Damien Tixier face au public » Blog de PasTis

 Damien Tixier face au public

1/3/2010

Damien Tixier face au public

Le 23 juin prochain, Damien Tixier aura trente ans et une passion, toujours indéfectible, pour le ballon rond. Certes, il n’exclut pas de retourner jouer au Portugal. Mais, pour l’instant, le latéral gauche n’a qu’un souhait: contribuer à mener les rouge et noir en Coupe d’Europe. Il y croit. En attendant, le numéro 5 répond aux questions de quelques fans du club neuchâtelois. – par Pascal Tissier (texte et photos)

Damien Tixier



Questions de Carla Halimi, patronne de La Gondola, à Neuchâtel.


Carla Halimi

- Portugaise, je serais intéressée de savoir quelle différence vous faites entre le Championnat de la ligue portugaise et celui de l’Axpo Super League.
- Le championnat portugais est plus technique, plus rapide aussi. La comparaison est difficile, car le foot portugais est supérieur à ce que l’on peut voir en Suisse, même si les équipe de Bâle et de Berne réhaussent le niveau.

- Nous avons très bien entamé le premier tour… Comment envisagez-vous le deuxième?
- Sans Brown et Mario (Gavranovic, ndlr), le deuxième tour sera plus difficile que la première phase.

- Il est important pour le bien-être d’être à l’aise là où l’on vit. La ville de Neuchâtel et la région vous plaisent-elles? Si oui, pourquoi en particulier?
- Sincèrement, le cadre de la région et vraiment agréable. C’est un endroit où il fait bon vivre. Et j'aime le lac…

- Mes deux garçons, mon mari et moi suivons passionnément le parcours de Neuchâtel Xamax. On rêve de voir l’équipe disputer un match européen. Pensez-vous que ce soit envisageable cette année?
- On a probablement le potentiel pour se qualifier pour une coupe d’Europe, mais comme je viens de le dire, ce sera difficile avec une équipe qui se reconstruit. Mais on y croit.


Questions de Claude Zimmermann, 55 ans, coiffeur à Neuchâtel

Claude Zimmermann

- Pensez-vous que Xamax pourra terminer la saison dans les trois premières places du classement du championnat?
- Même réponse qu’à la question précédente. Avec l’équipe telle qu’elle était au premier tour, j’aurais dit oui sans hésiter.
 
- Silvio Bernasconi semble apprécier les footballeurs français. Etes-vous d’accord avec lui, et savez-vous pourquoi il les apprécie particulièrement?
- Bizarre comme question! A part moi, il y a Stéphane Besle et William Edjenguele qui sont aussi Français. Et même si je sais que Silvio Bernasconi va parfois voir des matchs en France, je ne pense pas qu’il ait une affection particulière pour les joueurs français.  

- Le canton de Neuchâtel abrite une vaste communauté italienne et portugaise. Ne pensez-vous pas qu’il y aurait plus de spectateurs à la Maladière, si le club engageait davantage de joueurs issus de ces deux pays?
- Non, je ne crois pas. La fréquentation du public au stade est intimement liée au résultat de l’équipe. Il faudrait au moins jouer en Coupe d’Europe pour ramener du public au stade. Pour redonner l’envie aux gens de venir supporter leur équipe, il faut d’abord que celle-ci gagne des matchs et fasse un beau championnat.

- L’actualité sportive évoque régulièrement des matchs truqués. Quel est votre avis sur ce phénomène?
- C’est regrettable de savoir que des matchs sont truqués, mais c’est un sujet qui ne m’intéresse pas. Chaque club que j’ai fréquenté était sain et droit...

- Quelle est votre appréciation sur la qualification de la France au Mondial grâce à la main de Thierry Henry?
- Je suis Français, mais je considère que la France n’a pas mérité d’être qualifiée… Mais alors pas du tout, du tout. Déjà, quand on voit le sélectionneur que l’on a, c’est scandaleux… Et avec les joueurs de classe mondiale que l’on a, et qui jouent dans les meilleurs clubs européens, c’est juste aberrant de devoir faire les barrages. Quant à la main de Thierry Henry, c’est vrai que c’est un geste regrettable, encore une injustice… Il aurait fallu la vidéo… On ne va pas gagner la Coupe du Monde avec cette équipe-là!

- Que vous inspire le transfert de Gérard Gohou?
- Mettez trois petits points pour toute réponse. C’est scandaleux! Moi je ne crois que ce que je vois. Il paraît que c’est un grand costaud, alors s'il est comme Bobby (Ideye Brown, ndlr) et qu’il marque aussi bien que lui, alors oui, il nous le faut!



Questions de Lory Bersot, 13 ans, écolier, Corcelles

Lory Bersot


- Quelle est votre position face à l’arbitrage vidéo?
- Je suis favorable à la vidéo. Au moins sur la ligne des buts. Ça permettrait déjà d’éviter des histoires comme celle de la main d’Henry et on saurait aussi si le ballon est entré ou pas dans les buts. Je suis pour, même si c’est contre moi ou mon équipe. Ce serait le meilleur moyen d’éviter les buts litigieux.

- Avez-vous des manies, avant, pendant ou après un match ? Si oui, lesquelles et pourquoi?
- Ça c’est une excellente question… ha ça oui! Des manies j’en ai, et pas qu’une. Pas après le match, mais… putain, c’est pas vrai (là, Damien Tixier semble vraiment embarrassé). Bon, pas après, mais avant oui, quand je rentre sur le terrain. Pas à l’entraînement, mais lors de tous les matchs de championnat, je saute trois fois sur mon pied gauche et j’embrasse le tatouage que j’ai sur mon avant-bras gauche… c’est pour mon père que j’ai perdu lorsque j’avais dix-neuf ans. Au vestiaire, je m’équipe en suivant un cérémonial bien précis, mais ce n’est pas l’essentiel. Le plus important c’est ce que je fais en entrant sur la pelouse, c’est pour me débarrasser du mauvais sort et éviter les blessures.

- J’ai vu sur internet que vous étiez passé de la deuxième division à la première avec Le Havre. Pourquoi n’êtes-vous pas resté dans cette équipe?
- Je connaissais l’entraîneur et il a engagé plusieurs bons joueurs pour faire remonter l’équipe. On y est arrivé, brillamment même, en ne perdant que deux matchs sur toute la saison. Mais une fois en première division, ç'a été difficile. On est resté en fond de classement et l’équipe allait être reléguée. Je n’avais pas envie de jouer en deuxième division, et j’ai préféré venir à Neuchâtel.

- A coté du football, avez-vous une autre passion, un hobby?
- Non, je suis très casanier, je regarde beaucoup le sport à la télévision, le foot, le rugby ou le tennis. Je joue aux jeux vidéo avec mes amis, ou je vais parfois au cinéma avec ma femme, mais je sors peu…

- Si vous deviez partir en vacances avec l’un de vos coéquipiers xamaxiens, qui serait du voyage?
- C’est fait! C’est rigolo, à Noël, pendant la pause hivernale, je suis parti à New York avec Stéphane Besle. Lui et moi étions accompagnés de nos compagnes. C’était super sympa.


Questions de Helder Vicente, 31 ans, gestionnaire de stock, fan depuis plus de 15 ans

Helder Vicente


- Quand vous étiez enfant, quel métier vous faisait rêver?
- J’ai commencé à jouer au football à cinq ans, je n’ai vécu que pour ça et je n’ai jamais rêvé faire autre chose que du football.

- Vous avez la trentaine. Savez-vous déjà quand vous allez raccrocher vos crampons et ce que vous ferez après?
- Je n’ai pas de plan, mais je pense arrêter vers 35 ans. Après, on verra, j’espère que je pourrai continuer dans le football en devenant entraîneur.

- Un carton rouge contre YB, un autre face à Bâle. Avez-vous, selon vous, été victime de trop de pression ou d'injustices arbitrales?
- Je ne subis pas de pression au foot. J’ai joué en première division. J’ai fait une coupe d’Europe... Alors la pression… Contre Young Boys, Doumbia m’a démonté la mâchoire d’un violent coup de coude… L’arbitre n’a rien vu. Doumbia est revenu à la charge en me redonnant un coup. Là, je me suis vengé en lui rendant la monnaie de sa pièce et comme par hasard, l’arbitre n’a vu que ça! Contre Bâle, c’est autre chose, j’ai écopé d’un deuxième carton jaune pour un tacle que je n’aurais pas dû faire, c’est vrai…

- Gamin, quel était votre joueur vedette, votre modèle? Et aujourd’hui, quel est selon vous, le meilleur joueur?
- Dans les années 1990, c’était Chris Waddle, l’Anglais qui jouait à l’OM. Il était trop mortel. Aujourd’hui, je pense que Ronaldo et Messi sont les deux meilleurs joueurs de la planète.

- Avant que vous ne veniez à Neuchâtel, on a pu lire que vous aviez l’intention de retourner au Portugal  pour jouer dans l’un des trois grands clubs du Championnat. L’envisagez-vous encore?
- Oh oui! Mais je ne dirai pas avec quelle équipe. J’ai passé six ans au Portugal, je connais plein de monde, les gens sont sympas, le climat aussi… C’est un tout. Une autre culture... Si je passais six ans en Suisse, ce serait probablement la même chose. J’avais vingt ans quand je suis parti au Portugal, j’ai failli y retourner l’été dernier… Ça m’attire encore et je crois qu’on ne m’y oublie pas… On parlait encore de moi, là-bas, cet hiver. Je crois que je vais y retourner quand même…

Damien Tixier

Damien Tixier
Damien Tixier

Damien Tixier et Luca Ferro
Luca Ferro et Damien Tixier

Damien Tixier

Damien Tixier

Damien Tixier et Stéphane Besle
Stéphane Besle et Damien Tixier

Damien Tixier

Damien Tixier

Logo Xa'mag

 

 

Category : ARTICLES PRESSE Print

| Contact author |