Grand Theft Auto IV - GTA IV » Blog de PasTis

 Grand Theft Auto IV - GTA IV

7/5/2008

L’événement «GTA IV»: jeu de l’année

Jeux vidéo • Pour sa sortie sur PlayStation 3 et Xbox 360, la série «Grand Theft Auto» bénéficie d’une refonte totale de son espace de jeu: moteur physique inédit, graphisme haute définition, gameplay novateur, scénario encore plus mature, interface intuitive et multijoueur. «GTA IV» un jeu majeur, mais interdit aux mineurs.


GTA IV

 
Le bateau arrive au terme de son voyage. Sur le pont, Niko Bellic, un immigrant clandestin d’Europe de l’Est, s’impatiente de débarquer à Liberty City. Mais dans cette ville – copie virtuelle de New York – cet ancien militaire au sinistre passé va très rapidement se trouver confronté aux mafias locales et se rendre à l’évidence que le rêve américain n’est plus ce qu’il était.
En 2004, «Grand Theft Auto III» a été un épisode marquant dans l’évolution, non seulement de la série, mais aussi du jeu vidéo. En donnant vie à un univers urbain homogène, à des artères quasi vivantes (piétons, voitures), le tout «emballé» par une esthétique unique et truffé de références cinématographiques et de tubes pop-rock, les développeurs de Rockstar North ont démontré leur incroyable maîtrise des mondes ouverts dans lequel le joueur peut évoluer en toute liberté.
Aujourd’hui, bénéficiant d’une refonte totale, «Grand Theft Auto IV» propose un concept différent, mais parfaitement dans la veine des volets précédents. Et si (heureusement) ce «GTA IV» abandonne l’aspect RPG greffé à «GTA San Andreas» (2005), il propose en contrepartie un système «social» (ou communautaire) bien plus élaboré.

Véhicules divers

Avec son téléphone portable, Niko a accès à de nombreuses possibilités d’interaction avec ses camarades/complices de jeu, filles y compris. Les déplacements en voiture (volée, empruntée ou confiée) sont toujours sont toujours au cœur du jeu avec un nombre incalculable de bagnoles «inspirées» de modèles réels, chacune d’elles ayant son propre comportement routier. Bien entendu la gestion des dégâts est parfaitement adaptée et tout comportement routier violent est inévitablement sanctionné par de la tôle froissée, des fumées inquiétantes ou des roues crevées: séquelles qui altèrent, d’une façon ou d’une autre le comportement du véhicule. Mais il y aussi des motos, des camions, des bateaux et même des hélicoptères, soit, au total, plus de cent cinquante engins. 
Autre amélioration notable de ce volet, le système de visée qui lors des fusillades zappe d’une vue à la troisième personne à un champ de vision «caméra sur l’épaule» qui rend la scène d’action encore plus réaliste avec, du coup, une arme plus maniable, plus précise.

Un IA performante
 
Mention spéciale à la modélisation de Liberty City qui, de nuit comme de jour, reproduit à merveille l’ambiance parfois glauque de la «Big Apple», sur fond de radio locale. Tout y est Little Italy, Litte Odessa ou Chinatown… où les badauds réagissent de manière aléatoire grâce à une intelligence artificielle (IA) très bien dosée. Ainsi, si Niko se montre violent, s’il veut voler une voiture ou s’il sort une arme, les passants peuvent appeler la police, fuir tout simplement ou s’allier pour tenter de le mettre hors d’état de nuire.
Les missions s’enchaînent sur un scénario qui tient la route avec, en prime, des missions annexes qui ne manquent pas de piment. Il y aurait tant à dire sur ce titre que plusieurs pages seraient nécessaires pour en faire le tour. D’autres s’en sont déjà chargé, notamment l’excellent mensuel «Jeux vidéo» qui consacre sa couverture et pas moins de 15 pages pour disséquer, analyser et commenter ce «Gran Theft Auto IV». Accrocheur au possible et passionnant comme un bon film, ce «GTA IV» va encore battre tous les records de vente, permettant ainsi aux studios Rockstar North d’écraser –encore une fois - tous ses concurrents comme il l’a déjà fait il y a sept ans avec «GTA 3». C’est aussi ça le talent!

Des notes  maximales
 
Déjà reconnu comme l’un des évènements jeu vidéo de l’année, ce nouvel épisode de la saga Rockstar North est unanimement salué par la critique comme un chef-d’œuvre. Déjà couronné d’une pluie de notes maximales, de tous les superlatifs possibles, «Grand Theft Auto IV» est en passe de devenir le jeu le mieux noté de ces dix dernières années selon GameDaily. Actuellement, «GTA IV» affiche un score moyen de 98.8% pour la version Xbox 360 et 99.7% pour la version Playstation 3. Du jamais vu !
Selon Ben Feder, PDG de Take Two (T2), l’éditeur du jeu, «Grand Theft Auto IV» devrait s’écouler à plus de 12 millions d’ici au 31 décembre (l’éditeur a misé sur 14 millions). Effet secondaire de l’enthousiasme provoqué par le jeu, le prix de l’action T2 a opéré un sursaut, relançant la spéculation autour de la tentative de rachat hostile lancée par Electronic Arts il y a quelques semaines.

 

Pascal Tissier

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |