Ace Combat 6 + Call of Duty 4 + Beowulf + Mass Effect » Blog de PasTis

 Ace Combat 6 + Call of Duty 4 + Beowulf + Mass Effect

5/12/2007

Quand la Xbox 360 s’en va-t-en-guerre,
l’écran tremble et la manette vibre


Après le fascinant « assassin’s Creed » d’Ubisoft, et quelques jeux pour les plus jeunes, c’est la guerre ! Enfin sur Xbox 360 notamment avec quelques conflits armés plus ou moins explosifs sur terre, dans les airs, au temps de l’Antiquité ou dans un futur plus ou moins lointain. Le point commun entre les titres de cette sélection ? Pas de trêve pendant les fêtes de Noël !


Jeux Vidéo

 

Pendant des années, Namco, le label à l’origine de « Pac-Man », « Ridge Racer » et autres « Tekken » réservait ses meilleures productions aux consoles de Sony, dont les missions aériennes de la série « Ace Combat », sur PSone, PlayStation 2 et PSP. Et voilà que Namco propose « Ace Combat 6 : Fires of Liberation » en exclusivité sur… Xbox 360 ! Une infidélité qui permet aux possesseurs de la console next-gen de Microsoft de découvrir l’une des meilleures simulations de combats aériens.
Sur son nouveau support, « Ace Combat 6 : Fires of Liberation » propose deux systèmes de jeu inédits : le Allied Support System, pour les décisions stratégiques, et le Dynamic Operation System, qui gère en permanence l’animation des champs de bataille. Ces deux options permettent aux joueurs de contrôler de manière plus subtile la destruction des forces ennemies et la réalisation de leurs missions.
Visuellement très beau, avec tout un hangar de chasseurs à réaction parfaitement modélisés, le jeu alterne les missions aériennes, terrestres ou maritimes à l’intensité croissante, les ennemis étant de plus en plus coriaces. Heureusement, grâce aux points accumulés après chaque mission, il est possible d’acquérir de nouveaux jets ou d’acheter des armes secondaires pour augmenter la puissance de feu des engins volants.
S’il est vrai que ce « Ace Combat 6 : Fires of Liberation » n’apporte rien de bien nouveau au jeu d’avion arcade – type shoot them up – le pilotage des différents chasseurs procure un plaisir fou, d’autant que les effets visuels et sonores donnent vraiment l’impression d’être au cœur de l’action et que sur Xbox 360 la manette vibre. A cela s’ajoute un mode multijoueurs qui permet de voler jusqu’à seize joueurs dans ce gigantesque « champ de bataille » afin de s’affronter à plusieurs ou jouer en coopération.

Call of Duty 4 : Modern Warfare
 
Sur fond d’action explosive, ce nouvel épisode de la célèbre franchise d’Activision propose des effets spéciaux époustouflants : profondeur de champ, contre-jour, ombre des personnages, post-processing en temps réel, streaming des textures, et gestion poussée de la physique, sans oublier une bande sonore haut de gamme.Les développeurs d’Infinity Ward ont mobilisé une équipe entière pour la création d’un mode multijoueurs très complet. En reprenant les bases des « Call of Duty » précédents, notamment le deuxième (« Call of Duty 3 » ayant été « sous-traité » Treyarch, un autre studio d’Activision), le nouveau mode multijoueurs de « Call of Duty 4 : Modern Warfare » offre aux joueurs une expérience extrêmement prenante, tout en restant accessible au plus grand nombre.
Jusqu’à maintenant, « Call of Duty » était le pendant de la série « Medal of Honor » dans le genre FPS basé sur des campagnes solos sur fond de Seconde Guerre Mondiale. Pourtant, aujourd’hui, « Call of Duty » abandonne les Allemands pour nous envoyer sur des champs de batailles plus actuels. Il n’empêche que les concepteurs n’ont pas pu éviter certains clichés : dans ce « Modern Warfare », le joueur va devoir affronter des milices russes animées par la nostalgie de la Guerre Froide ou des groupuscules arabes en quête d’armes nucléaires.
En marge des missions « FPS » (pédestres), séquences d’infiltration comprises, ce quatrième volet de « Call of Duty » amène aussi des phases de pur shoot à bord d’hélicoptères, de chars ou d’autres engins, histoire de se défouler un peu entre deux sessions intenses.
Basé sur une campagne scénarisée plutôt bien ficelée bénéficiant d’une réalisation qui fait honneur aux capacités de la Xbox 360, ce « Call of Duty 4 : Modern Warfare » va faire le bonheur des fans de FPS « hollywoodien ». Mais si on peut pardonner l’intelligence artificielle peu développée des ennemis, il faut tout de même souligner que la durée de vie du jeu est scandaleusement courte : en mode normal, un joueur même peu expérimenté terminera toutes les missions en moins de huit heures ! Heureusement que le jeu en ligne permet de prolonger le plaisir.

La Légende de Beowulf : le jeu

Le jeu vidéo « Beowulf » plonge le joueur dans la vision renversante de cette saga cinématographique réalisée par Robert Zemeckis. Dans « Le jeu », celui qui tient la manette incarne Beowulf, ce guerrier légendaire à la force herculéenne et constamment tiraillé entre la noblesse et la brutalité qui sont en lui. Arrogant, opportuniste, avare d’or et de gloire, Beowulf parvient à conquérir le trône Danois. Mais pour garder sa couronne, il va devoir livrer de sanglantes batailles… c’est là que le joueur intervient. Chaud devant !
Si ce titre estampillé Ubisoft n’affiche pas une réalisation graphique transcendante (d’autant que la caméra s’égare souvent), il se démarque des autres productions du genre (il est où Conan ?), par la violence de ses combats et les éclaboussures de sang sur l’écran. Bon, il y a bien quelques phases d’explorations (plateformes) et la gestion d’une équipe, mais pas de quoi émerveiller les rétines. Pour progresser dans cette quête, il faut en outre gérer plusieurs facteurs (santé, survie des alliés, défense des objectifs et extermination des boss) et faire preuve de dextérité lorsqu’à l’écran des icônes apparaissent (séquences QTE) pour lancer une action ou piquer des armes à l’adversaire.
« La Légende de Beowulf : le jeu » ne risque pas de faire de l’ombre au magnifique « assassin’s Creed » proposé lui aussi par Ubisoft, mais son univers légendaire et la brutalité de ses combats vont certainement convenir aux joueurs en mal d’action sanglante.

Mass effect

« Mass Effect » est un RPG de science fiction créé par BioWare, le développeur maintes fois primé pour ses titres de qualité sur PC, dont « Jade Empire », « Star Wars : Knights of the Old Republic » (KOTOR), « Neverwinter Nights » ou la série « Baldur’s Gate ». Alors que cette société canadienne est en passe de changer d’être avalée par plus grosse qu’elle (le rachat de VG Holding Corp – qui possède BioWare et Pendemic Studios – par le géant Electronic Arts est prévu pour janvier 2008), la voilà qui fait sa première incursion sur Xbox 360 avec cet « effet de masse » qui propose – en exclusivité sur cette console – le premier volet d’une trilogie futuriste qui s’annonce extraordinaire.
Rarement un monde créé pour un jeu vidéo n’a été si bien développé. « Mass Effect » nous projette dans le futur, en 2148 : la découverte d’une technologie sur Mars a permis de développer de manière singulière les voyages intergalactiques. De nouvelles planètes ont été colonisées et de nouvelles races extra-terrestres ont été découvertes. Certaines se sont alliées aux humains, mais d’autres vont démontrer une haine viscérale vis-à-vis des terriens et menacer l’existence même de la terre. Le commandant Shepard va devoir faire preuve d’audace pour enrailler la menace qui plane au-dessus de la planète bleue. Shepard, c’est l’incarnation du joueur dans « Mass Effect », l’avatar auquel il peut attribuer un prénom, le sien ou un autre.
A bord du vaisseau « SS Normandy », le joueur part pour une mission sur la planète Eden Prime. Cette première mission de routine qui consiste à récupérer une mystérieuse balise est en fait un gros didacticiel permettant de se familiariser avec l’interface du jeu. Mais une fois la visite du tableau de bord achevée, cette visite sur Eden Prime tourne au vinaigre et les choses sérieuses commencent.
« Mass Effect » est un jeu de rôle, certes, mais un jeu de rôle grand public : tout a été fait pour simplifier au maximum l’interface du jeu. Les menus sont accessibles via la touche Start : inventaire, armes, journal de bord, carte, commando, etc… Même le système de dialogue est innovant, avec des choix non pas de phrases toutes faites, mais avec des orientations à donner à la discussion. Et il faut voir avec quel réalisme les personnages discutent à l’écran : la modélisation des protagonistes est sublime et la post-synchronisation (en français) colle parfaitement aux mouvements des lèvres et à l’expression des visages. Et les décors ne sont pas en reste.
Dans « Mass Effect », les combats se déroulent en en temps réel et mettent à contribution aussi bien les compétences du héros que les réflexes du joueur. Ce système très dynamique fera plaisir à tous ceux qui sont allergiques aux affrontements au tour par tour.


Pascal Tissier

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |