, j’étais la chanteuse de «The Crows» (les corbeaux), un groupe qui faisait la tournée des bals en Suisse romande... ça a duré trois ans. Et puis, en 1988, j’ai rencontré le producteur Gérard Héritier (l’ancien boss de Very Show Production (VSP) et du Leysin Rock Festival. ndlr) avec qui j’ai sorti mon premier 45 tours sous le nom de Betty Chrys. La chanson s’intitulait «Un autre que toi» et a été un grand succès en Suisse romande. J’ai été notamment douze semaines en tête de plusieurs hit-parade, dont celui de RTN, devant le «Like a Virgin» de Madonna».
Il y a eu d’autres galettes de vinyl, puis des CD… avec, entre autres, en 1990, une reprise étonnante de «Tu veux ou tu veux pas», la chanson de Marcel Zanini. Plus récemment, Betty Chrys à connu des heures de gloire de l’autre côté des Alpes, avec la version italienne du fameux «Chihuahua» de DJ BoBo: «C’est vrai qu’entre 2003 et 2006 j’ai fait de nombreuses apparitions dans des émissions de variétés sur TV Odeon, RAI News, Canal 5 et la RAI Uno. A l’époque j’ai même fait l’objet d’un reportage diffusé dans le monde entier par la Rai Sat».

Nouveau CD en 2009

Aujourd’hui Betty Chrys garde les pieds sur terre et prend avec humour ce qui lui arrive: «J’aurais préféré voir diffusé le vrai clip de la chanson «Pars», entièrement réalisé en image de synthèse par le studio québécois Jt-3d, mais bon, la vie continue et là je prépare mon prochain single qui devrait sortir l’an prochain avec des chansons plus électro-pop-rock… dans l’air du temps. 


Pascal Tissier

 

 

Betty Chrys, le lundi 17 novembre après l'enregistrement de l'émission
"La métode Cauet" qui sera diffusée sur TF1 le jeudi 20 novembre, vers 23h45...

 

 

www.wat.tv/bettychrys

 


www.myspace.com/bettychrys

 

 

 

Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |