Portrait d'Arnaud Bédat, reporter » Blog de PasTis

 Portrait d'Arnaud Bédat, reporter

21/1/2009

 

Arnaud Bédat,
baroudeur dans l’âme


Presse • Il a fait de sa passion pour les voyages, l'enquête et l'écriture, son métier: depuis plus de 25 ans, avec un talent déconcertant, Arnaud Bédat conjugue l'actualité, les faits divers et ses rencontres.

 

Arnaud Bédat

Retour à Peggy's Cove, dix ans après le crash du Swissair 111, près d'Halifax (Canada),
en septembre 2008.                                                                           Photo P. Simard


«Publier des scoops, c’est excitant sur le moment, mais ce que je préfère avant tout, ce sont les rencontres. En fait, je marche surtout aux émotions…». En plus de vingt ans de journalisme d’investigation, Arnaud Bédat est devenu l’un des meilleurs - si ce n’est le meilleur - dans sa spécialité en Suisse romande. Sa notoriété s’est répandue au-delà de nos frontières: sa signature dans Paris-Match ou dans VSD, ainsi que sa participation à différentes émissions de télévisions, comme Sans aucun doute, Secrets d'actualité, ou Le Droit de savoir, l’attestent.

Depuis 1992, ce grand blond aux chaussures noires fait régulièrement des reportages –  en Suisse et à travers le monde – pour L’Illustré, en freelance depuis bientôt cinq ans: «Je m’offre le luxe d’être libre, de proposer des sujets ou de partir en mission à la demande. Ça me permet de vivre tranquillement chez moi, à Porrentruy».


Sur les pas d'Albert Londres

Fils d’un maître secondaire et d’une journaliste, Arnaud Bédat est né – il y a bientôt 44 ans – au matin de la journée internationale de la femme: «A la mort de mon père, quand j’avais treize ans, ma mère était devenue la correspondante pour l’Ajoie du quotidien Le Démocrate».

Cadet d’une fratrie de trois enfants (deux journalistes et une maîtresse enfantine), Arnaud Bédat s’est nourri, dès l’enfance, des récits de grands voyageurs: «J’ai lu et relu Jules Verne, Joseph Kessel, Paul Morand ou Blaise Cendrars… Je reste passionné par les livres. Aujourd’hui je collectionne ceux de Robert Caze, un écrivain oublié mort en duel à l’âge de 33 ans. Une idée me trotte dans la tête autour du «Chemin de Buenos Aires» d’Albert Londres, me remettre dans ses pas en Argentine avec un grand photographe. Reste encore à trouver le financement pour réaliser un bel album».


Premiers reportages à la télé

En 1983, son diplôme de libraire en poche, le Bruntrutain (nom donné aux habitants de Porrentruy) est sélectionné pour «La Course autour du Monde». Ce jeu télévisé réunissait huit jeunes reporters francophones (deux par pays) de nationalités différentes (France, Belgique, Suisse, Canada) envoyés à travers le monde durant plusieurs mois avec une caméra au poing. Chaque semaine, comme tous les candidats, le jeune Jurassien livre un reportage qui est diffusé à l’écran, jugé et noté par un jury. Arnaud Bédat se fait remarquer avec des rencontres inédites: à Shanghai, Tchang, l’ami de Hergé; en Inde, Gopal Godse, le dernier des assassins de Gandhi; au Chili, la veuve de Pablo Neruda.

A Neuchâtel, Arnaud Bédat voit La Feuille d’Avis de Neuchâtel devenir L’Express (1988). C’est durant les années qu’il passe sur le Littoral, que le journaliste signe son premier «gros coup»: en 1989, au cours d’une enquête parrainée par le quotidien neuchâtelois et la TSR, et qui l’amène au Canada via le Paraguay, Arnaud Bédat retrouve et démasque André Plumey, un escroc bâlois d’origine jurassienne en fuite depuis plus de trois ans sous une autre identité.


Scoops en stock

A L’Illustré, le Jurassien va devenir le «baron» des faits divers, avec notamment l’enquête fleuve sur l’Ordre du Temple Solaire (OTS) qui démarre en 1994 par la mort de 53 adeptes de la secte, à Salvan (VS, 25 morts), à Cheiry (FR, 23 morts), et au Canada (5 morts): «Il faut encore ajouter le seize cadavres découverts en 1995 dans le Vercors, en France, ainsi que cinq autres, en 1997, à Saint-Casimir, au Canada. Je pense qu’on a dû faire une bonne quinzaine de couvertures à L’Illustré avec cette affaire». Sans compter les deux ouvrages sur l’OTS, co-signés avec Bernard Nicolas et Gilles Bouleau, deux vieux complices de TF1.

En 2001, dans le cadre d’une enquête sur la mafia russe, Arnaud Bédat découvre que l’ambassadeur des Etats-Unis à Berne loue sa villa à un mafieux condamné pour blanchiment: «J’avais même réussi à mettre la main sur le contrat de location avec les signatures du Russe et de l’ambassadeur, ami intime de George W. Bush...  Une petite bombe! L’article est mis en pages le lundi  pour parution le mercredi. Je rentre le soir chez moi en me disant «ça va péter, ça va être formidable!». Mais qui aurait pu penser que le lendemain, 11 septembre 2001, survenait la plus grosse catastrophe de l’histoire américaine! Du coup mon article, en kiosque le 12, est passé complètement inaperçu. L’ambassadeur a eu chaud».


Le coup du destin

Moins drôle, quelques semaines plus tard, alors en mission en Uruguay, Arnaud Bédat débarque en urgence à l’Hôpital Britanico de Montevideo: victime d’une angine de Ludwig, une infection rare et très grave. Il est opéré durant six heures et sombre trois jours dans le coma avec un pronostic vital critique. Après un mois d’hospitalisation, il peut être enfin rapatrié et s’en sort. «La vie aurait pu s’arrêter là. Il faut croire que ce n’était pas mon heure».


Reste l'île de Pâques

Dans la région, Arnaud Bédat s’est «illustré» notamment dans l’affaire dites des policiers ripoux à La Chaux-de-Fonds: «J’avais même déniché la fameuse photo d’un des flics avec une strip-teaseuse sur les genoux»… Tout récemment, il a aussi dévoilé l’enfer vécu par une bande de Neuchâtelois qui, en Irlande, ont perdu un de leur copain dans le naufrage de leur embarcation. Rapidement sur place, le Jurassien a été le seul à pouvoir recueillir le témoignage des rescapés.

Qu’est-ce qui fait encore rêver Arnaud Bédat? «Un tête-à-tête dans le Pacifique avec les statues monumentales de l’île de Pâques.»


Pascal Tissier


Arnaud Bédat

Arnaud Bédat en 1984, sur le plateau de "La Course autour du Monde"

 

 

 

La bibliographie d'Arnaud Bédat

 

 L'énigme Dieuleveult

Book

de Arnaud Bédat
Editions Favre 1988
Collection Voies et chemins
ISBN-10: 2828902315
ISBN-13: 978-2828902315

Le mardi 6 août 1985, les deux radeaux de l'expédition Africa Raft disparaissaient le long du fleuve Zaïre, dans les rapides d'Inga. A leur bord, sept aventuriers, parmi lesquels Philippe de Dieuleveult, le célèbre animateur de la "Chasse aux trésors". Des militaires français dépêchés aussitôt sur place concluaient bien vite à l'accident et à la mort par noyade des membres de l'expédition. Pourtant l'affaire a été, semble-t-il, classée un peu trop vite ! Un ingénieur du barrage d'Inga n'a t-il pas affirmé avoir vu trois hommes débarquer d'un radeau et s'enfoncer à pied dans la savane ? Et parmi eux, Philippe de Dieuleveult !
Alors ? Philippe de Dieuleveult et ses camarades ont-ils été les victimes d'une bavure de l'armée zaïroise ? Ont-ils été enlevés par des mercenaires angolais qui les garderaient en otages ? Ou, tout simplement, ont-ils réellement été vicimes du fleuve et des rapides ? En reprenant le fil des événements, jour après jour, et en apportant des témoignages nouveaux, des familles, des amis et de tous ceux qui de près ou de loin ont été les témoins du drame - en enquêtant notamment au Zaïre - ce livre donne aujourd'hui un éclairage différent à l'affaire. Une chose est certaine : Philippe de Dieuleveult et ses compagnons ne sont pas tous morts noyés. Cette disparition n'est pas aussi simple qu'on a voulu nous le faire croire...


Les chevaliers de la mort

Book

enquête et révélations sur l'Ordre du Temple Solaire (OTS)
de Arnaud Bédat, Gilles Bouleau et Bernard Nicolas
TF1 Editions 1997
ISBN: 2877611485


4 octobre 1994, Morin Heights (Canada) : 5 morts 5 octobre + 1994, Cheiry (Suisse) : 23 morts + 5 octobre 1994, Salvan (Suisse) : 25 morts + 23 décembre 1995,Vercors (France) : 16 morts...
Voici enfin, à travers des témoignages inédits et des documents exclusifs, l'histoire de l'Ordre du Temple Solaire, dont la mort de 69 adeptes a stupéfié le monde. Après deux ans d'enquête, en Suisse, en France, en elgique et au Canada, trois journalistes racontent la vie et la lente dérive de cette secte apocalyptique. Une organisation où la vie spirituelle, l'argent et le sexe se côtoient dans un savant mélange d'ésotérisme et de crime.
Qui a tué et pourquoi? Qui étaient les gourous Luc Jouret et Jo i Mambro ? 'autres chevaliers de la mort sont-ils encore parmi nous? Un nouveau massacre est-il à craindre ? Comment des dizaines d'hommes et de femmes en quête de spiritualité ont-ils pu entraîner avec eux leurs enfants dans la mort? De nouvelles révélations, jamais publiées, à verser au dossier.


L’ordre du temple solaire: Les secrets d’une manipulation

Book

de Arnaud Bédat, Gilles Bouleau et Bernard Nicolas
Éditions Flammarion 2000
ISBN-10: 2080678426
ISBN-13: 978-2080678423

L'OTS. Un sigle mystérieux, une secte au nom solaire qui a fini dans les flammes et dont les massacres successifs ont fait 74 morts. Une fois de plus, la planète a été bouleversée par le sort funeste d'innocents sacrifiés sans remords. Une fois de plus, le monde a découvert qu'une secte pouvait tuer au nom d'une idéologie trouble assoiffée d'argent et de pouvoir. Mais quelle est l'origine de cette secte et de ses " gourous " ? Comment, dans nos démocraties modernes, une organisation occulte peut-elle dicter ses préceptes au mépris des lois ? Qui étaient ses adeptes ? Comment se déroulaient leurs rituels ? D'où venait l'argent ? Qui a ordonné ces morts ? S'agit-il d'un suicide collectif ou d'un assassinat maquillé ? Et comment s'est réellement déroulée l'enquête ?... Autant de questions auxquelles trois journalistes d'investigation donnent des réponses étonnantes, après avoir mené l'enquête en Suisse, en Belgique et au Canada, interrogé les anciens membres de la secte ainsi que les familles des victimes, et suivi étroitement le travail de la justice. Après la fin de cette instruction impossible, Arnaud Bédat, Gilles Bouleau et Bernard Nicolas décortiquent un système de manipulation destructeur dont la philosophie apocalyptique s'est noyée dans un bain de sang. Un livre qui fait la lumière sur un mouvement de l'ombre.



"Les cigales de Satan"

Book

de William Reymond
Editions Flammarion 2000   
ISBN-10: 2080679708
ISBN-13: 978-2080679703

Deuxieme tome des enquêtes du commissaire Fartelli. J'étais anxieux à l’idée de retrouver mon flic marseillais.Et puis, au contraire, ce fut une expérience réjouissante. Et l’occasion d’explorer une écriture encore plus nerveuse.    
William Reymond: "J'ai écrit Les cigales de Satan aux Etats-Unis. La premiere difficulté était de créer un polar provencal alors que je me trouvais au fin fond du Texas. Alors j'ai imaginé un western méridional. Rouge Lavande était plus chabrolien. On y sentait le poids d'une petite ville de province avec ses clans et sa bourgeoisie locale. Les cigales de Satan ont plus de souffle, plus de rythme. Je le prefère au premier."
 

Arnaud Bédat n'est ni l'auteur, ni l'éditeur de ce récit... Par amitié avec le journaliste suisse, l'auteur a juste utilisé son nom pour l'attribuer à l'un de ses personnages: "le Père Bédat"...

Arnaud Bédat en rigole: "C'est dommage que dans "Les Cigales de Satan" je meurs après seulement 30 pages"...

Autre curiosité, le journaliste est aussi cité dans "Onze Minutes" de Paulo Coelho. L'écrivain brésilien raconte comment au cours d'un entretien "avec un journaliste suisse de L'Illustré" il s'est surpris à se laisser aller à révéler le sujet de son prochain livre, une chose qu'il n'avait jamais fait... "C'était chez lui à Rio, dans son bel appartement plongeant sur Copacabana, et il a balancé l'info alors qu'on plaisantait sur la vue imprenable qu'il avait sur les strings en folie depuis son bureau", raconte Bédat, "je suis étonné qu'il ait accordé autant d'importance à ce moment au point d'en parler ensuite dans ce livre qui était alors en pleine écriture. C'est tout bête, mais ça fait plaisir de faire, comme ça, l'air de rien, une minuscule apparition dans son oeuvre".


Book

 

 


 

Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |