Trauma Center: Second Opinion sur Wii » Blog de PasTis

 Trauma Center: Second Opinion sur Wii

22/8/2007

Quoi d’neuf docteur ?
Devenez chirurgien en opérant sur le billard de la Wii


Jeux vidéo • Titre inédit sur Wii, « Trauma Center : Second Opinion » offre au joueur d’incarner le rôle d’un chirurgien en salle d’opération, avec pour seule mission de sauver des vies. Résumé ainsi, le concept peut paraître étrange, mais quand on imagine que l’on peut manipuler scalpel, laser et autres instruments chirurgicaux par de simples déplacements de la manette (Wiimote), opérer devient un plaisir. 


Trauma Center

 

Tout le secret de la réussite d’un jeu comme « Trauma Center : Second Opinion » réside dans cette prise en main unique, rendue possible grâce à l’ingénieux système de reconnaissance de mouvement intégré dans la Wiimote, la manette révolutionnaire de la console Wii de Nintendo. Ici, cette dernière se substitue à la main du chirurgien, grâce au curseur qui indique avec précision où le joueur pointe l’écran. Le Nunchuk (l’appendice qui se greffe à la Wiimote et qui se tient de la main gauche) est aussi utile et tient lieu de « palette à instruments » : d’un mouvement rapide du pouce sur le stick du Nunchuk il est possible de choisir l’instrument approprié pour la suite de l’opération. Ainsi, les deux mains sont mises à contribution dans le jeu, contrairement à la version DS basée sur le déplacement du stylet sur l’écran tactile. De ce fait, les gestes opératoires sont plus rapides avec la console de salon, mais nous reviendrons un peu plus loin, sur les différences entre les versions portable et Wii. A noter que sur Wii la prise en main est vite intuitive et que les commandes – paramétrée de base pour les droitiers – s’adaptent d’un clin d’œil pour les gauchers.

Le temps est compté

Pour chaque opération (chaque mission devrait-on dire), il s’agit d’utiliser le bon instrument (il y en a plus d’une douzaine) : une lame trop large, une seringue inadéquate, ou une pince mal placée peut déclencher l’affolement des appareils de contrôle et c’est la vie du patient qui bascule… Au début les gestes paraissent simples et les quelques interventions de routine du début ne sont là que pour initier celui qui tient les commandes. Mais très vite des cas plus difficiles se retrouvent sur le billard et le processus opératoire devient nettement plus complexe, d’autant que le temps imparti s’écoule parfois très vite.
Certains actes médicaux nécessitent une utilisation particulière des deux mains (Wiimote et Nunchuk), notamment pour utiliser le défibrillateur, un appareil qui demande de faire des mouvements de va-et-vient. Evidemment, pour parvenir à réanimer le patient une parfaite synchronisation des mouvements est vitale, c’est le cas de le dire.

Et en plus la Wiimote vibre

La manipulation des outils s’effectue de manière très intuitive : il suffit de déplacer la Wiimote en appuyant sur le bouton A ou B. Pour suturer rapidement une plaie, il faut esquisser un mouvement de zigzag avec la Wiimote en maintenant enfoncé le bouton A ou B. Dans d’autres procédures, pour remettre un os fracturé en place par exemple, il s’agit d’incliner la Wiimote de manière à ce que les morceaux d’os s’assemblent correctement. En un rien de temps même les néophytes seront capables d’inciser, de suturer ou de faire des pansements comme des pros !
Non seulement il ne faut pas trembler, mais en plus, il faut souvent compenser les vibrations de la Wiimote sans perdre son sang-froid.

Le « Wiimake » d’un jeu DS

La carrière médicale du joueur est basée sur un scénario qui pourrait tenir sur un sparadrap : l’histoire se déroule en 2018, la recherche médicale est venue à bout du sida et autres cancers. Le joueur se retrouve le plus souvent dans la blouse blanche du docteur Derek Stiles, à d’autres moments il est dans la peau de la doctoresse Nozomi Weaver, une belle asiatique qui participe à un programme d’échanges de médecins entre le Japon et les Etats-Unis. Mais cette nouvelle génération de médecins va devoir se dépasser pour éradiquer une pandémie mondiale. 
Ceux qui ont déjà joué du scalpel en déplaçant leur stylet sur l’écran tactile de leur DS l’ont compris : ce « Trauma Center :Second Opinion » sur Wii est le remake – où le wiimake en langage Nintendo – du « Trauma Center : Under the Knife » lancé fin avril 2006 pour la portable à double écran. Mais qu’importe si le scénario est identique : l’utilisation de la Wiimote couplée au Nunchuk fait toute la différence !

Bonjour le stress !

La bande sonore est convaincante et contribue souvent à accentuer le stress engendré par les opérations à mener à bien. D’autant que les plages musicales exacerbent l’aspect dramatique des opérations qui tourne mal ou lorsque les signes vitaux du patient laissent présager le pire. Et l’on ne vous raconte pas l’effet que provoque le cri des infirmières lorsque le joueur/chirurgien se trompe d’instrument. Il ne faut pas être cardiaque !
Les graphismes ne sont pas le point fort du jeu, mais ils sont tout à fait corrects, sans effets sanglants, mais avec aspect manga plutôt agréable à l’œil.

Seul devant l’adversité

Histoire d’améliorer sa réputation, le chirurgien qui tient les manettes doit absolument surveiller le temps qui s’écoule et le niveau de vie du patient, tout en étant très attentif aux gestes chirurgicaux : le moindre faux mouvement peut être fatal ! Comme le jeu propose trois niveau de difficulté pour chacune des missions, les néophytes de la Wiimote apprécieront de pouvoir choisir un mode opératoire le plus approprié à leur dextérité. A la fin de chaque intervention, le médecin reçoit une évaluation et les plus perfectionnistes pourront s’acharner à refaire plusieurs fois la même opération jusqu’à obtenir la note maximale.
Désolé, mais dans ce « Trauma Center : Second Opinion » sur Wii, impossible de faire appel à un collègue ou une belle assistante : le menu ne propose pas de mode multijoueurs.
Unique dans son genre, « Trauma Center : Second Opinion » va faire le bonheur de ceux qui apprécient l’emploi de la Wiimote ou ceux qui rêvent d’un rôle dans la série « Urgence ». Sans être le jeu parfait, cette simulation médicale est incontestablement une expérience inédite, parfois stressante certes, mais vraiment géniale !


Pascal Tissier

 

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |