Marie-France Linder et la Santé par le Toucher » Blog de PasTis

 Marie-France Linder et la Santé par le Toucher

28/1/2009

Marie-France Linder,
thérapeute reconvertie
 


Corcelles-Cormondrèche • Le cap de la cinquantaine franchi, après une séparation et la perte de son emploi, Marie-France Linder s’est lancée dans une vaste reconversion: la kinésiologie.


Marie-France-Linder


«Dans mon métier d’assistante dentaire, ce qui me plaisait le plus, c’était les relations humaines. L’accueil personnalisé des clients, l’échange verbal qui permettait de les rassurer avant qu’ils ne s’installent dans le fauteuil du dentiste. J’adorais ça!» Ce qui est frappant lorsque l’on rencontre Marie-France Linder, c’est son sourire et l’énergie qu’elle dégage: on la sent totalement passionnée par la formation qu’elle a entamé il y a bientôt deux ans. «J’ai déjà cinq cents heures de cours derrière moi et encore autant à suivre pour obtenir mon diplôme de kinésiologue, mais grâce aux différents modules que j’ai suivis à Genève, à Colombier ou à Neuchâtel, j’ai les certifications pour pratiquer la Santé par le Toucher, le Brain-Gym (ou kinésiologie éducative), ou le coaching selon la méthode dite de programmation neurolinguistique (PNL)».

Médecine douce

Dans la petite villa qu’elle loue non loin du giratoire de la pharmacie, Marie-France Linder a aménagé une pièce chaleureuse pour accueillir sa clientèle: une mansarde bien chauffée, meublée d’un fauteuil confortable et une table de soin, dans laquelle un diffuseur dégage un parfum subtil sur un fond musical doucereux, à peine audible. «La Santé par le Toucher est la base de la kinésiologie. C’est une technique qui utilise le test musculaire pour accéder au langage du corps. A travers une approche personnalisée et des gestes relativement simples, je peux aider des personnes à retrouver leur énergie, leur équilibre et l’harmonie. Considérée comme une médecine douce, la santé par le toucher est reconnue par de nombreuses caisses-maladie.»

Deux ans aux USA

Marie-France Linder est née à Neuchâtel, il y a un peu plus de cinquante ans… le jour où, de l’autre côté de l’Atlantique Marilyn Monroe et Joe DiMaggio s’envolaient pour leur lune de miel. Aux Etats-Unis, la Neuchâteloise y passera deux ans comme fille au pair: «C’était génial, même si je n’étais plus toute jeune. J’ai passé un an en Floride et la deuxième année en Californie, à San Francisco». Fille d’un policier de la locale, Marie-France habitait au Vieux-Châtel et c’est un peu par hasard qu’elle s’est lancée dans l’apprentissage d’aide en médecine dentaire (aujourd’hui assistante dentaire): «Après mes classes à la Promenade et aux Terreaux, mes parents m’ont envoyé aux Grisons pour apprendre l’allemand. Je ne me plaisais pas dans cette famille où j’ai davantage appris le patois vaudois que la langue de Goethe. Et lorsque ma mère m’a parlé d’une place d’apprenti chez un dentiste du Littoral, j’ai immédiatement fui les Grisons». Après son apprentissage, dix ans chez un dentiste du centre-ville et son séjour aux Etats-Unis, Marie-France Linder a passé le cap de la trentaine.

Rupture et coup dur

Les années passent tranquillement… et puis, en 2004, l’année de ses cinquante, c’est le clash! Après seize ans de vie commune avec son compagnon, c’est la séparation. Fini les voyages à deux, les balades en moto ou les escapades en camping-car: «Le pire aurait été de devoir quitter la villa qu’on louait à Corcelles. Pour pouvoir la garder, j’ai dû me serrer la ceinture et travailler plus. Quand un couple meurt, c’est deux personnes qui renaissent. J’ai tout fait pour renaître…»
En 2006, autre coup dur: après seize ans (encore!) chez un dentiste de Peseux, elle perd son travail: «je me retrouvais au chômage pour la première fois. Jamais je n’aurais pensé passer par là! Et je n’étais toujours pas disposée à quitter mon nid, même si ma situation financière devenait critique.»
Motivée par les conseils d’une kinésiologue, Marie-France décide d’entamer une formation et se met en quête d’une école. Dans cette perspective, elle tente d’obtenir l’aide du chômage pour financer tout ou partie de cette reconversion… en vain.

Aujourd’hui, Marie-France Linder paraît épanouie: «Finalement, grâce à ces cours, j’ai été ma première patiente et j’ai un plaisir immense à aider les gens que je reçois à travers une méthode qui me correspond…»


Pascal Tissier


Renseignement au 032 730 29 52
ou sur le site: www.objectifallermieux.ch


Marie-France Linder

 

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |