Sims 2 Naufragés » Blog de PasTis

 Sims 2 Naufragés

7/11/2007

Les Sims s’échouent sur console pour suivre les traces de Robinson Crusoé

Les Sims débarquent sur trois consoles à travers un jeu inédit qui ne sera pas adapté sur PC : « Les Sims 2 : naufragés ». Outre le fait qu’il est réservé aux seuls possesseurs d’une PlayStation 2, d’une Wii ou de la Nintendo DS, ce titre est aussi le premier de la saga des Sims à se présenter comme un véritable jeu d’aventure avec une vraie fin. Du jamais vu !


Sims 2

 

Une vague énorme renverse le voilier qui vogue sur l’océan. L’instant d’après, le sims survivant (un homme ou une femme selon le personnage choisi après le générique) se retrouve sur une île déserte. Comme les héros de Lost, son seul souci sera de rentrer chez lui, mais comme les acteurs de Koh-Lanta, notre sims devra faire preuve d’initiative et d’ingéniosité pour survivre. Et ce n’est pas MacGyver qui viendra nous contrarier.
Sans vouloir révéler des secrets, il faut savoir que, outre des chimpanzés, notre Sims peut rencontrer cinq autres naufragés… mais sans plus, même si affinités.
Bon, on a déjà eu l’occasion de voir passer des Sims sur PS2, avec des « animaux & Cie » et même des « permis de sortir ». Mais à moins d’être un fan invétéré du concept simulation de vie, il faut bien reconnaître que ces transpositions sur console sont limitées par rapport aux versions originales sur PC.
Du coup, lorsque Electronic Arts nous balance « Les Sims 2 : Naufragés » (« The Sim’s 2 : Castaway » en VO), on reste un peu dubitatif… « encore des Sims ! »
Et pourtant, après quelques minutes de jeu, on découvre que cette « simulation de survie » s’avère nettement plus passionnante et plus drôle que la série classique. D’autant que sur cette terre isolée, les Sims ne travaillent pas, n’ont pas de hobbies, ne disposent pas de salle de bains et encore moins de toilettes.

Créer sa propre tribu

Au début de la partie, suite au naufrage de leur voilier, six Sims s’échouent, loin les uns des autres, sur une île. Ils n’ont sur eux que le minimum vestimentaire, mais aucun outil ni autre accessoire. Dans un premier temps, le joueur ne dirige que l’un des Sims et comme toujours, il doit veiller aux besoins naturels de son avatar virtuel, notamment pour satisfaire son estomac, ses intestins et sa vessie. On ne va pas vous faire un dessin. Pendant ce temps-là, les autres naufragés sont gérés – en arrière-plan – par la console. C’est toujours un souci de moins. Et lorsque plusieurs Sims se retrouvent (pour créer une tribu), seul celui qui est à l’écran doit être « guidé » par le joueur.

Attention aux fruits défendus

Le concept du jeu se résume aux interactions entre le naufragé et les éléments de l’île, comme la faune, la flore, l’eau et les objets disséminés ci et là. Les longs déplacements du Sims peuvent être simplifiés en cliquant sur un emplacement figurant sur la  carte de l’île, mais le temps nécessaire pour parcourir la distance est pris en compte. Pour s’échapper de l’île, le joueur devra faire preuve d’ingéniosité et fabriquer des vêtements, des outils ou des armes, construire des objets simples ou plus élaborés – en faisant notamment quelques associations d’éléments – et mener à bien quelques quêtes. A ce niveau-là, le jeu est plutôt réussi : tout ou presque est utilisable, des brins d’herbe aux tiges de bambou, mais tout n’est pas comestible. Ainsi, certains fruits plutôt appétissants vont provoquer des coliques ou des vomissements. Et si l’essentielle de cette aventure se déroule de jour, l’obscurité a aussi son utilité, notamment pour la régénération des plantes et des fruits. Les joueurs impatients se contenteront de construire un abri pour leur Sims, alors que les plus persévérants s’arrangeront pour bâtir une vraie cabane. Quoi qu’il en soit, l’emplacement choisi pour établir ce gîte de fortune a également son importance…

Des singes à dresser

Apparemment les concepteurs du jeu ont privilégié la liberté de mouvements et les possibilités de quitter l’île sont nombreuses. Chaque joueur vivra une aventure différente en fonction de ses initiatives et de sa créativité. Ainsi, on peut ignorer la présence des singes qui vivent sur l’île, mais si l’on prend le temps de leur parler, de les nourrir et de les câliner, les chimpanzés deviennent très utiles pour récupérer le matériel nécessaire à la fabrication d’un radeau, d’un pédalo, d’un kayak ou d’un bateau plus élaboré.
L’exploration de l’île – des îles devrait-on dire, car il y en a plusieurs à visiter – permet de découvrir des passages secrets, des cavernes et d’autres surprises… l’île au trésor, vous connaissez ?
Les versions PS2 et Wii de ces « Sims 2 : naufragés » sont presque identiques au niveau de l’interface et des menus, seule la prise en main propre à chacune des consoles marque une différence notable, avec un léger avantage pour la mouture pilotée avec la Wiimote.
Sur les écrans de la Nintendo DS, où la topographie des îles est très différente, le joueur est nettement plus assisté et se fera un plaisir de résoudre toute une collection de mini-jeux.


Pascal Tissier

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |