Battlefield Bad Company » Blog de PasTis

 Battlefield Bad Company

2/7/2008

L’humour de la Bad Company

Jeux vidéo • Après Modern Combat, voici le deuxième épisode de Battlefield spécialement concocté pour les consoles de salon et baptisé, à juste titre, Bad Company.


Battlefield Bad Company

 

Vous enclenchez votre PlayStation 3 ou votre Xbox 360, vous glissez le jeu «Battlefield Bad Company» dans votre console et vous voilà largué sur le front avec la pire bande de bras cassés de l’armée américaine. Au sein de la Compagnie B, surnommée Bad Company, vous allez passer un sacré moment avec trois compagnons d’infortune: si le sergent paraît plus ou moins normal, les deux autres n’ont pas inventé la poudre… Mais, bon, vous n’avez pas le choix et vous devrez faire avec. Bref, vous êtes dans le camp des gentils et en face c’est les méchants, en l’occurrence des Russes… allez savoir pourquoi… quoi qu’il en soit, via la radio, votre hiérarchie va confier à votre commando des missions plutôt casse-gueule pour ouvrir la route ou couvrir l’avancée des troupes de l’oncle Sam.
Au cours de votre progression, vous allez découvrir que les Russes disposent de lingots d’or pour payer les services de mercenaires… du coup, parallèlement à vos objectifs, vous devrez trouver le moyen d’ajouter un peu d’or à votre solde de GI’s.

Battlefield Bad CompanyCassez les baraques!

Rien ne ressemble plus à un jeu de guerre qu’un jeu de guerre, et le déroulement de la campagne de ce «Battlefield Bad Arena» se montre très conventionnel, avec des situations de combat déjà vues et revues. Mais il faut bien reconnaître que les développeurs suédois de Digital Illusions CE (DICE) ont su intégrer dans leur jeu des éléments qui font toute la différence, notamment à travers les effets sonores d’un réalisme saisissant, mais surtout à travers les dialogues qui sont bourrés d’humour noir et particulièrement bien postsynchronisés en français. Entre deux phases d’action, vous allez vous marrez plus d’une fois… Ajoutez à cela le fait que les bâtiments s’avèrent très largement destructibles. Du coup, le combat urbain prend des airs d’apocalypse avec murs volants en éclats et projections de gravats.
Un snipper embusqué à une fenêtre? Pas de souci, une roquette bien ajustée pour éventrer la baraque et l’affaire est réglée. Dans certaines circonstances il est possible de nettoyer le terrain avec un arsenal lourd: chars, transports de troupes, artillerie, mortiers. Ce dernier est très spectaculaire: sur une vue genre photo satellite on pointe la mire sur un objectif et on tire. L’image revient alors dans sa vue subjective et l’on peut admirer l’impact des obus sur les cibles.

Gardez la ligne!

Passionnant en solo, «Battlefield Bad Arena» se montre intense en multijoueur avec la possibilité d’affronter vingt-trois adversaires. Cinq classes avec leurs équipements sont disponibles, ainsi que du matos à débloquer en montant en grade. «Battlefield Bad Arena» est un excellent jeu, aussi bien en campagne solo qu’en mode multijoueur. Immersif, drôle, grisant, il va faire le bonheur de tous ceux qui aiment s’éclater sur leur Xbox 360 ou leur PlayStation 3 sans se prendre la tête.


Pascal Tissier

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |