Syphon Filter : Dark Mirror + Syphon Filter : Logan’s Shadow » Blog de PasTis

 Syphon Filter : Dark Mirror + Syphon Filter : Logan’s Shadow

16/1/2008

Gabe Logan revient sur le devant de la scène
avec deux missions passionnantes


Gabriel Logan, dit Gabe. Qui n’a jamais entendu parler de cet agent secret qui anime le feuilleton « Syphon Filter » ? Lancée en 1999 sur la PSone, cette série est aux PlayStation ce que James Bond est au cinéma : une saga d’action et d’espionnage avec un héros charismatique équipé d’armes et de gadgets hyper sophistiqués. Il y a peu, Gabe Logan est revenu sur le devant de la scène vidéoludique avec deux titres : «Syphon Filter : Dark Mirror», sur PlayStation 2, et surtout «Syphon Filter : Logan’s Shadow», sur PlayStation Portable (PSP).


Syphon Filter

 

Alors que de nombreux titres du catalogue Playstation 2 sont transposés sur la console portable de Sony, voici que Gabe Logan défie les lois de la conversion avec « Syphon Filter : Dark Mirror ». Ce jeu, sorti il y a un an sur PSP, vient d’être adapté sur PlayStation 2. Considéré comme l’un des meilleurs jeux d’action/espionnage sur portable, ce « sombre miroir » pouvait logiquement élargir ses reflets sur la console de salon, histoire d’en faire profiter les possesseurs de la PS2.
« Syphon Filter : Dark Mirror » est un jeu d’action assez classique dans le fond, mais suffisamment varié pour tenir le joueur en haleine. Avec des missions durant lesquelles il faut impérativement couvrir et défendre Lian Xing, sa coéquipière, faire sauter des installations, récupérer des informations, ou simplement traverser une base ennemie, cet opus est plutôt intense. Bien entendu on y retrouve l’équipement high-tech qui permet à Gabe de voir la nuit, ou de détecter les dispositifs électroniques, des options incontournables pour découvrir et franchir certains passages. S’ajoute à cela le grappin qui permet de s’accrocher à des câbles pour descendre en tyrolienne et accéder ainsi à des édifices éloignés.

Des regrets sur PS2

La version PSP avait impressionné par la richesse de son contenu, la finesse de ses graphismes et la possibilité de jouer en ligne : du jamais vu, à l’époque, sur la portable de Sony. Un an plus tard, force est de reconnaître que ce « Dark Mirror » perd un peu de son éclat en passant sur PS2. Si la disparition du jeu en réseau est l’un des gros regrets, il faut aussi constater que cette version PS2 est une copie conforme de la version portable, dans le fond comme dans la forme. Difficile d’ailleurs de discerner les différences techniques qu’il y a entre les deux versions. En y regardant de plus près, on constate tout de même que les textures sont plus fines, plus détaillées aussi, et que l’animation est plus fluide, mais rien de transcendant.
Le seul véritable avantage de cette adaptation se situe au niveau de la prise en main, avec notamment l’usage du second stick de la manette Dualshock (PS2) ou Sixaxis (PS3). Reste que les missions de ce « Syphon Filter : Dark Mirror » sont véritablement accrocheuses et passionnantes et qu’elles satisferont les fans de la saga qui ne disposent pas d’une PSP.

Un nouvel opus sur PSP

Si Gabriel Logan a briller sur la portable de Sony avec « Syphon Filter : Dark Mirror », le voici qui revient sur PSP avec un épisode inédit et tout aussi intense intitulé « Syphon Filter : Logan’s Shadow ». Dans cette nouvelle aventure découpée en chapitres, composés chacun de plusieurs épisodes, le joueur dirige à nouveau Gabe Logan dans des phases de jeu courtes, intenses, et parsemées de nombreux checkpoints. Comme dans « Dark Mirror », l’absence d’un deuxième stick analogique impose au joueur d’orienter la vue et la visée de son avatar à l’aide des quatre touches principales de la console (carré, triangle, croix, rond). Déroutante dans un premier temps, cette prise en main se révèle finalement convaincante, même si, lors des corps à corps, la vue proposée par la caméra du jeu peu poser quelques problèmes d’orientation. Bref, construit sur la base d’un excellent jeu (Dark Mirror) et bénéficiant de plusieurs améliorations, ce « Logan’s Shadow » a tout pour plaire aux fans de la série « Syphon Filter » ou aux amateurs d’action, équipés d’une PlayStation Portable.

Séances de tir obligatoires

Ici, pas de balades ou d’explorations superflues, les missions s’enchaînent à un rythme effréné. Mais attention, il ne suffit pas de courir et de tirer dans le tas pour passer d’un checkpoint à un autre. Selon le plan de mission proposé au début de chaque mission, le déroulement de l’action est limpide si l’on respecte certaines règles en fonction de son environnement qui impose parfois d’être invisible (infiltration), perspicace (énigme) ou bon tireur (headshots). Ces phases de tir sont très réussies et procurent d’excellentes sensations : se mettre à couvert, s’accroupir et ajuster minutieusement le tir en zoomant sur la cible. A dire vrai, pour cet épisode, les concepteurs ont privilégié les épreuves de tir au détriment des séquences d’infiltration : l’essentiel des missions repose sur des phases de gunfight, où la moindre carcasse de voiture, le plus petit des murets et tout autre élément du décor permet de s’abriter des rafales ennemies et de préparer un tir de riposte. Mais comme la plupart des adversaires sont équipés d’un gilet en kevlar ou de casque de protection, les tirs de précision s’imposent, d’où le terme de headshots. Dans certains secteurs, il est même impossible de progresser sans avoir « nettoyer » la zone. Pour disposer des meilleurs atouts, il faut donc obligatoirement ramasser les armes et les munitions abandonner par les ennemis. Et si Gabe Logan est touché, il suffit au joueur de mettre son avatar à l’abri quelques secondes pour voir sa barre de vie se recharger. Trop facile !

Toujours plus fort !

Par rapport au « Dark Mirror », ce « Logan’s Shadow » présente quelques améliorations intéressantes, notamment au niveau de la palette de mouvements qui anime Logan. Ainsi, comme les personnages de « Rainbow Six : Vegas », Gabe Logan peut se planquer derrière un mur et tirer à l’aveuglette, même si, dans ce cas-là, la précision n’est pas forcément au rendez-vous.
Dans certaines phases d’approche, Gabe doit se mouiller pour s’aventurer dans quelques séquences sous-marines. Encore faut-il bien s’orienter dans l’eau et remonter à la surface régulièrement, d’autant que la barre d’oxygène se vide rapidement.
« Logan’s Shadow » se décompose en six chapitres avec, pour chacun d’eux, un objectif principal à remplir, parfois avec la coopération d’intervenants extérieurs qui viennent prêter mains fortes au héros.
« Syphon Filter : Logan’s Shadow » a bénéficié d’un excellent travail au niveau de sa réalisation et progresser dans cette aventure procure un réel plaisir. A noter qu’au menu du jeu il est possible de tester « Syphon Filter : Combat Ops », un autre volet des aventures de Gabriel Logan dédié essentiellement au jeu online et dans lequel le joueur pourra créer ses propres maps.
Suite parfaite de « Syphon Filter : Dark Mirror », ce « Logan’s Shadow » démontre, en attendant l’arrivée hypothétique de Gabe Logan sur PlayStation 3, que la console portable de Sony est devenu le support privilégié de la série.


Pascal Tissier

 

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |