Donkey Kong Jet Race » Blog de PasTis

 Donkey Kong Jet Race

6/2/2008

Donkey Kong
collecte des bananes sur Wii


Ayant manqué son ultime exhibition sur GameCube, le plus populaire des gorilles se rattrape sur la Wii avec « Donkey Kong Jet Race ». Comme son titre l’indique, cette nouvelle friandise estampillée « Made in Nintendo » est un jeu de courses dans lequel Donkey Kong et ses amis – bongo-jet pack sur le dos – enchaînent des courses endiablées dans les décors les plus fantaisistes. Même si le concept perd ses bongos au passage, « Donkey Kong Jet Race » est une excellente alternative en attendant l’arrivée du « Mario Kart Wii » annoncé pour le deuxième trimestre de cette année.


Donkey Kong Jet Race

 

Allez savoir pourquoi le jeu « Donkey Kong Bongo Blast », sorti au Japon à fin juin 2007, commercialisé début octobre aux Etats-Unis sous le titre « Donkey Kong Barrel Blast », apparaît chez nous seulement maintenant et avec encore un intitulé différent : « Donkey Kong Jet Race ». En gros, on passe du « combat de tonneaux » à la « Course supersonique » par jaquettes interposées. Reste à essayer le jeu en le glissant dans le mange-disque de la Wii, les deux manettes – Nunchuk et Wiimote – calées dans les mains. Dès les écrans du menu, on retrouve les graphismes et l’ambiance de la série, musique comprise : les fans et nostalgiques de « Donkey Kong Country » sur Super Nintendo vont se retrouver en terrain connu. Evidemment, les mêmes personnages, le même cadre, les mêmes mélodies et des tonnes de bananes sont de la partie, sauf qu’ici, les habituelles plates-formes à explorer laissent place à des tracés loufoques spécialement aménagés pour y accueillir des courses déjantées. Des compétitions sans voiture, sans karting, sans moto, aucun avion ni autre moyen de locomotion. Non, dans « Donkey Kong Jet Race », ce sont les personnages qui volent… mais pas de leurs propres ailes.

Au rythme des mouvements

Le gorille-vedette et potes sont munis de jet-packs, un équipement basé sur deux bongos qui font office de propulseurs à réaction. Si, si, vous avez bien lu, des tam-tams à réaction. En fait, cette idée date des années où Donkey Kong brillait sur GameCube à travers des jeux musicaux qui nécessitaient l’utilisation du « Congo DK », d’un couple de véritables tam-tams connecté à la console en lieu et place de la manette (« Donkey Kong Jungle Beat », « Donkey Konga » et sa suite).
A l’époque, « Donkey Kong Jet Race » devait être développé pour la GameCube et ses tambours. Repoussé, suspendu, oublié, le jeu réapparaît maintenant sur la Wii avec une prise en main adaptée aux possibilités offertes par les fameuses manettes à reconnaissance de mouvement. Du coup, au lieu de taper sur des bongos, il faut battre la mesure avec les manettes comme si ont tapait sur un tambour avec des baguettes. Un principe déjà utilisé dans d’autres titres Wii, dont « Mario & Sonic aux Jeux Olympiques ».

Des courses très physiques

Bon, après quelques longues minutes d’apprentissage, notamment pour peaufiner les départs, il faut encore assimiler les subtilités du pilotage pour tourner à gauche, virer à droite ou sauter par dessus des obstacles. Ainsi, pour faire un bond il faut lever les deux manettes simultanément, alors que pour tourner à droite ou à gauche il faut bouger l’un ou l’autre des contrôleurs pour aller dans le sens souhaité. Ceux qui apprécient les exercices physiques vont être servis, les autres vont vite trouver les courses épuisantes. C’est qu’ici, plus on veut aller vite et plus il faut agiter les bras et les poignets. C’est sûr qu’avec des tambours ce jeu aurait fait plus de bruit qu’avec la paire wiimote-nunchuk. Mais force est de reconnaître que même s’il faut vraiment suer pour gagner des courses le concept est prenant, d’autant que les compétitions sont parfaitement dans l’esprit des « Mario Kart » : ça va vite, c’est drôle et en plus on se dépense comme des fous.  

Des surprises sur la piste

Les bananes sont à Donkey Kong ce que les anneaux sont à Sonic… l’objet de toutes les convoitises. Dans « Donkey Kong Jet Race », le fruit du bananier est partout, seul ou en régime, le but étant d’en collecter un maximum pour remplir la jauge boost. Des boost que l’on peut accumuler et garder en réserve pour les utiliser au moment propice et se donner toutes les chances de passer en tête et gagner l’épreuve. Comme dans « Mario Kart », des ballons sont disséminés sur les circuits. Impossible de savoir à l’avance ce qu’ils renferment. Si certains d’entre eux donnent la possibilité de ralentir les autres concurrents, d’autres sont pénalisants. Les tonneaux sont aussi des objets importants dans le jeu : éparpillées sur les tracés, ces barriques peuvent être détruites d’un bon coup de poing (touche A), d’autres – comme dans « Donkey Kong Country » – font office de canon et permettent d’être propulsé par dessus des pièges ou des adversaires.

Encore meilleur à deux joueurs

Si le concept du jeu fonctionne parfaitement, seul, à deux, ou à quatre joueurs (sur un écran divisé), et que la prise en main colle parfaitement à la philosophie Wii, c’est au niveau esthétique que le jeu pêche un peu, comme si les graphismes et l’animation développés « hier » pour la GameCube n’avait pas été optimisés « aujourd’hui » pour la dernière console Nintendo. Pourtant les décors sont jolis et colorés, de la jungle à la plage, en passant par les volcans et les montagnes. Aux vestiaires il y a de la place pour seize personnages (huit singes et huit crocodiles), mais la plupart sont cachés et ne seront disponibles qu’après avoir remporté plusieurs courses.
Finalement ce « Donkey Kong Jet Race » est un bon jeu, sans plus, une sucrerie comme seul Nintendo sait les faire. Pour ceux qui s’impatientent de voir arriver « Mario Kart Wii ».     


Pascal Tissier

 

 


Category : JEUX VIDEO Print

| Contact author |