Peseux, ça râle à la Grand-Rue » Blog de PasTis

 Peseux, ça râle à la Grand-Rue

25/2/2009

 

Article publié dans Le Courrier Neuchâtelois du 25 février 2009

 


Les Arcades:
entre ras-le-bol et déception


Peseux • Isolé par deux ans de travaux, le bar des Arcades a perdu une partie de sa clientèle. Aujourd’hui, une ligne blanche et des parcmètres n’arrangent rien: le patron de l’établissement s’est adressé aux autorités… en vain. 

 

bar,les,arcades,peseux,francis,renaud


«C’est en qualité de commerçant depuis déjà longtemps établi sur la Grand’Rue du village, que je me permets de vous adresser ce message de ras-le-bol». Lue à haute voix lors du Conseil général de décembre, la lettre de Francis Renaud rappelle que l’artère principale de Peseux a fait l’objet de deux ans de chantier: «Au court des travaux de réfection de la Grand’Rue, j’ai dû affronter une baisse de mon chiffre d’affaires de 37%. Qu’à cela ne tienne, une lettre adressée aux riverains et aux commerçants le 21 août 2006, me réconfortait en me promettant une suite profitable pour tout le monde et me remerciant de ma patience pour le retard accumulé. J’ai tenu le coup «tant bien que mal» ce qui hélas, n’a pas été le cas pour tout le monde». Et le patron du «Bar des Arcades» de revenir sur des conversations qu’il a eu avec des responsables de chantiers et quelques conseillers communaux et généraux qui lui ont permis «d’envisager un retour à la normale et, probablement mieux dès la fin des travaux puisqu’en plus de l’embellissement de la rue, des places de parc supplémentaires seraient mises à dispositions.»


Francis Renaud est désabusé. Non seulement il n’a pas récupéré les clients qui ont pris l’habitude d’éviter Peseux, mais aujourd’hui il constate qu’il perd encore ceux venant de Corcelles ou de Colombier. En cause: «une ligne blanche continue depuis le rond-point de la Maison de commune à celui de la Coop qui interdit l’accès direct aux places de parc ainsi qu’au parking privé de l’immeuble. Et la goutte d’eau qui fait déborder le vase, c’est que les fameuses places de parc mises à disposition sont numérotées et payantes.»


En conclusion de sa missive, Francis Renaud «ose croire» que les Autorités communales n’ont pas l’intention de «tuer les commerces… et qu’une réflexion plus approfondie sera entreprise».


En guise de réflexion, le patron des Arcades a reçu une «analyse» écrite et signée, au nom du Conseil communal, par Pierre-Henri Barrelet: «En ce qui concerne les travaux de la H10 et la nouvelle configuration de cette dernière, nous précisons qu’il s’agit d’une route cantonale et non communale». Et le président de l’exécutif subiéreux d’affirmer qu’il «est aisé de faire demi-tour par le passage des giratoires».


«Comme si les gens allaient traverser tout le centre du village, faire demi-tour devant la Coop et refaire le chemin inverse pour venir se parquer sur des places payantes pour venir boire un café chez moi», soupire Francis Renaud, très déçu de la réponse de la Commune: «Ils auraient pu au moins me renseigner sur la personne ou le service à contacter concernant le marquage de la rue. Ça va faire 40 ans que je tiens ce bar, je suis quand même le mieux placé pour constater les fluctuations de mon chiffres d’affaires et je trouve regrettable que les autorités mettent en doute mes constatations.»
 

Pascal Tissier

 


Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |