Project Gotham Racing 3 sur Xbox 360 » Blog de PasTis

 Project Gotham Racing 3 sur Xbox 360

17/10/2007

Une météo variable et des motos sur les tracés
du nouveau Project Gotham Racing


Alors que « Project Gotham Racing 3 » (PGR 3) est sorti lors du lancement de la Xbox 360, il y a près de deux ans, le nouveau volet de cette série est maintenant disponible. Véritable démonstration du potentiel de la console de Microsoft, « Project Gotham Racing 4 » intègre maintenant différentes conditions météorologiques et ajoute à son parc automobile plusieurs dizaines de motos.


Project Gotham Racing 3

 

Si dans le fond « Project Gotham Racing 4 » conserve des menus et un mode carrière plus ou moins calqués sur la version précédente, l’ajout de conditions climatiques variables contribue à rendre cette nouvelle mouture encore plus passionnante, plus spectaculaire surtout. Brouillard, pluie, orages avec éclairs en primes : jamais des intempéries virtuelles n’ont été aussi réalistes. Et là on ne vous parle même pas des routes recouvertes de neige ou verglacées, sur lesquelles les bolides les plus puissants n’en mènent pas large. Prenez cette arène gelée sur laquelle, au volant d’une Lamborghini, il s’agit de renverser un maximum des cônes disposés en étoile. Pas si simple avec un bolide qui part en glissade à la moindre accélération et dont les freins sont totalement impuissants. Mais les exercices de conduite parsemées de cônes (à renverser ou à contourner) sont plutôt rares dans cette collection d’épreuves qui vont des courses de rues (contre quatre, six, ou huit adversaires sur deux ou quatre roues), à des contre-la-montre, en passant par des challenges de dépassement (il faut doubler un certain nombre d’adversaires), d’élimination (à chaque check point, le dernier est éliminé), ou de style (plus la conduite est extrême, plus on gagne des points). Mais il y a encore des variantes et même des étapes « radar » qui imposent de se faire flasher à des vitesses hallucinantes.

Les prix sont affichés en kudos

Comme pour ses prédécesseurs, l’univers de « Project Gotham Racing 4 » est articulé autour de la monnaie locale : les kudos. Si chaque épreuve permet de gagner des kudos en fonction du classement final, le comportement et le pilotage permettent aussi de glaner de l’argent : effectuer des dépassements, des dérapages, des sauts et autres exploits sont rémunérés. En fonction du crédit disponible il est bien possible de se rendre à la boutique PGR pour y acheter des voitures, des casques ou des circuits. Sachant que l’on gagne environ de trois à six mille kudos par course, il faudra être économe et très performent pour être en mesure d’acheter le pack ultime dont le prix est fixé à un million de kudos. Et c’est sans compter les achats intermédiaires indispensables pour progresser dans le mode carrière.

Une perle auditive et visuelle

La réalisation signée une fois de plus par Bizarre Creations force le respect : l’animation de souffre d’aucun ralentissement et les voitures, comme les motos, sont parfaitement modélisées et se déplacent avec une fluidité exemplaire. Plusieurs vues sont disponibles, avec des caméras placées derrière, dessus, devant ou dedans la voiture. Le pouce posé sur le stick analogique droit permet de surveiller ce qui se passe derrière ou même sur les côtés, histoire d’empêcher les poursuivants de profiter du phénomène d’aspiration (parfaitement géré) pour dépasser.
Le rugissement des moteurs, les plaintes émises par les pneumatiques et les bruits d’ambiance sont parfaitement rendus. Et si les courses sont rythmées par du rock bien frappé, un passage par les options permet de privilégier le jazz ou le classique, avec même la possibilité d’intégrer au jeu sa propre musique.

Affrontements autos contre motos

La possibilité de piloter des motos est la nouveauté la plus spectaculaire de ce « PGR 4 », d’autant que certaines courses sont mixtes (autos/motos). L’idée n’est pas mauvaise, surtout lorsque l’on pilote une voiture et que l’on constate que, même si les deux-roues prennent des trajectoires différentes et ont une accélération foudroyante, ce ne sont pas des adversaires très coriaces, ils seraient plutôt vulnérables au moindre contact. Evidemment, prendre le guidon d’une moto implique de prendre des risques, mais la prise en main de ces monstres sur deux roues est assez jouissive et apporte un plus au jeu, d’autant qu’avec ces bécanes il est possible de gagner de faire quelques figures acrobatiques inédites qui permettent d’accumuler un bon paquet de kudos.

Des circuits dans dix pays

Autre nouveauté, plus discrète, mais pas des moindres : le nombre de circuits. Un petit passage dans le mode contre-la-montre permet de faire du repérage pour découvrir toutes les difficultés des circuits – souvent urbains – de Las Vegas, New York, Londres, St Pétersbourg, Shanghai, ou de Tokyo, auxquels s’ajoutent les tracés de Québec, de Macao et du mythique et très long circuit du Nürburgring.

Pour les pros et les néophytes

Comme on l’a déjà écrit, les modes « solo » sont variés : arcade, carrière, contre la montre et partie personnalisée.
Le mode Arcade propose dix niveaux et chacun d’eux est divisé en six épreuves qui doivent être disputées obligatoirement en voiture, mais aussi en moto.
Véritable colonne vertébrale du jeu, le mode Carrière permet de gravir tous les échelons d’un classement international qui démarre au 72e rang du niveau amateur. Ce mode carrière rappelle un peu celui de « Top Spin 2 », avec des épreuves inscrites sur un calendrier. Du coup, une fois un championnat achevé (raté ou non), il faudra attendre un an (virtuel, bien sûr) pour refaire cette manche.
Comme il est possible de choisir le niveau de difficulté, les néophytes comme les accrocs peuvent adapter leur carrière selon leurs compétences.

Une carrière sur Xbox Live

Et si « Project Gotham Racing 4 » offre déjà des tonnes de challenges en tout genre, il en remet une couche à travers le jeu en réseau, via Xbox Live, qui profite lui aussi d’une météo paramétrable. Un nouveau mode de jeu en équipe permet aux joueurs de s’affronter dans des courses comptant jusqu’à huit participants. Ici, le succès ne se résume pas à gagner, mais à la réussite de l’ensemble de l’équipe. Ainsi il est fortement recommandé de bloquer les adversaires pour laisser passer ses coéquipiers ou de signaler la présence d’un concurrent à ses partenaires. Excellente idée !

La dernière course ?

Avec des modes Arcade et Carrière totalement remaniés et très complets, des effets météo qui influent réellement sur le pilotage, des motos qui exploitent le gameplay du jeu et de nombreux circuits inédits, « Project Gotham Racing 4 » est une réussite totale.
La seule ombre au tableau, c’est que ce quatrième volet est peut-être le dernier développé par Bizarre Creations. Le studio britannique, historiquement très proche de Microsoft, s’est fait racheter fin septembre par l’éditeur Activision, qui lui, laisse planer de sérieux doutes sur l’avenir de cette série emblématique, dont la licence appartient toujours à Microsoft. A suivre…


Pascal Tissier

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |