Lost - Le jeu vidéo » Blog de PasTis

 Lost - Le jeu vidéo

12/3/2008

Le vol 815 d’Oceanic Airlines s’écrase sur votre console: bienvenue dans Lost !

Les séries télévisées se répandent aussi dans les rayons jeux vidéo. Après « Desperate Housewives », « 24 Heures Chrono » ou « Les Experts », c’est l’avion du vol 815 d’Oceanic Airlines qui vient s’écraser dans votre console. Vous ne pourrez pas empêcher le crash, mais dans « Lost : Les Disparus », vous aurez tout loisir de visiter l’île en compagnie de tous les personnages du célèbre feuilleton TV. 


Lost - Le jeu vidéo

 

Plusieurs séries télévisées ont déjà été transposées – avec plus ou moins de succès – en jeux vidéo. Ainsi, après la simulation de vie sur PC calquée sur les mésaventures des héroïnes de « Desperate Housewives », une folle journée de plus pour Jack Bauer dans « 24 Heures Chrono », ou les enquêtes et autres énigmes proposées dans « Les Experts » (Miami ou Las Vegas), voici que les aficionados de la manette vont pouvoir volontairement s’inviter à bord du vol 815 d’Oceanic Airlines pour se crasher sur une île (soit-disant) déserte et partager les aventures des héros de « Lost : Les Disparus ». La première énigme à résoudre lorsqu’on installe le jeu dans sa PlayStation 3 ou sa Xbox 360 (mais aussi sur PC), c’est de savoir si cette adaptation estampillée Ubisoft est intéressante ou équivalente à un naufrage vidéoludique. Le seul moyen de le savoir, c’est d’embarquer, d’attacher sa ceinture et d’attendre que la fumée se dissipe après le crash : bienvenue dans « Lost : Les Disparus – Le jeu vidéo » !

Lost - le jeu vidéoUn héros amnésique

Il est certain que l’univers de Lost, son histoire de naufragés au cœur d’une île mystérieuse, pour ne pas dire hantée, est le terreau idéal pour planter une histoire à rebondissements. Au début du jeu, comme Jack dans la série, le joueur reprend connaissance dans la jungle : entier certes, mais amnésique, et ça c’est un peu plus problématique. La seule chose qui est évidente, c’est que de nombreux passagers de l’avion ont survécu. A ce moment-là, on peut encore se demander si les développeurs d’Ubisoft Montréal ont su exploiter le concept de la série ou s’ils se sont contentés de nous servir un vulgaire jeu d’aventure. Mais pas d’inquiétude à avoir : en moins d’un quart d’heure, fan ou pas de la saga TV, on se laisse happer par l’ambiance du jeu et l’exploration peut véritablement commencer.

Jack, Kate et les autres sont là !

Si l’avatar virtuel du joueur est un personnage inédit, les protagonistes qui font leur apparition dans le jeu sont bien les jumeaux modélisés des acteurs de la série avec leur voix française : on reconnait sans problème Jack, Kate, John Locke, Charlie, Hurley, Sayid, Hurley, Sawyer et bien d’autres. Le bivouac installé au début du jeu sur la plage devient vite un campement qui ne cessera plus de s’étendre dans la jungle au cours de l’aventure. Les hautes herbes, les branches, les lianes et tous les pièges de l’enfer vert sont parfaitement rendus à l’écran et même si le passage d’un point à un autre se fait sur un sentier plutôt linéaire, la progression se fait souvent à l’aveugle dans la densité d’une jungle oppressante. Comme dans la série TV, les naufragés du jeu seront confrontés aux Autres (ceux qui occupaient déjà l’île), et aux créatures qui errent sur l’archipel (dont celles de la fumée noire).

La solution dans des flashbacks

Pour le joueur, le but du jeu tient en deux points indissociables : trouver le moyen de quitter l’île entier et retrouver la mémoire au passage. Pour y arriver, il va devoir explorer des bribes de souvenirs qui apparaissent comme des flashbacks et dans lesquels il peut intervenir en immortalisant des indices, des personnages ou des scènes spécifiques à l’aide d’un appareil photo. Parfois mis à l’écart par les autres naufragés ou menacé par des inconnus, le joueur se retrouve assez souvent seul pour mener ses investigations et explorer différents endroits : grottes, bunkers, labyrinthes de couloirs et autres parcours d’orientation. Pour chacune de ces missions, il est indispensable de disposer d’une torche ou d’une lampe pour voir clair dans les coins obscurs truffés de pièges mortels. A force d’être seul, on se dit que les vedettes de la série font ici de la figuration et qu’ils ne sont là que pour bavarder et filer des tuyaux, encore que ces renseignements ne soient pas toujours essentiels.

Du troc et des énigmes

Le personnage principal – on apprend qu’il est journaliste – n’affiche pas une souplesse exceptionnelle, un handicap lorsqu’il faut ramasser un objet, actionner un mécanisme ou prendre des photos. Quelques affrontements, une demi-douzaine de fusillades, et de nombreux marchandages pour obtenir des objets, dont les lampes de poche ou les torches que l’on peut troquer contre des fruits, des bouteilles d’eau ou des noix de coco.
Si l’interactivité et la précision ne sont pas les points forts de ce « Lost : Les Disparus », les développeurs ont su intégrer toute une série d’énigmes intéressantes à résoudre et toute une collection de fusibles à dénicher, histoire de remettre en ordre les circuits électriques indispensables pour ouvrir certaines portes.
Très fidèle à la série grâce notamment à la ressemblance des acteurs et de certains décors, « Lost : Les Disparus - Le Jeu Vidéo » n’est certainement pas le jeu de l’année, il n’en est pas moins un jeu agréable à voir et passionnant dans son déroulement. Et même si la prise en main manque parfois de précision et que le cheminement est plutôt linéaire, on prend plaisir à participer à cet épisode inédit de la série. D’autant que les fans vont découvrir dans le jeu des réponses à plusieurs mystères de la série.


Pascal Tissier

 

Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |